Commerces, Social

Inquiétude à l’Intermarché

21 mars, 2008 à 16:25 | Posté par

Ce matin, dès 9 heures, les salariés du magasin Intermarché de Chanteloup ont distribué des tracts et fait signé leur pétition aux clients. Ils se mobilisent pour leur pouvoir d’achat, mais surtout pour défendre l’avenir du supermarché franchisé. En effet, le propriétaire est parti en octobre et aucun repreneur ne s’est présenté. Le magasin emploie soixante-dix personnes.

Articles similaires:

2 Réponses à “Inquiétude à l’Intermarché”

Bonjour.
Bon courage et soutient aux employés d’Intermarché.
Le coût de la vie flambe, mais les salaires ne suivent pas.
Bientôt, on devra peut être dire : « triste vie » !
DIARRA Issaga (DI).

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Lamantin-Dugong | 22 mars, 2008 à 19 h 23 min

Enchanté de retrouver Jérôme Charré dont les lecteurs du blog attendaient le retour comme la gente demoiselle guette du haut de la tour du manoir la silhouette du chevalier revenant de guerre. Mais la présence devenue régulière d’Hervé Suaudeau et celle de Jean-Gauthier Quintard qui nous fait aimer ses passions ont adouci notre impatience. Merci donc aux trois rédacteurs.
L’information concernant l’Intermarché de Chanteloup surprend. Comment une société peut-elle vivre sans propriétaire depuis le mois d’octobre ? Quelle est la situation de cet Intermarché dans ce réseau de franchisés qui fait beaucoup parler de lui pour ces méthodes ?
Sur http://www.societe.com, nous pouvons vérifier dans la partie en accès libre l’indication : «nomination, démission des organes de gestion de l’établissement, S.A. Marvingil en date du 18/10/2007».
http://www.societe.com/cgi-bin/recherche?rncs=434036653&vu=5
Alors, si la société n’est plus présidée par M. Hugues Poignant, il semble cependant qu’un successeur soit nommé à la tête de l’enseigne franchisée ?
Rappelons que les pratiques du groupe Intermarché envers ses franchisés ont fait l’objet de polémiques suivies de procès engagés par l’enseigne. Ainsi en 1999, l’Humanité Dimanche avait gagné un procès intenté contre le journal après avoir assimilé l’enseigne à une secte :
http://www.humanite.fr/1999-06-24_Politique_INTERMARCHE-CONDAMNE
« INTERMARCHÉ CONDAMNÉ
La cour d’appel de Paris a condamné le 21 mai la société Intermarché (à travers la société ITM Entreprises et l’Union des Mousquetaires) à payer à l’Humanité la somme de 10 000 francs. En première instance, le tribunal s’était contenté de débouter les entreprises de leur plainte pour diffamation contre notre journal, représenté par le cabinet de Me Jules Borker. Elle visait un article de Serge Garde paru dans l’Humanité Dimanche et intitulé  » Le monde impitoyable d’Intermarché « . Notre confrère y décortiquait certaines pratiques financières et commerciales qu’il estimait pouvoir rapprocher du fonctionnement d’une secte. Dans ses attendus, la cour d’appel précise notamment :
 » Si les objectifs (de l’entreprise, NDLR) traduisent une forme de solidarité corporatiste, les principes qui y sont affirmés sur lesquels sont fondés les engagements des adhérents, expriment la soumission et le renoncement, de telle sorte que le journaliste a pu estimer que ces méthodes s’apparentaient à celles d’une secte « .
 » Pour devenir Mousquetaire, avait notamment rapporté Serge Garde, un couple doit apporter entre 600 000 francs et un million… Ils peuvent être éjectés quand le Groupement le décide. Ils perdent tout. Ils ne peuvent pas toucher le chômage. Leur franchise est rachetée au franc symbolique et revendue de 600 000 francs à un million. Les reprises sont programmées sur trois, six ou neuf ans  » ».
Pour les salariés de l’Intermarché de Chanteloup, la population, qui ont déjà vu le départ du magasin Bricomarché, également enseigne du groupe et pour maintenir une diversité de choix pour l’ensemble des Aulnaysiens et des communes voisines *, il est important d’en savoir plus et sans doute, que la nouvelle mairie se saisisse du dossier.
* En ce qui concerne les communes avoisinantes, le propriétaire de cet Intermarché s’était distingué en refusant les règlements par chèques de clients domiciliés dans certaines communes.
http://www.monaulnay.com/2006/12/lintermarch_ref.html

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown