Oxygène, Travaux, Urbanisme

Y’a comme un os qui gêne : les 7 désinformations du bulletin municipal de février [MAJ]

5 février, 2019 à 12:01 | Posté par

Notre rédaction est depuis sa création très attachée à la sincérité de l’information, valeur essentielle pour un débat démocratique sain. Or, au delà de toute question d’opinion politique, nous constatons avec regret une fois de plus que la communication municipale dans le dernier numéro d’Oxygène ne semble pas vouloir traiter l’information de façon honnête. Ces tromperies (car il faut les appeler comme cela) concernent quasiment exclusivement les questions de constructions. Et que l’on soit d’accord ou pas pour favoriser les promoteurs, il faut constater que le maire actuel est devenu le champion toutes catégories de cette activité, en opposition diamétrale de ses promesses de campagne anti-bétonnage. Faisons un dernier rappel pour dire que ce journal est payé avec l’argent du contribuable et a pour directeur de publication Bruno Beschizza.

Désinformation n°1 : l’arrachage de 19 arbres centenaires présenté comme une place qui sera « végétalisée »

Cette façon de cacher la vérité du journal municipal est assez incroyable. P 10, le journal ose écrire « la place Abrioux va être végétalisée » Pourtant le projet de la mairie est tout autre : 19 tilleuls centenaires de la place Abrioux, protégés comme « remarquables » dans le PLU de 2014, vont être arrachés et remplacés par 7 ou 8 arbustes en pots. De quoi bondir et se sentir profondément trahis par cette façon de présenter la réalité, mais hélas la municipalité ne semble pas à sa première tromperie dans ce dossier:

Une croix rouge sur ce tilleul…Pourquoi?
  • En novembre 2016, l’association Aulnay Environnement, accusait le maire de délibérément diffuser dans sa lettre aux habitants avec une photo mensongère du projet de la place (cette photo minorait le nombre d’étages et cachait déjà l’arrachage des arbres centenaires).
  • Malgré la polémique qui avait rebondit plusieurs fois, cette photo mensongère a été reprise dans Oxygène en février 2018.
  • En juin 2018, deux blogs fondés par des membres de la majorité ont publiés un faux trac de soutien aux travaux de cette place. Malgré la tromperie allant jusqu’à faire croire que ce tract était publié par une association locale inventée et soutenue par les commerçants, aucun de ces membres de la majorité n’a été sanctionné pour ce faux document.
  • En juillet 2018, la mairie a fait, ce qui pourrait être considérée comme, une fausse déclaration à l’autorité environnementale, pour lui cacher l’arrachage des arbres, anciennement classés comme patrimoine arboré. Comment va réagir cette autorité depuis qu’elle a été prévenue de cette tromperie il y a quelques jours ? Si la fausse déclaration est caractérisée, la justice se saisira-t-elle du problème? (Une fausse déclaration est passible de 15000€ d’amendes et 1 an de prison).

Désinformation n°2, Val Francia, l’ex « cité dortoir » de Bruno Beschizza encensée. La destruction de l’unité du parc Ballanger présentée comme un « agrandissement ».

Page 11, une fois de plus le journal encense le projet Val Francia en reniant la promesse de campagne du maire. En effet, ce même projet était combattu par M. Beschizza dans un tract en 2014 qui jugeait que le réaliser ne produirait qu’une « cité dortoir » (sic). D’ailleurs la réalité est encore cachée dans ce numéro, même si contrairement à la fois précédente, le mot logement est lâché au milieu d’une phrase (« ce quartier comprendra des logements »). Mais les lecteurs ne sont pas mis au courant de l’ampleur des constructions: 2000 à 3500, logements dans des tours jusqu’à 46m de haut! Quand au parc Ballanger dont il est prévu qu’il soit coupé en trois par deux routes, et qu’il soit en partie livré aux promoteurs, cette destruction est poétiquement appelée « agrandissement ». On comprend mieux la pudeur, voir le mensonge par omission, du journal de peur que M. Beschizza se voit accuser de trahison par la population qui n’avait absolument pas voté pour de tels projets de bétonnage géants.

Désinformation n°3: Le maire présenté comme opposant à EuropaCity alors que ses actes prouvent le contraire

Page 12, une interview d’Alain Boulanger (qui a soutenu Bruno Beschizza à la fin de sa campagne), fait croire que le maire est contre EuropaCity (ce méga projet de centre commercial et de loisir géant en lisière de notre commune). Ceci est vrai dans les paroles, car Bruno Beschizza a déclaré son opposition à plusieurs reprises et est même venu à une manifesation. Mais dans les actes, c’est tout le contraire. Non seulement le maire ne s’est pas opposé dans ses votes (en 2015 et en 2016 il a laissé voter pour), mais en tant que premier vice-président de l’EPIF, il poursuit en justice les opposants au projet pour faire expulser la parcelle de légumes qu’ils cultivent. En amour comme en politique, seuls les actes comptent vraiment.

Désinformation n°4: Les logements cachés du parking du soleil Levant

Page 9, On fait l’éloge du parking fait sur l’ancienne usine CMMP dont les prétentions ont été revues à la baisse, l’espace jeu étant mis aux oubliettes. Mais on oublie de dire qu’il remplacera le parking du Soleil Levant qui accueillera…. un nouvel immeuble! Mais non, on ne bétonne pas!

Auriez-vous le courage de lire ces pattes de mouche?

Désinformation n°5: les tribunes libres austères et écrites en pattes de mouche

« Ne lisez-pas ces textes! », tel semble le message que veux nous dire la mise en page de ces tribunes libres écrites en petits caractères austères, bien distincts de la police très lisible du reste du journal qui est agrémenté de couleurs et de nombreuses photos. Depuis le précédent numéro, les photos des élus sont supprimées faisant disparaître totalement les visages des élus. Avec cette disparition Aulnay s’inscrit désormais parmi les cancres du 93 en matière de pluralisme. La disparition des photos n’est pas pour tout le monde, car le maire a sa trombine à 5 reprises dans le journal (dont une en double page) et 12 élus de la majorité ont eux aussi le droit à leur photo. Aucun opposant n’est en photo et des tribunes « libres » sont désormais conçues comme les plus rebutantes possible à lire.

Désinformation n°6: Le promoteur chouchou du maire Verrecchia semble se payer une pub inexacte en dernière page

En dernière page, Verrecchia, le promoteur immobilier chouchou du maire, paye une pleine page de pub dans Oxygène, notamment pour son gros immeuble controversé place Abrioux. Outre que la pose de la première pierre de cet immeuble fait par le maire pose question, le contenu est problématique. Le constructeur affirme que cette résidence est en « pierre de taille massive«  ce qui semble un point fort éloigné de la réalité (mais nous pouvons nous tromper). Il y a bien de la pierre, mais celle-ci ne semble qu’un simple et mince parement appliqué sur le béton tel que les travaux l’ont exposé. Les futurs propriétaires vont-ils porter plainte pour publicité trompeuse ayant acheté un autre produit que celui qui leur a été vendu ? Décidément, les habitants de cette place semblent trompés sur tous ces aspects de sa transformation.

Simple parement de pierre de la « Villa Trévi » du promoteur Verrecchia

MAJ du 26 mars à 12h : la direction de Verrecchia donne son point de vue dans un courrier que nous avons publié ici.

Désinformation n°7: La destruction du pavillon Chopin cachée au lecteur

Maison « Chopin »

P11 Oxygène nous explique l’intéressant projet de Parc Paysager au Vieux Pays (projet remis sur la table depuis plusieurs mandatures). Mais un détail d’importance est caché au lecteur. Le très beau « pavillon Chopin » serait détruit! (d’après des informations provenant de personnes ayant été dans le conseil de ce quartier) Le photographe a d’ailleurs pudiquement tourné son appareil photo afin d’éviter cette superbe maison qui trône au milieu du parc et le met en valeur. Il est vrai que cette nouvelle destruction du patrimoine pavillonnaire rentre en opposition avec les promesses de campagne qui semble désormais si lointaines.

Message final au cabinet du maire

Le mois dernier le cabinet du maire nous avait fait envoyer des lettres d’ avocats pour nous obliger à transcrire sa réponse. Cela coûte cher aux contribuables, cela ne nous impressionne pas, et c’est inutile car nous sommes ravi de publier les réponses de la mairie. Nous espérons, s’il y a une réponse cette fois encore, que celle-ci porte sur le fond car nous mettons un point d’honneur à ne pas laisser des inexactitudes dans nos articles.


Articles similaires:

Une Réponse à “Y’a comme un os qui gêne : les 7 désinformations du bulletin municipal de février [MAJ]”

Monsieur,

Votre article du 5 février 2019 dans monaulnay.com intitulé « les 7 désinformations du bulletin municipal » a retenu toute notre attention. Notamment, le point n°6 « le promoteur chouchou du maire Verrecchia semble se payer un pub inexacte en dernière page ». « Le constructeur affirme que cette résidence est en pierre de taille massive, ce qui semble un point fort éloigné de la réalité (mais nous pouvons nous tromper) ».

Nous ne jugerons pas le ton de votre article. En revanche, nous tenons à apporter des éléments de réponse sur les techniques employées dans nos constructions.

La villa Trévi est bien un immeuble construit en pierre de taille massive dont l’épaisseur varie de 8 à 25 cm en fonction de son usage. La pierre de taille est dite porteuse (de 23 à 25 cm) lorsqu’il s’agit d’un mur porteur de façade. Elle est dite pierre de taille massive autoporteuse (8 cm), lorsqu’elle habille un poteau, un refend ou un voile béton contribuant au contreventement de l’immeuble et permettant l’intégration de rupteurs thermiques.

La pierre de taille est issue d’une carrière de l’Oise avec laquelle nous avons un partenariat exclusif. Elle est extraite, découpée de manière sèche, taillée à la main pour l’ensemble des modénatures de façade. Chaque morceau est dessiné et calpiné par nos soins, taillé et acheminé sur chantier, sur palette, dans la paille et le tout en moins d’une heure de transport. Toutes les pièces sont numérotées et assemblées sur place de manière traditionnelle dans le sens du lit de la pierre naturelle en carrière.

Pour appuyer nos propos, nous vous avons transmis via votre messagerie électronique des photos de la carrière et du chantier de la Villa Trévi. Vous y verrez les blocs massifs porteurs constitutifs des façades de villa Trévi au départ de la carrière, la taille à la main d’un œil de bœuf … Libre à vous de les diffuser sur votre blog.

La pierre de taille, matériau noble, assure une qualité et une pérennité au bâtiment incroyable. Elle s’associe sur ce projet à d’autres revêtements (monocouche, bardage zinc….) conformément au permis de construire.

Nous restons à votre disposition si vous souhaitez plus d’informations sur nos méthodes de construction. Nous serions également heureux, de vous montrer notre savoir-faire au détour d’une visite de chantier.

La direction de Verrecchia

Navigue avec Google Chrome 73.0.3683.86 Google Chrome 73.0.3683.86 sur Windows 10 x64 Edition Windows 10 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 10.0; Win64; x64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/73.0.3683.86 Safari/537.36

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>