Conseil municipal, Politique

Compte – rendu du Conseil Municipal du 6 mars 2024 par les élu.e.s PS, PCF et Citoyen.ne.s

22 mars, 2024 à 18:45 | Posté par

1/ Rapport sur l'égalité professionnelle Femmes-Hommes dans la fonction publique
Ce rapport annuel doit être présenté obligatoirement avant le vote du budget.
Soulignons tout d'abord l'attitude condescendante de la 1ère adjointe Séverine Maroun qui, par ses remarques déplacées, ne font pas avancer l’égalité Femmes /Hommes.
Le rapport devait présenter les actions mises en place en 2023. L'ensemble des actions tient sur une page et demie ! Il est clair que ce sujet est loin d'être une priorité pour la municipalité !
L'écart global de salaire Femmes/Hommes dans la fonction publique est encore trop important, que ce soit pour les postes de catégories A, B ou C. L'écart pour les catégories A (les plus élevées) atteint des
records à Aulnay 32 % en faveur des hommes contre 25 %, en moyenne nationale, écart déjà considérable. Les femmes occupent très largement les postes les plus précaires, 91% des postes à temps partiels.
Il est dit que « la Commune s’attache à créer les meilleures conditions d’accueil des femmes dans les métiers aujourd’hui à dominante masculine ». En fait, peu de changements dans la répartition par secteur d'activité : les femmes occupent 97% des postes dans le social, 84% des postes administratifs et 96% dans le médicosocial. Les hommes restent surreprésentés dans le sport (80%), les postes techniques (62%) et la police municipale (81%).
Il reste beaucoup à faire pour l'égalité professionnelle, particulièrement à Aulnay où la municipalité ne fait pas preuve de volonté politique et maintien des différences scandaleuses.
Par contre et fort heureusement, le Bureau d’Aide aux victimes fait un travail remarquable dans la lutte
contre les violences faites aux femmes. Nous saluons leur investissement dans l'aide aux victimes pour
leurs démarches administratives, le soutien psychologique, les ateliers et les actions de sensibilisation au niveau du grand public, des collégiennes et collégiens.

2/ Débat d'orientations budgétaires DOB 2024
Nous avons déjà présenté notre position sur le DOB 2024, choqués d'avoir à analyser un document indigne d'une ville de 86 000 habitants, mais qui montre cependant que la ville est en quasi faillite.
Pour faire face à un budget au bord du gouffre, la municipalité a 2 objectifs :

  • Réduire les dépenses : économies sur la masse salariale (diminution des effectifs) et un minimum de travaux et réalisations afin d'éviter d'emprunter (15 M d'investissements prévus en 2024 au
    lieu des 30 nécessaires) d'où un patrimoine qui se dégrade d'année en année…
  • Augmenter les recettes : intensifier la politique de rigueur menée depuis 10 ans, hausse des tarifs des services publics, effort financier supporté par les habitants qui ont recours à ces services.

3/ Remboursement d'une mensualité de la carte Imagine'r par la Ville.
Depuis de nombreuses années, la Ville reconduit cette décision.

4/ Étude pour relocaliser le Centre Technique Municipal sur l'ancien site de PSA.
Les émeutes de juin dernier n'ont pas épargné le CTM. Le Maire a donc mandaté un cabinet pour étudier la faisabilité de le relocaliser sur l'ancien site de PSA. Les études de faisabilité sont nécessaires mais certaines, maintes fois reprises puis abandonnées pour de nouveaux projets sur le site PSA, s'éternisent ailleurs… 9 ans d'études diverses, dans les quartiers concernés par le plan de rénovation urbaine, 9 ans d'attente pour les habitants qui désespèrent de voir enfin le lancement des travaux !

5/ Vœu déposé par notre groupe pour soutenir la mobilisation de la communauté éducative pour un Plan d'urgence en Seine-Saint-Denis.
Dès le 1er jour de la mobilisation, notre groupe a apporté son soutien à cette mobilisation d'ampleur,
rencontré les grévistes, participé aux assemblées générales et a déposé un vœu pour que le Conseil Municipal se prononce sur le soutien aux personnels d’enseignement et d’éducation en grève, pour
l’obtention des moyens pour remplir leurs missions de service public en obtenant un plan d’urgence pour le 93 et contre la réforme « le choc des savoirs » discriminante pour les élèves.
La municipalité a déposé son propre vœu, afin de ne pas avoir à se prononcer sur le mouvement social
en cours et sur la réforme incluant notamment les groupes de niveau tout en évoquant une situation qui inquiète nombre de familles. Rappelons que le Maire et les élus de sa majorité ont été absents devant les établissements scolaires, aux assemblées générales et aux manifestations.
Envoyer des courriers, c'est bien, mais agir, c’est mieux !
La présentation des 2 vœux et surtout l’importance du mouvement gréviste soutenu par de nombreux parents a contraint le maire à ouvrir le débat sur le fond de la crise ouverte dans le secteur de l’éducation dans le pays et particulièrement en Seine-Saint-Denis. Ce débat a notamment été l’occasion pour notre groupe de développer l’importance et la nécessité d’amplifier ce mouvement social, seul moyen de mettre en cause une politique délétère pour la jeunesse, notamment dans les couches populaires très présentes dans notre département et notre ville. Ce débat a également permis de mettre en évidence combien la réforme projetée vise à réduire l’ambition de l’État pour notre jeunesse. Sa mise en œuvre signifierait la fin du collège unique et la fin à des études jusqu’au bac d’un grand nombre de jeunes.
Au détour de ce débat, compte tenu du rapport de force créé par les grévistes et le soutien des parents
d’élèves, des positionnements étonnants d’adjoints au maire sont à noter : l’un d’entre eux a dénoncé
l’inefficacité des groupes de niveaux… Pour conclure le débat avant le vote de notre vœu, le maire a
demandé à sa majorité de s’abstenir… devant tenir compte de ce rapport de force au sein du conseil,
suscité par la mobilisation dans la ville.
Pour la 1ère fois en 3 ans, notre vœu a été adopté !
Notre vœu reprend les principales revendications des équipes éducatives :

  • Pour une baisse réelle des effectifs par classe (20 au lieu de 30 ou plus) et pour reconstituer les
    brigades de remplaçants, 1 000 postes d'enseignants en collège, 100 conseillers principaux d’éducation
    (CPE), 350 assistants d’éducation et 200 assistants pédagogiques.
  • Pour accompagner les élèves en situation de handicap, il manque 2 200 AESH , la création d’un
    statut professionnel et une rémunération adéquate pour ces accompagnants.
  • Du côté du médico-social, 48% des écoles, 40 % des collèges, 35 % des lycées manquent d'au
    moins un professionnel de santé ou assistant.e sociale.
    Enfin, la communauté éducative proteste contre le dispositif imposé par le gouvernement, la mise en place de groupes de niveau en français et mathématiques en 6ème et 5ème.

Oussouf SIBY Président de groupe, Sarah KASSOURI, Guy CHALLIER, Jean-Marie TOUZIN

PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE-BP56-93602 AULNAY-SOUS-BOIS CEDEX

TEL : 01 58 03 93 08-MAIL : elu.e.s.ase@gmail.com

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>