Ile-de-France, Transports

Aujourd’hui 1er février 2009 : fin de l’anonymat dans les transports parisiens

1 février, 2009 à 2:46 | Posté par

Depuis aujourd’hui, 1er février 2009, la Carte Orange n’est plus en vente. Cette carte, introduite en 1975, permettait d’éviter d’utiliser jusqu’à cinq tickets différents pour se déplacer au travers de l’Île-de-France. Avec l’essor de l’automobile à la fin des années 60, les autorités envisageaient même de supprimer les bus parisiens mais l’arrivée de la Carte Orange a peut-être été déterminante pour leur survie. En effet, à peine un an après son introduction, la Carte Orange a permis d’augmenter la fréquentation des bus de 40%.

Navigo
Aujourd’hui, la carte orange est remplacée par le passe « Navigo », constitué d’une carte RFID (puce électronique d’identification à distance par le biais d’une antenne radio intégrée). À chaque barrières mécanique, la trace du passage de l’usager est enregistrée dans les ordinateurs de la RATP. C’est « bien pratique » mais les données personnelles sont tout de même collectées..

Or le 6 janvier; la CNIL dans un communiqué, estime que « l’exercice du droit des usagers à se déplacer anonymement n’est pas garanti » par le nouveau système d’abonnement mis en place par la RATP. En effet, la régie parisienne a désormais les moyens de ficher tous les déplacements des francilien, et collecte des données qu’elle dit rendre anonyme au bout de 48h, afin notamment de de « lutter contre la fraude », mais aussi pour pouvoir se constituer potentiellement un fichier commercial qui suscite de gros appétits.

À force de bataille, la CNIL avait obtenu que la RATP fournisse un abonnement anonyme: le passe « Navigo découverte ». Cet abonnement, contrairement à sa version nominative, est facturé 5 euros et n’est pas disponible pour tous (notamment ceux qui ont droit à la tarification sociale). Pour couronner le tout, le passe « Navigo découverte » est, selon la CNIL, distribué dans des conditions « particulièrement médiocres et dissuasives », et il est souvent difficile de l’obtenir aux guichets.

La CNIL, même si elle affirme que le droit de se déplacer anonymement est un « droit constitutionnel », n’a aujourd’hui pas d’autres moyens, que de pousser qu’un cri d’indignation isolé, cri vite ignoré par la RATP, car le passe « Navigo » est finalement « bien pratique« . La polémique prenant de l’ampleur, le ministre Hervé Morin, a tout de même suggéré à la RATP le 21 janvier dernier que soit mis en place un seul et unique passe « Navigo anonyme et gratuit ». Or dans le climat de tension entre la région dirigée par la gauche et l’État, le geste du ministre a toutes les chances d’être interprété comme un ième prétexte pour critiquer de l’autorité chargée de la gestion des transports d’Ile-de-France (STIF).

En pratique, les personnes motivées pour recouvrer leur « droit constitutionnel » à se déplacer anonymement doivent faire les deux étapes suivantes :
– Demander un passe « Navigo découverte » (qui a dit que vous deviez fournir votre vrai nom ?)
– Demander à la RATP
d’effacer toutes ses données personnelles de ses ordinateurs.

La dématérialisation des procédures s’accélérant en rendant, il est vrai, fort pratique de nombreuses démarches, cette problématique de garantie des libertés individuelles a de beaux jours devant elle.

Hervé Suaudeau

Ajout du 2/02/09 à 14h34: L’illustration contient une erreur dans le numéro de bus. Ce n’est pas la ligne 43 qui passe à la station Prevoyants mais la ligne 637.

6 Réponses à “Aujourd’hui 1er février 2009 : fin de l’anonymat dans les transports parisiens”

« mais aussi pour pouvoir se constituer potentiellement un fichier commercial qui suscite de gros appétits. »
Ma boîte aux lettres (celle où je reçois mes factures) est chaque jour remplie par de la pub, sans que je sois pour autant connu par les enseignes qui saturent ma BAL.
Sinon, je ne suis pas du tout favorable à cette « parano » qui revient régulièrement.
Celle/celui qui veut réellement être un anonyme, à Paris, doit immédiatement:
– résilier ses forfaits internet, téléphoniques
– ne payer qu’en liquide, y compris les achats de plusieurs dizaines de milliers d’€ (comme une rolex, par ex)
– ne plus aller chez le médecin avec une carte Vitale
– ne pas prendre de carte de bibliothèque, d’abonnement ciné..
– ne pas prendre de carte de fidélité dans un magasin
– éviter de se déplacer dans les zones couvertes par une caméra de surveillance
– ne pas perdre sa carte d’identité actuelle et ne pas demander la nouvelle, biométrique; au risque de ne plus être en mesure de justifier de son identité
– ne pas travailler pour ne pas être fiché par les services fiscaux
– ne pas toucher d’allocation
– ne pas commettre de délit et de crime, sous peine d’être fiché dans un fichier police
– ne pas être victime d’un délit ou d’un crime, au risque d’être fiché dans le STIC; plus simple, ne pas porter plainte lorsque victime d’un délit ou d’un crime
Etc etc.
Bref c’est parfaitement invivable, à moins d’être SDF ou ermite en plein désert..
J’ai la carte Navigo, et très franchement, que des « agents secrets » sache que je me rends tel jour à telle heure à tel endroit; que je sois filmé en train d’acheter du parmesan ou du soda dans tel magasin en compagnie de telle personne; ou encore que je surfe sur tel site à telle heure depuis chez moi ne m’empêche pas de dormir.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Cher Romuald,
Tu touches là toutes les petites dérives – pas forcément graves prises isolément – qui posent de sérieuses questions sur un recul de nos libertés individuelles par l’usage non maitrisé de la technologie.
Dommage de le sénateur Alex Turk président de la CNIL et le ministre de la défense Hervé Morin, que tu qualifie par là de victime de « cette « parano » qui revient régulièrement », ne soient pas de ton avis. Et je ne prends là que deux tout petits exemples choisis spécialement chez les divers-droites afin de me pas me faire accuser d’anti-sécuritaire.
Je me rappelle, il y a deux ans des critiques identiques lorsque je parlais du danger du vote électronique. Aujourd’hui même le ministère de l’intérieur montre de sérieux doutes.
Donc pas d’affolement mais réfléchissons à la société que nous voulons réellement pour nos enfants.
Je détournerais une célèbre maxime pour terminer : « Technologie sans conscience, n’est que ruine de l’âme »

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

> Demander un passe « Navigo découverte » (qui a dit que vous deviez fournir votre vrai nom ?)
On ne vous demande rien pour acheter un passe Navigo Découverte (à part 5 euros), mais vous serez bien obligés de mettre votre nom sur la carte accompagnatrice en cas de contrôle… donc à moins d’aimer les amendes il faudra bien y faire figurer votre vrai nom.
[NDLR: Merci pour cet éclaircissement]

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Effectivement, il faut tout de même faire figurer son nom sur la carte accompagnatrice. Toutefois la grande différence entre Navigo et Navigo Découverte, c’est que votre nom n’est pas inscrit éléctroniquement dans la carte. Donc lorsque vous passez un portillon, seul le numéro de badge (donc sans le nom) est lu par la machine.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Il y a une grave erreur, la ligne 43 ne passe ni à l’arrêt Prevoyant ni à la gare d’Aulnay. 🙂
Seule la ligne 637 dessert ces 2 arrêts.
[NDLR: MonAulnay.com châtiera très sévèrement le coupable de cette erreur impardonable]
Le fond du problème, c’est l’utilisation potentielle des données liées au déplacement, par une autorité autre que l’autorité organisatrice ou les transporteurs. Ces données sont nécessaires à l’AO et aux transporteurs pour optimiser les moyens de transports actuels, voire de créer de nouveaux transports, sans avoir recours à des enquêtes.
Par ailleurs toujours grâce au Pass et son raccordement à un système de paiement,il est possible d’imaginer une autre manière de payer ses déplacements et de développer une utilisation opportuniste des transports en communs, ex: je n’ai pas de titre de transport, ni argent, je valide donc mon Pass et en fin de mois je suis débité de l’ensemble des trajets que j’ai éffectué avec on peut imaginer un système dégressif lié à la quantité de voyage effectuée.
Pour tracer les déplacements, hormis le RER et Transilien où la validation doit être faite à la sortie, sur le métro ou les bus une autorité trop bienveillante est incapable de savoir où je suis sorti.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Pour résoudre ces tracas… la gratuité des transports en commun…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown