Commerces, Covid-19, Politique, Santé

Covid-19, l’élu au commerce dérape en cherchant des boucs émissaires plutôt qu’en exposant ses actions

8 novembre, 2020 à 17:16 | Posté par
Tribune de l’adjoint au commerce, Éric Pallud, dans le numéro d’Oxygène de novembre 2020.
Eric Pallud, photo du site de la ville

Un dérapage similaire à d’autres membres de la majorité

Décidément l’ambiance n’est pas sereine au sein de la majorité municipale. Alors que nous avions appelé Bruno Beschizza à autoriser l’ouverture de petits commerces « non-essentiels » comme la librairie (demande refusée, mais soutien à la démarche de l’AMF), nous somme étrangement qualifiés aujourd’hui de délateurs dans le journal « Oxygène ».

Ainsi l’élu au commerce, Eric Pallud, prend l’essentiel de sa tribune pour faire des critiques violentes, et en supposant qu’il parle de nous, sombre alors carrément dans la calomnie avec des mots qui nous choquent :

Il est déplorable que certains corbeaux ne trouvent rien de mieux à faire que de se prêter au jeu ignoble de la délation… Le #BalanceTonCommerçant semble devenir une nouvelle pratique sportive aulnaysienne : c’est à qui fera, depuis son salon douillet, le plus de posts sur les réseaux sociaux ou sur les blogs pour jeter en pâture des commerçants qui jouent juste leur survie… Belle preuve de solidarité ! Beau témoignage de soutien !

Extrait de la tribune de l’adjoint au commerce dans le numéro d’Oxygène de novembre 2020.
Photo envoyée par le chargé de communication web de la ville à un habitant qui demandait quelles étaient les mesures de prévention sanitaire sur le boulevard de Strasbourg.

« Délateur », « collabo »… les membres de la majorité semblent unis autour de ces éléments de langage alors que des questions légitimes sur la crise sanitaire et le commerce sont posées par les Aulnaysiens sur les différents réseaux sociaux non soumis à la censure municipale.

Un refus collectif de s’interroger sur les moyens de contrôler l’épidémie

Pourquoi une telle nervosité et des termes injurieux ou calomnieux sans rapport avec le sujet? À l’heure où toutes les autorités sont critiquées pour leur gestion de la crise sanitaire, y compris l’exécutif municipal (1, 2, 3), serait-ce une manœuvre pour faire un contre-feu? Ce n’est sûrement pas le cas de M.Pallud, mais certains refusent aujourd’hui les questionnement sanitaires, car ils ont fait partie des « rassuristes » qui, durant l’été, niaient l’épidémie et surtout la possibilité d’une deuxième vague qui n’avait pourtant rien d’une surprise. Pour autant ces propagateurs de fausses nouvelles et les autorités ne sont pas les seuls responsables de ce déni de la maladie. Nous avons tous, individuellement, de par nos relâchements personnels, une part de responsabilité dans la recrudescence des contaminations.

Critiquer le gouvernement et les réseaux sociaux n’est pas suffisant

Dans sa tribune, M. Pallud préfère le terrain de la recherche de boucs émissaires et des invectives plutôt que de s’interroger, comme nous devons tous le faire, sur ce qui a raté dans le déconfinement et nous oblige aujourd’hui à ce reconfinement destructeur pour le petit commerce. Au lieu de se limiter à critiquer le gouvernement et les blogs, comme l’a fait Eric Pallud, faisons preuve de responsabilité à tous les niveaux et interrogeons-nous ensemble sur la manière d’éradiquer le virus dans notre ville, pour participer à sauver durablement nos commerces.

Article signé conjointement par Hervé Suaudeau, et Jean-Louis Karkides

5 Réponses à “Covid-19, l’élu au commerce dérape en cherchant des boucs émissaires plutôt qu’en exposant ses actions”

Proverbe personnel : A force de donner des leçons, il faut accepter d’en recevoir une !

https://youtu.be/g3D9M5-4tWg

Commentaire signé conjointement par du Dandy’s et moi-même

Navigue avec Google Chrome 86.0.4240.183 Google Chrome 86.0.4240.183 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/86.0.4240.183 Safari/537.36
commenter
Laurent Comparot | 9 novembre, 2020 à 10 h 24 min

Tout le monde souhaiterait vivre une vie normale, c’est à dire celle d’avant la pandémie : sortir librement, boire un verre en terrasse avec des amis, prendre un café sur le pouce au comptoir, déjeuner à la brasserie ou dîner au restaurant. Ou encore flâner dans une librairie ou s’adonner aux joies du shopping, passer chez le coiffeur mais aussi aller au cinéma ou encore au théâtre, écouter des concerts, faire du sport en salle ou dans son club,… mais aussi inviter ses amis ou faire des réunions de famille. Tout le monde le souhaite et on peut entendre ceux qui souhaite revenir à ces joies de la vie normale.

Or, il y a cette pandémie qui six mois après la première vague revient en force. Hélas à Aulnay-sous-Bois, elle frappera aussi comme dans toutes les zones touchées de France. C’est une évidence statistique : dans notre ville elle va toucher des milliers de personnes, Parmi elles, certaines seront asymptomatiques, d’autres n’auront que des symptômes très faibles, une légère, fatigue des maux de tête, une perte de l’odorat et du goût. Pour d’autres, ce sera plus grave avec parfois l’hospitalisation, au besoin la réanimation et parfois la mort. Une catastrophe sanitaire qui touche et va continuer à toucher les habitants de notre ville avec des dizaines de morts, des personnes qui vont subir les conséquences pendant des mois, d’autres qui vont s’affaiblir et voir leur état général se dégrader, sans compter ces victimes indirectes comme ces personnes victimes de cancer décelés tardivement faute de consultations et d’examens précoces, les interventions chirurgicales reportées… Depuis deux semaines, nos hôpitaux sont au maximum de leurs capacités toujours aussi réduites.

Nous avons tous une responsabilité dans la lutte contre la pandémie par rapport à soi mais aussi par rapport à nos proches, à nos amis, à notre famille, à nos voisins et tous ces inconnus que nous croisons. C’est une responsabilité collective d’autant plus importante et cruciale que les autorités semblent subir plus qu’anticiper le développement de la pandémie et ne réagir que face au péril éminent donc brutalement.

Nos élus municipaux au premier rang desquels notre maire ont aussi de grandes responsabilités et tout le monde conviendra qu’elles sont lourdes. C’est de leur responsabilité de gérer l’espace public afin de préserver au mieux la santé des aulnaysiens, d’appliquer ou de faire appliquer les mesures gouvernementales et préfectorales mais aussi parfois d’aller plus loin dans la protection de nos concitoyens. Les aulnaysiens sont dans leur très grande majorité conscients de cet enjeu et respectueux des règles. Mais, il y a aussi les très rares exceptions ceux qui ne respectent personne et en tout cas pas les mesures de base, Voir encore ce dimanche sur le marché donc dans l’espace public quelques rares professionnels des métiers de bouche ne pas respecter ces règles est un scandale et nuit à l’ensemble des commerçants.

Face à cette pandémie, la majorité municipale faute de véritable politique destinée à préserver le commerce local préfère chercher des boucs-émissaires, ceux qui pointent les dérives et les inconsciences sanitaires d’une infime minorité. Pour eux, les lanceurs d’alertes sont donc les coupables, avant ce reconfirment, pendant ce reconfirment… Et au troisième ou quatrième reconfinements à qui s’en prendront-ils ? Plutôt que de rechercher une réponse collective et constructive, certains préfèrent l’invective, la diffamation voire la calomnie.
La main reste tendue mais le temps nous est compté.

Navigue avec Google Chrome 86.0.4240.183 Google Chrome 86.0.4240.183 sur Windows 10 x64 Edition Windows 10 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 10.0; Win64; x64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/86.0.4240.183 Safari/537.36

Merci Laurent Comparot pour ce commentaire très intéressant. J’invite tous les MonAulnay-nautes à le lire.

Navigue avec Firefox 82.0 Firefox 82.0 sur Ubuntu x64 Ubuntu x64
Mozilla/5.0 (X11; Ubuntu; Linux x86_64; rv:82.0) Gecko/20100101 Firefox/82.0

Tous Monaulnay-nautes ne sont pas forcément d’accord avec vous mr Suaudeau.

Navigue avec Google Chrome 86.0.4240.185 Google Chrome 86.0.4240.185 sur Android 10 Android 10
Mozilla/5.0 (Linux; Android 10; SM-G960F) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/86.0.4240.185 Mobile Safari/537.36
commenter
Jean-Louis Karkides | 9 novembre, 2020 à 16 h 33 min

@Xavier, cet article étant signé de nous deux, je vous réponds. Nous en avons bien conscience mais cela n’empêche en aucune façon la parution de cet article dont les termes sont bien modérés vu les attaques sur notre blog.

Navigue avec Google Chrome 86.0.4240.183 Google Chrome 86.0.4240.183 sur GNU/Linux x64 GNU/Linux x64
Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/86.0.4240.183 Safari/537.36

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>