Conservatoire

« Entre Paris et Buenos Aires » au conservatoire le 31 mai à 20h30

18 mai, 2022 à 22:13 | Posté par

Deux frères en poésie ; deux poètes de la ville, de la sensualité et de la modernité. Paris et Buenos Aires se toisent et se répondent, se rapprochent et se jugent, se frôlent, s'enlacent et se ressemblent à travers les œuvres de ces deux artistes. Baudelaire et Piazzolla révolutionnent leurs arts respectifs, explorant des territoires inconnus, créant des sensations nouvelles et contrastées, des trajectoires poétiques et musicales originalesmodernes et audacieuses.

Oeuvres de Beaudelaire et Piazzolla
Agnès Braunschweig, comédienne
Mäelise Parisot, violoncelle
Violeta Peric, accordéon
Pascale Guillard, contrebasse

Informations

Horaire : Mardi 31 mai à 20h30
Tarif : Entrée libre
Lieu : Conservatoire de musique et de danse
12 rue de Sevran, Aulnay-sous-Boi

Source et photo: Le site de la ville

Législatives 2022

La NUPES organise un apéro populaire le 21 mai

18 mai, 2022 à 19:40 | Posté par

L’Apéro Populaire aura lieu ce samedi 21 mai à partir de 18h00,  25 rue Rouget de l’Isle à Aulnay-sous-Bois.

Justice, La vie de MonAulnay

Victoire judiciaire définitive pour MonAulnay.com : « Bruno Beschizza a délibérément encombré les tribunaux pour qu’on ne parle pas de ses arrangements clientélistes peu avouables »

18 mai, 2022 à 19:34 | Posté par

Voici un communiqué officiel de notre rédaction.

Bruno Beschizza, maire LR d’Aulnay-sous-Bois, a été définitivement débouté par la cour d’appel de Paris ce mercredi 18 mai 2022 dans une affaire de diffamation où MonAulnay.com parlait des financements municipaux à des associations faisant la promotion du salafisme. C’est la 14e défaite consécutive de la mairie d’Aulnay qui n’a jamais gagné contre des blogueurs et opposants politiques locaux.

thumbnail of Communiqué de presse_monaulnay2

Bruno Beschizza est maire d’Aulnay-sous-Bois depuis 2014. Proche de Nicolas Sarkozy, il avait été nommé en 2015 secrétaire national de l’UMP aux relations à la sécurité. Depuis le début de son mandat à Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza a intenté plusieurs actions contre des blogueurs et opposants politiques locaux. Ces actions ont été financées par la mairie d’Aulnay-sous-Bois. Jusqu’à ce jour, elles se sont toutes soldées par des échecs.

Le 7 juillet 2017, Bruno Beschizza avait déposé une plainte pour diffamation contre Hervé Suaudeau, rédacteur du blog MonAulnay.com, en raison d’un article intitulé « A Aulnay-sous-Bois, "La politique ? Les gens n’y croient plus" », publié dans le journal belge L’Écho. Bruno Beschizza reprochait à Hervé Suaudeau d’avoir déclaré au journaliste de l’Écho : « L’attitude du maire est paradoxale. Au niveau national, Bruno Beschizza affiche sa lutte contre l’islamisme. Au niveau local, il soutient les imams salafistes. ».

Le 18 mai 2022, la cour d’appel de Paris a confirmé le jugement du Tribunal correctionnel de Paris du 2 avril 2021. Hervé Suaudeau est définitivement relaxé, ainsi que le journaliste et le directeur de la publication du journal belge L’Écho, estimant que les propos, qui manifestaient l’opinion d’Hervé Suaudeau, n’étaient pas constitutifs de diffamation. Même si la cour d’appel ne confirme pas la procédure abusive pour laquelle Bruno Beschizza avait été condamné à 9 000 € en première instance1, il blanchit définitivement le rédacteur du blog d’information indépendante MonAulnay.com qui a été la cible de cinq procédures de la part de la municipalité, toutes financées avec l’argent du contribuable.

Par ailleurs les enquêtes du blog MonAulnay.com ainsi que celles de journaux de la presse régionale et nationale ont bien explicité les liens de financements de Bruno Beschizza avec des islamistes radicaux, ce que le maire d’Aulnay-sous-Bois contestait en justice. Des éléments factuels et documentés rigoureusement prouvent le financement massif et continu jusqu’à ce jour, d’associations ayant invité des prédicateurs salafistes (dont l’un était lien avec la filière jihadiste des Buttes Chaumont selon le journal Marianne).

Pour Hervé Suaudeau « cette victoire définitive est importante. Bruno Beschizza a délibérément encombré les tribunaux pour qu’on ne parle pas de ses arrangements clientélistes peu avouables. Cette 14e défaite consécutive de Bruno Beschizza confirme que la justice n’a jamais été dupe de la volonté de harcèlement judiciaire du maire d’Aulnay-sous-Bois envers ses contradicteurs locaux ».

Actualité

Des orages attendus en Seine-Saint-Denis

18 mai, 2022 à 14:35 | Posté par
Photo: pixabay

La Seine-Saint-Denis est placée en vigilance jaune aux orages mercredi 18 mai 2022. Des orages sont attendus jeudi et vendredi.

La vigilance débutera à 21 heures et se poursuivra tout au long de la journée. À 6 heures jeudi, elle ne sera toujours pas levée. (...)

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le mercure ne descendra pas en dessous de 21 degrés. Les orages devraient rester au-dessus de l’Île-de-France jusqu’à vendredi après-midi. 

Source: actu.fr

Conservatoire

Concert Chorale CHAM le 7 juin à 19h au conservatoire

18 mai, 2022 à 13:42 | Posté par

La chorale des CHAM (Classes à horaires aménagées) est heureuse de vous retrouver après deux ans d’absence. Au programme de ce concert festif : de la voix, de l'émotion et des chansons qui plairont à tous : Sur la lune de Bigflo et Oli, Attention au départ des Enfoirés, Le cœur éléphant de Fréro Delavega ou encore le célèbre titre de Vianney Je m'en vais et d'autres surprises.

Horaire : Mardi 7 juin à 19h
Tarif : Entrée libre
Lieu : Conservatoire de musique et de danse
12 rue de Sevran, 93600 Aulnay-sous-Bois

Source et photo: Le site de la ville

Associations, Urbanisme

Elisabeth Borne, sa première urgence écologique d’après le CPTG

18 mai, 2022 à 10:46 | Posté par

Le Collectif Pour les Terres de Gonesse interpèlle la Première Ministre sur le sort des terres du Triangle de Gonesse et de Saclay.

Alors que les tunneliers du Grand Paris Express menacent actuellement de destruction des milliers d'hectares de terres agricoles sur le Triangle de Gonesse et le plateau de Saclay, la première mission qui incombe à Élisabeth Borne est de stopper cette aberration économique et environnementale afin d'engager résolument la transition écologique en Île-de-France, une région qui compte à elle seule près d'un cinquième des habitants de notre pays.

Les lignes 17 et 18, conçues voilà maintenant quinze ans, avant la pandémie et l'avènement des crises alimentaires, ne répondent à aucun besoin de transport réel, et apparaissent désormais comme le maillon faible du réseau du Grand Paris Express. Ces deux lignes, dont les projections de fréquentation sont très faibles, promettent d'être des gouffres financiers à la construction (pour un total de près de 9 milliards d’euros), et plus encore à l'exploitation. Elles ne correspondent plus aux réalités économiques et démographiques de l'Ile-de-France.

Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour l’abandon de ces tronçons et de leurs gares en plein champ : des pétitions commencent à circuler, signées par des habitants de banlieue, exaspérés des retards dus au mauvais état du réseau de transports existant (RER B, C et D), et indignés que l'argent public serve à des trains de prestige. Quant aux experts des mobilités, ils pointent la nécessité de réorienter l'investissement public consacré à des grands axes de transports de transit  vers la création de dessertes plus légères, réellement adaptées aux besoins des usagers en transports de proximité, et compatibles avec la nécessité de protéger des écosystèmes fragilisés par le changement climatique.

Avec des coûts d’investissement qui explosent, passés depuis sa conception de 22 à 42 milliards d'euros (en valeur constante 2020), et dans un modèle de financement basé sur le recours massif à l'emprunt, les frais du Grand Paris Express étaient, en 2018, déjà estimés à 134 milliards d’euros par la Cour des Comptes, un chiffre extrêmement sensible aux conditions économiques (coûts des matériaux, taux d'intérêt, rendements des taxes fiscales). Aujourd'hui, face aux nouvelles menaces d'inflation et de récession, la facture du Grand Paris Express pèserait encore plus lourdement sur l’ensemble des contribuables français, et le risque de "dette perpétuelle", déjà évoqué à l'époque par la Cour des Comptes, pourrait bien se vérifier au-delà de toute imagination. 

L'aggravation des pollutions et la destruction de terres agricoles fertiles, dans un climat d’insécurité alimentaire mondiale, sont également des enjeux d’envergure nationale, qui doivent être résolus d'urgence par la première ministre, avant que ne soient engagées des décisions irréversibles.

Or à Gonesse, malgré l'annulation, annoncée le 7 novembre 2019 par Élisabeth Borne elle‑même, du méga‑centre commercial et de loisirs EuropaCity, le gouvernement n'a toujours pas annoncé l'abandon de la gare au milieu des champs, qui aurait pour conséquence de détruire 300 hectares cultivés, et porterait une atteinte irréversible à un espace agricole plus large de 700 hectares. Un an après le plan Castex pour le Val d’Oise, aucun des projets annoncés par le gouvernement (une cité scolaire et le déménagement d'une administration) ne justifie la construction d'une infrastructure lourde de transport.

À Saclay, ce sont 2300 hectares de terres fertiles qui sont menacés par la ligne 18 du Grand Paris Express. Ce métro de prestige, dont le tracé ne dessert pas efficacement le nouveau campus Paris‑Saclay, balafrerait de part en part un vaste plateau encore agricole entre Massy et Versailles, des villes qui sont déjà reliées plus directement par le RER C. Pratiquement aucun report du trafic routier (pourtant important sur le plateau de Saclay, au bord de la congestion) n'est attendu vers ce métro mal conçu. Pendant qu'un recours majeur, contestant la sincérité de l'évaluation socio-économique de la ligne 18, est toujours examiné par le Conseil d'État, et alors que la livraison du tronçon ouest entre Saclay et Versailles n'est prévue qu'après 2030, il est encore possible de prendre les bonnes décisions pour sauver le plateau de Saclay.

Partout en France se développent des politiques climatiques et alimentaires locales qui permettent de renforcer l'approvisionnement au plus près des consommateurs, de créer des emplois non délocalisables, de protéger la biodiversité et d'embellir les paysages : les arbitrages d’Élisabeth Borne, ancienne ministre des Transports, ancienne ministre de la Transition écologique, nommée à Matignon pour engager de véritables réformes en matière de justice écologique et sociale, sont donc attendus avec impatience. 

Sera-t-il entendu? Rien n'est moins sur...

Circulation, Espaces verts, Point de vue

Inauguration du Parc Floréal le 18 mai à 18h30

18 mai, 2022 à 9:40 | Posté par

Le Parc Floréal, situé face au cours Napoléon fait partie de cette "trouée verte" voulue par les derniers maires de notre ville allant du Parc Gainville au stade du Moulin Neuf en passant par la roseraie. Ce n'est pas encore une réalité puisque le passage entre le Parc Floréal et la Roseraie est fermé depuis des années. Son ouverture permettrait aux aulnaysiens, collégiens et lycéens de circuler plus surement et plus agréablement.

Le passage fermé-Photo: MonAulnay.com

Histoire

Aulnay, ancien village rural -2- La ferme du Vieux Pays

18 mai, 2022 à 9:08 | Posté par

Suite de notre série sur le village d'Aulnay.

Ce n'est pas la plus ancienne mais surement la plus connue car s'y déroule encore de nos jours de nombreuses manifestations, expositions dont le forum des assocaitions. Vous découvrirez des noms que vous connaissez...

On ignore la date de sa création. Elle était attachée à la seigneurerie d'Aulnay et figure sur les plans Delagrive de 1740.

D'après Jules Princet, poête et ancien maire, elle appartenait en 1819 à un parisien, Monsieur Belleville.

Marie-Honoré Papillon s'y installe en 1830. Son fils puis son petit-fils poursuivront l'exploitation. Ces trois générations se sont impliquées dans le vie de la commune en étant tous adjoint au maire.

En 1893, le docteur Lefèvre achète la ferme et les terres mais la famille Papillon s'y maintient. Marie-Joséphine-Émilie Bilorée dite "la veuve Papillon" en prendra la tête jusqu'en 1914.

Sylvain Dejaiffe prend l'exploitation en 1914, son fils lui succède jusqu'en 1932.

Le bail est repris par Georges Frotiée( petit fils de Germain Papillon). Outre les pommes de terre, la ferme produisait des betteraves. A son décès en 1954, Pierre Bouquin reprend la suite jusqu'à la cessation d'activité en 1984.

Les bêtiments sont rachetés par la ville aux héritiers Lefèvre en 1997.

Source: L'association "CAHRA"- Photos:  www.pbase.com/cpaaulnay

Actualité, Justice

L’enquête sur le réseau qui obligeait des enfants à mendier se poursuit

18 mai, 2022 à 9:01 | Posté par

Nous vous en avions parlé il y a peu.

Des enfants aux feux rouges, la scène est malheureusement fréquente. Ceux du carrefour Jean-Monnet, très jeunes et accompagnés de femmes, ont attiré l’attention des policiers de la Brigade de protection des familles du commissariat d’Aulnay-sous-Bois. Se présentant comme venant de Syrie, les familles venaient en fait de Roumanie selon Le Parisien.(...)

Début mai, les perquisitions de deux pavillons révélées ont donné lieu à 12 interpellations et à la saisie de plus de 60 000 euros. « Les enfants victimes ont été confiés à l’Aide sociale à l’enfance », indique le procureur. Parmi les 12 interpellés, dix ont été mis en examen pour traite d’êtres humains, dont six incarcérés. L’enquête se poursuit.

Source: actu.fr

Danse, EPT Terres d'Envol, Sports

Découvrons le Breaking lors des journées grand public de l’Intégrathlon

17 mai, 2022 à 20:51 | Posté par

L'intégrathlon, c'est le week-end prochain.

L’association VNR d’Aulnay-sous-Bois sera présente pour une initiation le samedi 21 mai après-midi au stade du Moulin Neuf d’Aulnay-sous-Bois et le dimanche 22 mai au Village de la rando-balade à Sevran. Des initiations, performances et échanges avec les B-boys et B-girls seront au programme.

Le Breaking sera une des nouvelles disciplines présente aux Jeux Olympiques de Paris 2024. La compétition de Breaking sera composée de deux épreuves, une masculine et une féminine, qui verront respectivement 16 B-Boys et 16 B-Girls s’affronter dans des battles spectaculaires. Un nouveau souffle pour cette danse qui est née il y a près de 50 ans.

Source et photo: integrathlon.com