Conseil municipal

Compte rendu du conseil municipal du 25 octobre (1)

3 novembre, 2007 à 9:04 | Posté par

Ce fut un conseil de nouveau
bien suivi par le public, car 35 personnes y assistaient mais avec
cette fois-ci  plus de chaises prévues. L’ordre du jour
comportait 54 délibérations et le conseil s’est terminé vers 1h du matin. Voici une première liste non exhaustive de différents
temps forts des discussions et décisions, d’autres articles devraient suivre sur les autres décisions:

– Adoption des tarifs pour la patinoire 2007 (du 3 décembre 2007 au 25 janvier 2008): 1 € jusqu’à 14 ans, 2 € pour les 15-17 ans, 3€ pour les étudiants, 4 €
pour les plus de 18 ans.

Sedif
– Présentation du rapport sur l’activité de service public de l’eau. Nous apprenons ainsi que sur la commune:

  • Il y a 109 prélèvements par an sur la qualité de l’eau
  • Il y a 14186 abonnés
  • un réseau de 193.5km de canalisations
  • 4 949 000 m3 d’eau consommé en 2005 (ndlr: soit environ 61m3 de
    consommation d’eau par an par habitant ce qui est au-dessus de la
    moyenne nationale qui est de 54m3)
  • Veolia_2le prix (plus de 4 € par m3 TTC) (NDLR: l’un des plus cher de France) s’explique en partie par le montants investissements (NDLR: mais Véolia y réalise presque 60% de marge)
  • Aulnay a gagné le grand prix de l’environnement
    (des villes d’Île de France) dans la catégorie gestion de l’eau et
    l’assainissement (NDLR: mais pour l’aménagement d’une mare, d’une
    roselière et d’une saulaie dans le parc Fauré)

Ce rapport devrait être rendu public par voie d’affichage.

– Présentation du rapport annuel sur le prix et la qualité du
service d’élimination des déchets en 2006 qui sera lui aussi rendu
public par voie d’affichage

La suite de ce compte rendu dans un prochain article…

Hervé Suaudeau

34 Réponses à “Compte rendu du conseil municipal du 25 octobre (1)”

il y a deux inexactitudes dans votre commentaire:
1. le prix de l’eau est le même à aulnay que dans toutes les communes d’ile de france puisque le SEDIF, le syndicat qui le gère a un prix unique pour toutes les communes. ce qui change à aulnay, c’eest le prix de l’assainissement qui s’ajoute evidemment sur la facture. son prix lui n’est fonction que des investissements et de l’équilibre du budget.
il faut savoir deux choses, la loi oblige ce budget à être en équilibre en dehors du budget communal, donc les abonnés paient directement et intégralement les charges de ce budget, c’est la loi. enfin aulnay était il y a vingt ans très en retard sur son réseau d’assainissement, notamment sur la séparation eaux usées – eaux pluviales. certains se rappellent des inondations qu’il y avait à chaque forte pluie et cela amenait à traiter constamment plus d’eau que nécessaire. ces énormes travaux ont ainsi permis, écologie avant l’heure, de mieux gérer la réserve en eau et cela a un cout. preuve s’il le fallait que nos dispositions dans ce domaine ne datent pas d’hier.
alors il est vrai que par rapport à ceux qui avaient de meilleurs réseaux que nous ou qui n’ont pas encore réalisés tous ces grands travaux, nous ne sommes pas au même prix mais c’est logique. enfin les études sur le prix de l’eau sont parfois partielles car elles ne considèrent pas à la fois le niveau d’investissement réalisé derrière ni les bénéfices que l’on en tire à ne pas traiter de la même manière les eaux pluviales. c’est une charge mais aussi un bénéfice pour nous et notre environnement.
2.aulnay n’a pas gangé le grand prix de l’environnement mais a gagné 4 prix. et dans la catégorie que vous citez ce n’est pas une mare mais un bassin de rétention ramené à l’état « nature » avec par exemple des plantes capables d’opérer la dépollution des eaux. sur mon blog un article complet fait part de ces prix et le dossier du Parc Faure y est mis intégralement en ligne. ainsi vous pourrez juger de la grande qualité du dossier et du projet.
à noter toutefois qu’il a fallu 1 heure au jury pour départager aulnay et nanterre pour le grand prix toutes catégories. une bonne nouvelle pour notre deuxième participation. comme toujours nous sommes parfois plus lents que d’autres à démarrer, souffrons parfois d’une communication ténue, mais dans la réalité la qualité de nos engagements et de nos projets supportent très aisément la comparaison avec les autres. « il ne suffit pas d’être le premier, il faut surtout être le meilleur », je ne sais plus qui l’affirmait mais c’est souvent valable.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Cher M. Cannarozzo,
Je crois que vos inexactitudes sont innexactes:
1 – Le prix de l’eau n’est pas identique dans toutes les villes du 93. Vous n’avez probablement pas dû lire l’article en lien dans la note (http://www.monaulnay.com/2007/09/prix-de-leau-au.html) qui détaille les prix des villes de Seine-Saint-Denis. Par contre ce qui est souvent critiqué est la marge réalisée par le SEDIF via Véolia: 58,7% (voir Que Choisir de Novembre 2007).
2 – Nous avions bien précisé la catégorie du prix de l’environnement qui concernait cet article. Faute d’information suffisante dans les médias ni sur le site du concours, ce prix n’a pas fait l’objet d’un article dans MonAulnay. Par contre l’expression « aménagement d’une mare, d’une roselière et d’une saulaie dans le parc Fauré » est extraite du Parisien et donc là encore de journalistes professionnels (qui peuvent tout à fait confondre une mare avec un bassin de rétention ramené à l’état de nature).
Il ne s’agit pas de s’envoyer des pics ici, mais avec tout le respect que je vous dois, de quelque peu recadrer votre intervention. Néanmoins vos remarques sur ces sujets apportent une information très intéressante et je vous en remercie de les avoir apportées.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

je ne le prends pas mal mon cher Hervé, j’apporte bien sûr des précisions que vous n’avez pas, j’en conviens, c’est pour cela que je le fais. Et comme je l’ai déjà dit Le Parisien n’est pas une source objective, car 10 lignes n’aboutissent qu’à un raccourci souvent vide de sens.
quand à l’eau je persiste, le SEDIF qui est responsable de la distribution de l’eau pour 144 communes d’ile de france, cela n’a rien à voir avec le 93, facture l’eau à environ 1.51€ /m3 soit environ 40-45 % du prix sur la facture. le reste est la partie qui dépend des communes et de l’assainissement.
ainsi par exemple (en €/m3):
aulnay 4.4959 dont 0.8780 de redevance ville
gournay 4.8035 dont 1.1238 de redevance ville
auvers sur oise 5.1273 dont 1.0107 de redevance ville
mery sur oise 5,1277 dont 0.3003 de redevance ville (là ou se situe l’usine de traitement)
je veux donc que l’on soit précis, le prix affiché au m3 sur chacune de nos feuilles renvoie à plusieurs choses dont :
un prix unique pour l’eau des adhérants du SEDIF
une redevance communale
un prix pour l’assainissement
le total fait d’aulnay une ville plus chère mais comme j’essaie de vous le faire comprendre, nous payons la nécessité de nos travaux d’assainissement. je pense donc juste de bien mettre des réalités derrière les mots.
bien cordialement.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Abdelkader Boualem | 5 novembre, 2007 à 13 h 41 min

M. Cannarozzo,
A la lecture de vos commentaires, si j’ai bien saisi, le prix élevé du m3 est lié à la nécessité de travaux d’assainissement. Je vous prie d’excuser mon ignorance mais si ces travaux ont été entrepris il y a 20 ans pour des raisons légitimes qui ne sont pas contestables, on peut dire qu’il s’agit effectivement d’un investissement qui se trouvera amorti au fil du temps et par conséquent devrait réduire notre facture. Ce que je ne parviens pas à saisir c’est que cet investissement semble s’être transféré en coût fixe. Il ne s’agit donc plus de travaux d’assainissement mais des frais de fonctionnement lié à l’assainissement… Je ne joue pas avec les mots, j’essaye seulement de comprendre et je m’interroge sur des travaux engagés il y a 20 ans qui semblent ne pas être terminés… Si tel est le cas, qu’en est la raison et si tel n’est pas le cas peut-on plus parler de frais de fonctionnement lié à l’assainissement?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
la morale (M. Boutet) | 6 novembre, 2007 à 7 h 06 min

une régie municipale de l’eau ferais diminué le prix de l’eau de 20 pour cent
la population de notre ville enrichie un des deux grands groupe qui construise des fortunes sur un produit qui doit échapé a la spéculation

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

J’étais intervenu, lors d’une précédente chronique sur ce sujet, le 29 mai dernier pour exprimer mon mécontentement concernant la qualité de l’eau que je reçois.
Plusieurs interventions de VEOLIA n’ont pas permis d’améliorer le service. Mais, mes réclamations auprès de VEOLIA ont mis en lumière les incidents sur le réseau d’eau que d’autres usagers de mon quartier subissaient sans exprimer de réclamations jusqu’alors.
Le 31 octobre VEOLIA est à nouveau intervenu à ma demande sans trouver de solution.
Ce matin mardi 6 novembre, un appel téléphonique émanant de VEOLIA (Noisy-le-Grand) m’informait que mon eau comportait des éléments ferreux en grande quantité, la rendant de ce fait impropre à la consommation.
Quant aux éventuelles bactéries … mystère, les analyses des prélèvements réalisés n’ayant pas été faites au cours de la même journée…
Je vous laisse juge : je paye une eau au prix de l’eau potable alors qu’il n’en est rien.
À Aulnay, le prix de l’eau semble bien prohibitif surtout si l’on considère que la qualité de l’eau ne correspond pas à celle que les usagers sont en droit d’attendre du fournisseur.
D’autre part, la multiplicité des sous-traitants (SADE,…) n’est-elle pas, elle aussi, une des raisons du prix aussi élevé au final ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Laurent Comparot | 6 novembre, 2007 à 13 h 31 min

Monsieur Cannarozzo nous arracherait presque des larmes quant aux difficiles fin de mois de Véolia et de son aménation le SEDIF.
Je rappelle ce que j’avais écrit dans une précédente note : « Le coût de l’eau constitue la part cachée de la fiscalité aulnaysienne. Il faut noter que contrairement aux communes voisines approvisionnées depuis l’usine de Neuilly-sur-Marne (eau de la marne), l’eau de notre commune provient de nappes souterraines. Théoriquement, cette eau devrait donc coûter moins cher à la production.
La gestion par le SEDIF est loin d’être le salut du contribuable aulnaysien. Le SEDIF et son président en titre André Santini ont été condannés par la justice en 2005. En 1995, la cour des comptes avait révélé que le Compagnie Générale des Eaux (l’actuelle Veolia) préparait les appels d’offre du SEDIF qu’elle remportait. Le SEDIF a été aussi critiquée sur le coût du changement des raccords en plombs des particuliers.
En général, les sociétés comme Veolia bénéficiant de délégations de service public engrangent d’énormes bénéfices grâce à des contrats juridiquement et techniquement complexes. Elles gèrent aussi de grosses provisions financières destinées en théorie à la maintenance du réseau public, maintenance dont elles sont les seules à en assumer la réalisation et le contrôle.
En 1995, dans les Landes, Henri Emmanuelli, président du conseil général a constaté que les usagers dépendant de services d’eau gérés par une société privée avaient une facture supérieure en moyenne de 70 % à celles des usagers dépendant d’un service en régie municipale. Le département des Landes est pilote dans la politique de rémunicipalisation de l’eau, politique attaquée par les trois grands groupes privés et leurs alliés politiques (amendement par le sénateur UMP Pierre Jarlier).
Le système de régie municipale est parfaitement réalisable dans une commune comme Aulnay (voire au travers du SEAPFA) qui a les moyens financiers pour se doter de services techniques dédiés à la distribution de l’eau ».
Dans le cadre du remplacement des tuyaux de plomb en adduction chez les particuliers, il faut noter que c’est contraint par les dates butoir imposées par Bruxelles que le SEDIF s’est mis à l’effectuer. Là encore,le SEDIF s’est illustré par un coût de remplacement exhorbitant. En 2006, alors qu’il était de 850 euros à Nantes, le SEDIF payait 2500 euros par branchement à la Sade, une entreprise filiale de Veolia eau. En avril 2006, un article paru dans « Que Choisir » l’a miraculeusement fait fondre à 1750 euros.
Un trait vilain mélange des genres dont le contribuable aulnaysien est le dindon de la farce. Payer, payer,…
Nul doute que Monsieur Cannarozzo a une explication à tout cela…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

effectivement, j’ai encore des choes à dire:
1. je n’ai pas d’intérêt chez véolia ou au SEDIF, je ne vois aps en quoi ma réponse qui s’applique simplement à décomposer le prix de la facture est une ode à ces acteurs.
2. vous vous trompez aulany est alimenté comme les autres villes du SEDIF par les aeuaux de la marne et de la seine. le puisart souterrain sur la communes est très loin de pouvoir alimenté les besoins de la commune, le prix n’a donc rien à voir avec sa provenance. d’autre part je crois que dans les communes dont j’ai cité les tarifs, celle d’auvers sur oise qui est tout prêt d’une des usines facturent son eau plus cher que la notre, la distance n’est donc pas un facteur de cout, le prix est basé sur un traitement mutualisé entre toutes les communes adhérentes.
3. les investissements faits sur l’assainissement le sont par la ville, cela n’a rien à voir avec la distribution de l’eau. notre prix est plus élevé à cause des investissement nécessaire dans ce domaine.
4. pour Santini et le SEDIF, une condamnation pour une irrégularité administative ne vaut pas pour condamnation du fonctionnement du SEDIF. si vous saviez combien d’actes administratifs comportent des irrégularités administratives à cause de la complexité des appels d’offres !!! il faut descendre dans l’arene pour savoir comment ca fonctionne, c’est trop facile de critiquer de haut.
5. en 2003, je me rappelle avoir fait faire un dossier pour l’appel d’offre sur la vidéosurveillance qui était considéré comme si bien fait par la préfecture, que celui-ci a circulé dans la moitié des communes du département pour servir d’exemple. alors si ovus pensez que des dossiers bien faits par véolia ou d’autres ne servent pas à préparer d’autres consultations en toute légalité, je crois que vous ignoriez beaucoup de choses.
6. mon changement de canalisation en plomb ne m’a rien couté, c’était une obligation, et la commune ne l’a pas payé non plus, je ne vois donc pas de pénalité pour le consommateur.
7.vos 70% me semblent farfelu car vous imaginez simplement qu’une ville peut se servir de façon autonome près de chez elle et traite de façon autonome ses eaux usées. cela peut peut-être se faire parfois mais dans la réalité d’aujourd’hui surtout en tissu urbain dense, économie rime avec mutualisation. parsonnellement il y a quelques années j’ai planché dans un concours sur la comparaison entre délégation de services publics et régie municipale pour l’eau et résultat est connu : sur 20 ans le cout est équivalent…
8. personnellement je ne suis pas du tout opposé à la gestion en régie municipale, mais une telle décision ne se prend pas sur des données qui ne tiennent ni compte de l’aspect technique, ni de notre voisinage, ni des dimensions long terme.
votre position sur la régie municipale est parfaitement respectable, mais ne la basez pas sur des arguments partiels ou partiaux, ça ne la renforce pas. enfin ceux qui sont en délégation de service public ne sont pas forcément les méchants complices du grand capital qui exploite ressources et individus sur l’autel de la planche à billet. la réalité n’est jamais ni blanche, ni noire …

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Dans le prix du m3 payé sur Aulnay par l’usager la part commune et distributeur représente 59% de la facture et il faut noter qu’en 2002 au moment ou Aulnay était championne de France de l’eau la plus chère, cette même part représentait 63.5%.
Mais ne nous inquiétons pas Aulnay reste en division 1 des villes ou le prix de l’eau est le plus élevé.
Ce qui est intéressant c’est de regarder l’évolution en % des différents postes de dépenses sur les 10 dernières années. Veolia (+21% « seulement quoique compte tenu de leur marge»), pollution (+29.6%), interdépartementale (+40%), département (+45,4%) et la communale (+154% presque comme l’augmentation de salaire du président). En 1997 la part communale représentait 12% de la facture elle en représente aujourd’hui 23% c’est le 2ème poste de dépense après évidement le prix payé à Véolia 37% et non 40 à 45% de la facture.
La part communale génère donc 4 500 000 €, compte tenu de l’évolution de la part communale sur les 10 dernières années, la prise de conscience des travaux est donc relativement récentes.
Au total la facture payée pour un même volume à plus que doublée en 10 ans.
Je m’interroge, alors que depuis le 1er juillet le marché de l’électricité et du gaz est ouvert, pourquoi rien n’est prévu pour ouvrir le marché de la fourniture d’eau ? Monsieur le Député Maire voilà une proposition de loi qui pourrait enfin faire baisser les prix, avec les 60% de marges de VEOLIA il y a de la « marge » !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Laurent Comparot | 7 novembre, 2007 à 15 h 53 min

Cher monsieur Cannarozzo,
Je ne vois pas en quoi mes arguments sont partiels et partiaux. La question de l’eau est très complexe du fait de la multiplicité d’acteurs.
Cependant, dans les affaires publiques, il y a des règles mathématiques et un principe, le bon usage de l’argent de vos administrés.
– Il est avéré que dans les Landes, les usagers dépendant de services d’eau gérés par une société privée avaient une facture supérieure en moyenne de 70 % à celles des usagers dépendant d’un service en régie municipale.
– votre ami de l’UMP, le sénateur UMP Pierre Jarlier a bien déposé un amendement visant à interdire les politiques aidées de remunicipalisation de l’eau.
– en effet, vous n’avez pas fait de chèque pour le remboursement de votre branchement en plomb. Mais vous soyez assuré que ce ne sera pas le père Noël qui paiera in fine. Cela vous sera refacturé avec les intérêts. Ainsi, j’aurais préféré que le SEDIF paye 850 euros plutôt que 2500 euros. Libre à vous d’estimer que le SEDIF est bon gestionnaire.
– je respecte cette grande institution qu’est la Cour des comptes. Quand elle épingle le SEDIF, cela a un sens.
A quelques mois des élections municipales, les aulnaysiens ont le droit d’aborder le débat sur l’eau et son coût. Peu d’entre eux auront un petit coup de pouce de 140 % pour la fin de l’année et il est donc inutile d’alourdir leurs charges.
A quelques mois des élections municipales, les aulnaysiens ont le droit de savoir quelle sera le programme de la liste UMP aux municipales de 2008 sur cette question de l’eau et que Monsieur Gaudron prenne des engagements.
Par ailleurs, le mensuel « Que Choisir » vient de publier un dossier très complet sur le sujet. Achetez-le, vous apprendrez des choses…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

soyons clair, si vous voulez un débat là dessus cela ne me gêne pas du tout, bien au contraire. mais moi je ne suis par principe ni pour ni contre la délégation de service public. dans la façon dont vous présentez les choses, vous choisissez ce qui arrange votre point de vue et laisser de cotés les autres arguements, en cela je vous trouve partiel.
il y a c’est certain de très très bons arguments pour la régie municipale mais il y en a aussi pour la délégation de service public. je conçois donc un débat qui ne soit pas celui de ceux qui veulent absolument l’un contre l’autre, mais la mise à plat des données pour un choix en parfaite connaissance. il peut même arriver que l’on choisisse tout de même celui qui n’est pas moins cher, cela peut aussi avoir du sens quand le seul critère n’est pas que le prix. je suis sur que vous même n’achetez pas toujours le moins cher avec de très bonnes raisons.
il est probable que j’ai plein de choses à apprendre, j’en apprends d’ailleurs tous les jours , je n’ai jamais vu mon horizon ou mes connaissances comme finis. mais je pense que c’est aussi votre cas.
aussi quand vous le souhaiterez nous pourrons en discuter de vive voix sans tabou.
enfin, j’ai beau être ump à ce jour, je ne me sens en rien lié à tout ce que disent les autres. je peux être d’accord et parfois non, cela s’appelle l’indépendance d’esprit.
bien cordialement

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

j’ai oublié une info pour brndft.
vous ne pouvez pas comparer les couts des travaux dans le temps et donc en déduire une prise de conscience car le système a changé pendnat la période. l’effort date bien du début des années 80 au changement de municipalité et c’est le budget communal qui a financé toutes ces années. un rapport de la cour des comptes vers le milieu des années 90 a exigé que le budget assainissement soit séparé du budget municipal et que celui-ci soit à l’équilibre uniquement par le financement des contribuables, c’est la loi.
donc depuis cette période, le budget assainissement est voté séparément du budget municipal et est financé par les seuls usagers. evidemment équiliber ce budget dès le départ aurait représenté une augmentation colossale, celle-ci a donc été étalée jusqu’en 2005, date d’arrivée à l’équilibre. depuis il n’y a plus d’augmentation. toutefois les investissements importants s’amortissent sur de nombreuses années et l’entretien lui est uens constante que l’on pourrait augmenter de l’inflation au minimum.
voilà donc l’explication à vos chiffres qui bien sûr ne sont pas faux mais ne reflète qu’une petite partie de la réalité.
bien cordialement

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Mr Cannarozzo évident que mes chiffres ne sont pas faux.
Si je comprends bien les investissements sont nécessaires, et la part communale permet de financer des travaux qui n’ont pas été faits à une certaine époque. Mais ce programme de rattrapage d’investissements doit prendre fin un jour, quelle est la date prévisionnelle de fin? On peut espérer alors une part communale au niveau de la moyenne départementale et une baisse de la facture d’environ 15%.
Enfin le résultat est là nous avons le privilège d’habiter dans la ville qui arrive en troisième position de l’eau la plus chère des 114 villes d’ile de France gérés par le SEDIF!!!!
Très cordialement

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Les commentaires si intéressants soient-ils sont souvent une conversation entre deux personnes.
Les autres sont ignorés et je trouve curieux qu’aucun post ne considère celui de D. KUNIAN du 6 novembre qui nous informe de graves dysfonctionnements dans la distribution de l’eau puisqu’elle ne serait pas potable.
Ça ne vaudrait pas le coup de s’y intéresser un moment ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Abdelkader Boualem | 9 novembre, 2007 à 18 h 01 min

M. Cannarozzo,
De peur d’être redondant, vous ne m’avez pas toujours apporté de réponse à mon interrogation pour ce qui est des travaux d’assainissement entrepris il y a plus de 20 ans qualifiés d’investissements ne présageant en rien dans un futur proche d’une baisse de nos factures d’eau !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

La question de la qualité de l’eau distribuée est une question qui touche à notre santé et celle des personnes les plus fragiles, enfants notamment.
Elle mérite des réponses précises du distributeur non seulement aux consommateurs mais aussi aux élus qui ont délégué ce service. Je pense que cette entreprise doit rapidement apporter des réponses sur ces éventuels manquements aux cahiers des charges que signifie une eau de mauvaise qualité. D. KUNIAN doit avoir des réponses et les aulnaysiens avec lui!
Lorsque Les Verts sont arrivés aux responsabilités à Grenoble dans une majorité Gauche plurielle, ils portaient la revendication du retour en régie de l’eau grenobloise. Aujourd’hui, cette ville fait partie des mieux classées. Intéressant.
Bien cordialement
Alain AMEDRO

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Abdelkader Boualem | 10 novembre, 2007 à 10 h 47 min

M. Amedro,
Nous sommes tous sensibles à la qualité de l’eau et évidemment il n’est pas acceptable que l’eau de M. Kunian comporte des éléments ferreux la rendant impropre à la consommation. Pour autant, votre commentaire nécessaire et utile permet de mieux nous éclairer sur votre manière d’aborder la thématique de l’eau.
Au lieu de s’interroger sur une étude de faisabilité de régie communales, vous faites un raccourci inacceptable avec Grenoble. Il est bien de rappeler que la majorité municipale grenobloise de l’époque tant décriée n’est pas celle d’Aulnay-sous-Bois.
Je suis surpris car vous êtes professeur d’histoire si je ne me trompe pas et plus qu’accessoirement conseiller régional, vous savez donc mieux que quiconque la responsabilité qui vous incombe à ne pas faire preuve de démagogie et de populisme. Même dans l’opposition, vous devez être avant tout une force de propositions. Pour ma part, c’est ainsi que je conçois la politique. Ne voyez pas M. Amedro une critique sur votre personne mais une critique sur des pratiques politiques que l’on retrouve aussi bien à droite qu’à gauche…
M. Cannarozzo,
Quant à vous, j’attends toujours votre réponse…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un exemple n’a pas valeur de généralité cher collègue conseiller municipal, il serait vraiment dommage de le faire croire.
pour les deux réponses que je n’ai pas apporté, toutes mes excuses le temps m’a manqué totue cette semaine, ou j’ai du passer beaucoup de temps à la cité de l’europe.
pour monsieur Kunian, je vous propose de venir me voir pour regarder concrètement tout cela, et je relaierais votre demande afin d’obtenir des réponses à cette curieuse réponse qui vous a été faite.
pour monsieur Boualem, les travaux d’assainissements ont commencé il y a 20 ans et il y en a continuellement, et l’amortissement de ces travaux se fait sur au moins dix ans à chaque fois. aujourd’hui nous sommes à l’équilibre signifiant ainsi que nous venons de faire le plus dur. Toutefois, alors que les normes sanitaires sont forcément de plus en plus draconiennes et que l’eau est une ressource mondiale et non locale, il me parait illusoire de dessiner une tendance à la baisse ou à la hausse du prix de l’eau.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Monsieur Boualemn,
Pouvez éclairer les lecteurs de mon aulnay sur le caractère démagogique et populiste de mon commentaire ?
En quoi faire le lien entre santé et consommation de l’eau est-il démagogique ? populiste ? En quoi parler des expériences réussies serait démagogique ? Populistes ?
Ne pensez-vous pas y être aller pas un peu fort, Monsieur Boualem ?
J’aime bien m’inspirer des expériences qui ont réussi et je fais souvent appel au conseil municipal à celles-ci parce qu’elles permettent d’illustrer des propositions par des réalisations et donc d’enrichir le débat.
J’aime quitter les frontières de notre commune pour aller chercher ailleurs en France, en Europe et dans le Monde : le meilleur, sans esprit partisan mais dans le sens de l’intérêt général. Je pense ainsi que si les exemples de réussite ne sont pas transposables à la lettre, ils ne sont pas non plus à rejeter. Celui sur la ville de Grenoble est intéressant, instructif et source d’enseignement.
Ne pensez-vous pas que la qualité de l’eau mérite une réponse à tous les aulnayiens ?
Bien cordialement à vous,
Alain AMEDRO

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Abdelkader Boualem | 11 novembre, 2007 à 16 h 41 min

M. Amedro,
Je conviens bien que vous ne pouviez rester insensible à mon commentaire. Pourtant, je pense avoir été suffisamment clair sur l’utilisation de votre raccourci démagogique et populiste. Grenoble n’est pas un exemple anodin… Encore une fois, nous sommes tous sensible à la qualité de l’eau et la démagogie n’est pas celle qui vise à faire un lien entre la santé et l’eau mais celle qui consiste à laisser entendre que le candidat vert en situation de responsabilité améliorerait la donne…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

monsieur amedro
alain
ce débat est captivant mais au final le choix sera entre la vision de monsieur cannarozzo et celle d’une liste de gauche autour du ps d’aulnay
le modem aulnay dont plusieurs membres dont monsieur bezzaoua ont éte du exclus du ps ne pouvant que ce situé que comme apport pour l’ump.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

une fois n’est pas coutume, je vais être d’accord avec mon collègue Alain Amédro, il n’y a pas de question tabou et je veux bien que l’on regarde les exemples ailleurs. toutefois réduire grâce à la vision de monsieur boutet, très très fidèle soutien de monsieur Segura, cela à une opposition droite-gauche risque vite de tourner court. en effet nous sommes là dans un débat purement intellectuel car être en régie municipale n’a de sens que si l’on maitrise sa ressource, en clair que l’on soit autonome. pour nous ce n’est pas le cas, les puisarts aulanysiens ne fournissent que 15% à 20% de la consommation communale, pour le reste nous sommes bien obligé de passer via un distributeur, en l’occurence le SEDIF. votre question si elle a de l’intérêt du point de vue intellectuel, ne peut avoir aucune conséquence locale… sauf si vous avez une solution miracle!

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Jean-Gauthier Quintard | 16 novembre, 2007 à 18 h 42 min

La question est en tout cas d’actualité, et l’association « Que choisir » y a contribué en grande part : rappelons que dans son enquête parue ce mois en kiosque le Sedif obtenait la peu convoitée place de lanterne rouge quant au prix de l’eau avec un taux de marge global de 58,7% ! Les détails du calcul sont à lire sur le site http://www.quechoisir.org.
A noter aussi que les quatre villes en tête de classement, respectivement Chambéry, Clermont-Ferrand, Annecy et Grenoble gèrent le service de l’eau en direct, ce qui recoupe, rappelle « Que choisir », une étude de l’Ifen selon laquelle le prix de l’eau est en moyenne de 2,19 € le m3 quand le service est assuré par une régie communale mais de 2,93 € le m3 quand il est délégué à un opérateur privé.
Il n’est pas anodin non plus d’évoquer la position du maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui a déclaré le 5 novembre dernier que s’il était réélu dans la capitale la distribution de l’eau serait « remunicipalisée » (les contrats liant la ville aux sociétés privées arrivant à échéance)…
Alors, l’eau, un futur enjeu de campagne électorale, à Aulnay y compris ?…
Jean-Gauthier Quintard

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un veritable travail de terrain doit etre effectuer par les differents services sociaux de la ville afin d’attenuer les tensions car celles-ci sont palpables.en effet, la version parlant d’une bavure policiere ne cesse de prendre des proportions.que dit cette fameuse video qui aurait filmé la scene?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un veritable travail de terrain doit etre effectuer par les differents services sociaux de la ville afin d’attenuer les tensions car celles-ci sont palpables.en effet, la version parlant d’une bavure policiere ne cesse de prendre des proportions.que dit cette fameuse video qui aurait filmé la scene?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un veritable travail de terrain doit etre effectuer par les differents services sociaux de la ville afin d’attenuer les tensions car celles-ci sont palpables.en effet, la version parlant d’une bavure policiere ne cesse de prendre des proportions.que dit cette fameuse video qui aurait filmé la scene?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un veritable travail de terrain doit etre effectuer par les differents services sociaux de la ville afin d’attenuer les tensions car celles-ci sont palpables.en effet, la version parlant d’une bavure policiere ne cesse de prendre des proportions.que dit cette fameuse video qui aurait filmé la scene?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

un veritable travail de terrain doit etre effectuer par les differents services sociaux de la ville afin d’attenuer les tensions car celles-ci sont palpables.en effet, la version parlant d’une bavure policiere ne cesse de prendre des proportions.que dit cette fameuse video qui aurait filmé la scene?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

monsieur quintard, je veux entendre ce que vous dites mais les villes que vous citez ont de l’eau, pas nous. les puits sur la commune ne délivre que 15 à 20% de nos besoins, nous n’avons donc pas le choix nous devons passer apr un opérateur pour acheter et distribuer notre eau, qui vient principalement de la marne et de la seine. vous comprenez bien qu’il faut les traiter et les acheminer et c’est pour cela que nous sommes adhérent au SEDIF. si nous avions l’autonmie en eau nous pourrions envisager ce que vous dites mais là je ne vois pas ou vous allez chercher l’eau.
quant à paris, c’est un très mauvais exemple. la seine passant au milieu, les bassins de traitement existant depuis des lustres ils ont effectivement le choix et les isntallations sont depuis longtemps rentabilisées. je remarque juste que vous nous parlez d’une promesse pré-électorale alors que ce monsieur est déjà maire. qu’est-ce qui l’empêche de le faire aujourd’hui et qu’est-ce qui vous empêche de lui faire la même remarque qu’à nous ?
si je vous disais aujourd’hui que si je suis réélu, je vous promets par exemple, le doublement des pistes cyclables, que me diriez vous ? faicle avant les élections ?
je ne doute pas que monsieur delanoé le fera s’il le pense bein mais je veux attirer votre attention sur le fait que vous regardez simplement les décisions des gens, notamment des élus, à travers votre prisme « politique » sans donner a priori autant de crédit à ceux qui ne sont pas forcément du même avis que vous qu’à ceux qui le sont.
enfin, je l’ai déjà dit mais le prix n’est pas la seule chose qui compte. sinon à ce tarif là vous achetez les choses les moins chères, mangez les choses les moins chères, etc. le prix ne peut être l’unique critère, mais cela vous le savez.
restant à votre disposition pour approfondir le sujet sans a priori.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Jean-Gauthier Quintard | 17 novembre, 2007 à 15 h 04 min

Monsieur Cannarozzo,
je suis tout d’abord ravi de voir que vous essayez de contribuer de façon constructive au débat. Je vais juste me permettre d’éclairer certaines de vos remarques.
Car à la relecture je ne fais qu’apporter ma petite pierre au débat public avec quelques chiffres et informations objectifs.
Il me semble qu’en l’occurrence c’est vous qui « à travers votre prisme « politique » (ne me) donne(z) a priori autant de crédit à ceux qui ne sont pas forcément du même avis que vous qu’à ceux qui le sont. »
De fait je n’exprime pas d’avis, je fais des remarques, ensuite je n’ai aucun « prisme politique » (déjà je ne savais pas que l’eau avait une couleur politique), je ne suis adhérent d’aucuns partis, ni même militant, simplement la « chose publique » m’intéresse… Il me semble d’ailleurs avoir salué ici-même des actions de votre équipe municipale.
Pour en revenir au robinet, les villes que je cite sont celles en tête du classement de « que choisir », qui invite d’ailleurs tous les élus locaux à exprimer leur point de vue sur leur site. De toute façon la question transcende les partis, Annecy étant une ville gérée par la droite dois-je vous le rappeler, quant à Paris le conseiller François Asselineau, au nom du groupe « Paris libre » dont fait partie un ex-UMP comme lui René Galy-Dejean, maire du 15° arrondissement, a plaidé également pour que la capitale retrouve la maîtrise de son eau…
Je ne cite d’ailleurs pas la capitale en exemple, je la prends simplement comme exemple pour rebondir sur l’actualité du sujet. Il me semble en tout cas avoir déjà dit dans mon commentaire ce qui « empêche (M. Delanoë) de le faire aujourd’hui » : les contrats liant la ville à la Compagnie des Eaux et à la Parisienne des Eaux arrivent à échéance en 2009, c’est donc aussi ce qui peut permettre à tout candidat à la mairie de Paris de transformer une promesse électorale en décision réelle…
Sur le doublement des pistes cyclables, j’apprécie votre humour et votre franchise, mais je suis preneur quand même (surtout d’en faire de réelles, c’est-à-dire pas sur les trottoirs comme dans mon quartier…)
Enfin sur le prix, la quête du « moins cher » ne m’aveugle sûrement pas et c’est d’ailleurs pour ça que le calcul de « que choisir » est intéressant car il s’attache à la « marge ». Et encore une fois le Sedif obtient la plus grande marge avec 58,7% ! Beaucoup de commerçants n’oseraient en rêver… Peut-être qu’en tant qu’élu vous devriez vous en étonner comme/avec nous, car vous auriez sans plus de poids que ma pauvre petite personne citoyenne !
Merci en tout cas de votre implication active ici-même. Au plaisir de vous relire,
Jean-Gauthier Quintard

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Cher M. Cannarozzo,
Tout d’abord je suis très déçu, vous n’allez même pas proposer le doublement des pistes cyclables sur notre commune alors qu’il faudrait au moins les multiplier par quatre en un mandat. Je suis triste que votre conception de l’environnement prévoie qu’Aulnay resterait donc un domaine réservé aux propriétaires de voitures individuelles. Je pensais qu’à droite la prise de conscience des enjeux climatiques était enfin enclenchée depuis le pacte Hulot.
Mais revenons à l’eau et surtout a votre « prisme politique ». Vous êtes constamment en train de dénoncer les arrières pensées politiciennes, les prismes politiques et les formatages idéologiques. Vous aviez parfois raison, mais à force de crier au loup, vous décribilisez totalement cet argument. Or personne ne vous a jamais opposé de tels arguments idéologiques malgré que vous ayez vous-même des engagements publics et politiciens (sans sens péjoratif). Ces critiques n’enlèvent rien aux compliments que je peux vous faire par ailleurs sur votre discours désormais plus constructif mais attention à ce que ce dernier point ne se retourne pas contre vous.
Très cordialement, et encore merci de toutes vos contributions qui font avancer le débat démocratique sur Aulnay.
Hervé Suaudeau

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

lion de moi l’idée de voir en vous les apôtres de mon adversaire politique, mais admettez qu’en ce moment, toute l’opposition municipale se ruant sur le thème de l’eau, à 6 mois des élections, sans jamais aucune remarque pendant tout le mandat, fait naitre ne moi des interrogations que je suis heureux de vous voir lever. je suis donc désolé de vous froisser sur cette question. remarquez d’ailleurs, que mister Segura, semaine après semaine ne fait que répéter ce que telle ou telle association dit, essayant ainsi de récupérer leur adhésion, par une espèce de « compassion » qui remplacerait même un projet politique. comprenez donc que je m’inquiète de cette méthode collusioniste qui vise à amalgamer toutes les remarques pour en faire une justification à une adhésion politique. vous devriez d’ailleurs y faire attention car si vous ne vivez pas vos remarques ou vos combats comme des prises de positions politiques, croyez bien que le monsieur cité, se charge de le faire, vous amenant ainsi vers…
bref pour revenir à l’eau, discussion est possible autour du prix du SEDIF mais je veux rappeler que c’est 1.50 des 4.49 que l’on paie, l’essentiel n’est donc pas là pour l’usager même si je suis d’accord avec la marge excessive.
j’espère qu’il est clair maintenant qu’une régie municipale n’est pas possible puisque nous n’avons pas d’eau et que nous devons donc travailler sur un meilleur contrat avec le distributeur.
enfin pour les pistes cyclables c’était évidemment de l’humour et je veux rassurer monsieur Suaudeau, le dév durabla n’est pas rpis à la légère et vous verrez que le bilan de nos actions en interne sont importantes et que le projet pour le futur le sera tout autant, avec cette fois ci une dimension pour l’implication des habitants. il faut garder en tête que faire agir les convaincus demande peu de travail et d’arguments, il n’en est pas de même pour tous les autres, d’ou la nécessité de construire … durablement.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Monsieur Cannarozzo
En préambule que vaut il mieux, la « compassion » de Mr Ségura ou le total désintérêt de Mr Gaudron pour les associations et leur travail ?
Pour en revenir au prix de l’eau vous nous rappelez que le prix payé au Sédif n’est que 1.50 (1.56 il ne faut pas oublier la TVA) des 4.49 (je viens de recevoir ma facture c’est 4.53 encore 1% d’augmentation), comparons des choses comparables notamment si on prend un prix TTC il faut intégrer la TVA sur le prix du SEDIF.
Vous justifiez le fait qu’il n’y aurait aucun intérêt à avoir une régie municipale de distribution d’eau parce qu’il n’y aurait pas suffisamment de ressources en eau sur la commune.
Sur le prix payé du m3 par chaque usager il y a une part pour la production une autre pour le transport et une autre pour le distributeur, ces 3 métiers sont confondus volontairement par le Sedif dans un seul et même poste pour la facture.
La répartition communément admise sur les coûts est de généralement 50% pour le producteur et de 50% pour le transporteur et le distributeur (ce qui est confirmé par l’étude de QUE CHOISIR avec 0,254/m3 pour la production et 0,236€ production et transport)..
Pour le m3 d’eau produit ce qui fait pour notre m3 SEDIF 0,31€ à la production, reste le transport et la distribution, la répartition communément admise est de 25% pour le transport et de 75% pour la distribution. Ce qui fait 0,08€ pour le transport reste donc 0.23€ pour la distribution.
La marge de 62% est calculée sur le prix total (production, transports, distribution) nous savons que sur la production les coûts sont parfaitement maîtrisés et la marge limitée car ces usines sont très largement subventionnées par la collectivité (ce sont pour l’essentiel des dépenses d’exploitation). Donc les marges sont essentiellement effectuées sur le transport et la distribution, le transport ne pourra pas être repris par une régie municipale. Par contre pour la distribution les gains peuvent être tout de suite important et représenter presque la moitié de la facture au SEDIF.
Dans les villes qui présentent le coût le plus bas la production est déléguée mais la distribution est en régie municipale.
Toujours très cordialement

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

pourquoi parlez vous de désintérêt ? le tissu associatif aulnaysien est me semble t il important e je ne vois pas en quoi le fait de le laisser totalement libre est une marque de désintérêt. je sais bien que dans les communes de gauche, on s’ingénue toujours à récupérer si ce n’est noyauté le tissu associatif, mais je ne suis pas sûr que cela soit à son bénéfice.
pensez vous vraiment que l’intérêt soudain de monsieur Ségura, j’insiste aucune remarque sur ce sujet pendant 7 ans hormis le cout comme tout le monde, doit vraiment teinté de tant d’innocence ?
je ne vous veux pas naif à ce point, j’en serais déçu.
vous défendez une position louable et compréhensible à laquelle je peux parfaitement adhérer sur le fond. je ne me suis pas plongé dans le détail que vous annoncez et vous me permettrez de ne pas être sûr que cela soit aussi simple.
enfin faire une régie partielle pour la distribution ne me semble pas très intéressant sauf pour l’économie que vous annoncez mais là encore je ne suis pas sûr que cela soit aussi simple.
mais commeje vous l’ai déjà dit, je ne demande qu’à être convaincu et si vous me livrez un dossier complet capable d’emporter ma décision je saurais en faire bon usage. je ne suis certes pas monsieur Segura, mais il m’arrive d’écouter …
à vous de jouer !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown