Education, Social

Un appel à la mobilisation contre les suppressions de poste est lancé

7 avril, 2008 à 15:31 | Posté par

Tractecoledanger
Suite à l’assemblée générale des établissements d’Aulnay-sous-Bois (lire le compte rendu ici), la mobilisation contre les réductions d’effectif dans l’éducation nationale semble se renforcer et s’organiser sur notre ville. Le collectif regroupant les parents, enseignants, lycéens et habitants dénonce la fermeture de 15 classes en maternelle et primaire et la suppression de 36 postes dans les collèges et lycées d’Aulnay-sous-Bois sans lien avec la baisse de population des élèves.

Dans un nouveau tract (voir ci-contre) ils appellent à la mobilisation et proposent les rendez-vous suivants:

  • Une réunion-débat le mardi 8 avril à 19h30 à la Bourse du Travail
  • Une journée de mobilisation le jeudi 10 avril comprenant une opération "école déserte" et le blocage des établissements et un rendez-vous devant la mairie à 10h30.

Articles similaires:

19 Réponses à “Un appel à la mobilisation contre les suppressions de poste est lancé”

Je vous relais en « copier-coller » le dernier tract issu de notre derniere rencontre ( parents, profs, politique…)
ECOLE EN DANGER !
Parents, enseignants, lycéens et habitants d’Aulnay-sous-Bois,
MOBILISONS – NOUS !
A l’issue de la réunion du mardi 8 avril 2008, nous avons décidé d’organiser :
– Une opération « école déserte » le jeudi 10 avril.
Il s’agit de ne pas envoyer vos enfants à l’école ce jour-là pour manifester de manière visible notre inquiétude :
« Parents n’envoyez pas vos enfants à l’école ! »
– Un rassemblement devant l’Hôtel de ville le jeudi 10 avril à 10h30 suivi d’une manifestation dans la ville.
• contre les suppressions de postes :
– moins 10 postes d’enseignants et moins 1 poste administratif au lycée Voillaume
– moins 7 postes d’enseignants et moins 1 poste d’administratif au lycée J. Zay
– moins 4 postes d’enseignants au collège C. De Pisan
– moins 4 postes d’enseignants au collège Le Parc
– moins 4 postes d’enseignants, moins ½ poste d’administratif et moins 2 postes de surveillants au collège Debussy
– moins 1 poste d’enseignant au collège P. Neruda
• contre les 15 fermetures de classes en primaire et maternelle
• contre la suppression programmée à terme des écoles maternelles

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Avant de me faire un avis sur cette affaire vous faite référence dans l’article a la baisse de population des élèves. Quel est la mesure de cette baisse ?
Est-ce en rapport avec les suppression de poste ?
Si quelqu’un a des chiffres objectifs la dessus cela m’intéresse !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Le gouvernement a annoncé la suppression de 11 200 postes de profs pour la rentrée prochaine et 20 000 d’ici 4 ans. Dans certains lycées, ce sont plus de 15 postes qui sauteront en septembre prochain. Pour les lycéens, ça voudra dire des classes surchargées, des suppressions d’options, aucune possibilité de redoubler pour les élèves qui ratent leur bac. Rien qu a aulnay, c’est plusieurs dizaines de postes concernés dans les collèges et lycées et une quinzaine de classes en moins en élémentaires.Ces suppressions touchent les établissements dans toute la France, et en priorité les écoles des quartiers populaires. C’est une école à deux vitesses qu’ils sont en train de construire ! Le gouvernement veut faire des économies sur notre éducation, alors qu’il envoie des troupes pour faire la guerre en Afghanistan. Ces suppressions de postes s’inscrivent dans un projet de casse de l’éducation dans son ensemble. Avec la loi Pécresse sur les universités, la suppression du BEP, le rapport Pochard, ils veulent diminuer la qualité de nos études, et faire de nous des salariés rentables le plus rapidement possible.
Avec les différentes réformes du gouvernement et notre situation quotidienne qui se dégrade, le mécontentement et la colère grandissent dans la majorité de la population. Le mouvement lycéens et enseignants ( avec de nombreux parents d’élèves et cela il faut le souligner )peut donner confiance à l’ensemble des salariés en montrant qu’il est possible de se battre.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

M. Bensaber,
Vous ne répondez pas à la question de Fred.
Avez vous des éléments concrets et factuels sur le nombre de postes supprimés sur Aulnay à la rentrée prochaine? Pouvez vous mettre en regard de ce nombre de poste supprimé la diminution (ou augmentation?) du nombre d’élèves à la rentrée prochaine et nous apporter un ratio Nombre d’élèves / Professeur en 2006, 2007 et pour la prochaine rentrée.
Je pense que l’éducation doit rester un enjeu prioritaire pour la France mais nous avons besoin de faire des économies (et je suis d’accord avec vous, j’aurais préféré économiser l’envoi de soldats en Afghanistan plutôt que l’envoi d’éducateurs en banlieue) car nous vivons au-dessus de nos moyens depuis une vingtaine d’année.
Alors il n’y a pas beaucoup de solutions – Augmenter les impôts me semblent impossible – Diminuer les dépenses me paraît la seule solution pour préserver notre avenir.
Maintenant le problème posé, les solutions doivent être pragmatiques et dans ce cas je pense que les solutions terrains (prises de concert avec toutes les parties concernées) sont généralement meilleures que les solutions purement financières (1 prof en moins = 2000 à 3000 Euros d’économie)…
Visiblement le gouvernement a choisi la seconde méthode alors battons nous… mais pas pour faire abandonner l’idée de réduction des dépenses (comme vous semblez le prôner) mais pour que la solution prise soit en adéquation avec le terrain.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

il faut appeler un chat un chat:sur mes diferents commentaires je precise bine le nombre de poste supprimés à la rentrée prochaine (une vingtaine dans les collèges et lycées , 14 classes en moins en élémentaires dont 13 dans les quartiers nord)
c’est surement un moyen de faire passer le paquet fiscal ( vous savez les 15 milliards accordés aux patrons…)
Alors oui, on a du fric pour envoeyr des soldats en afghanistan, oui on a du fric pour en filer plus aux patrons…Mais en ce qui concerne les quartiers, l’enseignement, l’insertion , y a plus rien…
Je m’inscris totalement en faux lorsque vous dites que la France vit au-dessus de ces moyens
voici en copier coller le tract concernant la suppression de poste sur aulnay et la casse ( car il s’agit bien de casse ) ,du système éducatif
ÉTABLISSEMENTS d’Aulnay,
unis contre une éducation au rabais !
Dans les établissements scolaires d’Aulnay, des dizaines de postes d’enseignants et de personnels administratifs, sont supprimés et des classes fermées dans les écoles l’année prochaine. Nous perdons 32 postes dans le secondaire et 14 classes dans le primaire seulement pour notre ville. Quinze classes de maternelles et de primaires seront fermées, en particulier dans les quartiers nord de la ville.
Partout les mêmes conséquences pour la jeunesse aulnaysienne :
* Des classes de plus en plus chargées ;
* Des professeurs moins nombreux et moins disponibles pour chaque élève ;
* Des options scolaires et des cours en demi-groupes supprimés.
Une ville d’Aulnay en moins
Les établissements de Seine Saint Denis sont parmi les premiers touchés par les suppressions de postes l’année prochaine (370 sur le département). Mais la politique de casse de l’éducation nationale menée par Darcos et le gouvernement Sarkozy est nationale. Déjà 30 000 suppressions de postes depuis 2003 et 80 000 postes supprimés d’ici 2012. Sous prétexte de baisse démographique, le gouvernement en profite pour rayer de la carte de l’Éducation nationale l’équivalent de la population d’Aulnay.
Derrière les justifications mensongères avancées par le ministre de l’Éducation, Darcos a la volonté de faire des économies aux dépens de la qualité de l’éducation.
Ainsi en supprimant une heure d’enseignement à chaque niveau en collège, le gouvernement compte économiser l’équivalent de 7 000 emplois. Il compte aussi en économiser environ 25 000 en diminuant les heures d’enseignement par la disparition d’options, de cours en demi-groupe, en langues en particulier. 10 000 autres emplois d’enseignants pourraient être supprimés avec la généralisation du baccalauréat professionnel en trois ans, au lieu du cycle de deux ans de BEP suivi de deux ans de Bac Pro. Enfin, 30 000 emplois pourraient disparaître en imposant trois heures supplémentaires à chaque enseignant.
Création d’un marché scolaire et d’une éducation au rabais
Sarkozy le signifiait dans sa lettre aux éducateurs : « dans l’école que j’appelle de mes vœux…il y aura moins d’heures de cours…et les professeurs seront moins nombreux » et dans celle adressée à Darcos : « réduire le volume horaire imposé aux enfants » et que chaque collège « organise sa politique pédagogique en fonction du public qu’il a ».
La commission Pochard, la voix de son maître, préconise donc l’enseignement en deux cercles concentriques : le socle commun des connaissances et éventuellement des « compléments et approfondissements possibles » qui seront enseignés…ou pas, dans le cadre de la liberté d’organisation interne de chaque établissement… et de ses moyens ! La culture quant à elle est vouée à disparaître de l’école.
On mesure les dégâts que pourront faire de telles orientations qui mettront en concurrence (déloyale !) des établissements dont les évaluations seront rendues publiques pour que les parents puissent choisir…dans le cadre de la suppression de la carte scolaire ! Et pour favoriser la création de ce marché scolaire, le gouvernement annonce qu’il financera l’installation d’écoles privées en banlieue. Les caisses ne sont pas si vides !
Inutile de dire que ces mesures renforcent la mise en place d’une école à deux vitesses qui créera les conditions de véritables ghettos scolaires. Quelques « pôles d’excellence » ou supposés tels, flotteront au milieu d’un océan d’écoles transformées en garderies.
Une mobilisation qui s’étend
Un peu partout en Île de France se développe des actions communes entre les professeurs et les parents d’élèves. Depuis plusieurs semaines les manifestations de lycéens et d’enseignants, en particulier des lycées professionnels, prennent de l’ampleur. Ils étaient 20 000 mardi dernier et sont encore très nombreux aujourd’hui dans les manifestations. Professeurs, parents et lycéens, soyons le plus nombreux possible à leur coté pour défendre une éducation publique de qualité pour toutes et tous!!!

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Pour la 5e fois en deux semaines, les lycéens ont maifesté à Paris, contre la suppression de 11 200 postes à la rentrée 2008, le Bac Pro en trois ans au lieu de quatre, en compagnie de la quasi totalité des organisations syndicales du second degré qui appellent à la grève, le 10 avril, de la FCPE et de l’Unef.plus de 300 personnes sur aulnay le matin et environ 35 000 sur Paris. Après avoir fustigé successivement les lycéens puis les enseignants en grève, X. Darcos essaye aujourd’hui de relativiser le mouvement : il s’agirait d’un « malaise » passager commun à tous les jeunes entre 16 et 20 ans. X. Darcos est dans une impasse. Loin de s’effilocher, le mouvement se développe. X. Darcos devrait prendre conscience qu’il est face à un vrai mouvement de contestation de sa politique éducative. Personne à part lui ne croit que l’éducation va s’améliorer en supprimant tous les ans des milliers de postes, puisque 80 000 devraient disparaître dans l’éducation sur les quatre ans à venir. Chaque poste supprimé c’est des classes un peu plus surchargées, des options qui disparaissent. C’est une imposture de prétendre que les heures supplémentaires remplaceront les postes supprimés. C’est une imposture de faire croire qu’un Bac Pro en 3 ans c’est un progrès en termes de formation pour les jeunes des lycées professionnels. En fait, les suppressions de postes débouchent sur de nouveaux emplois précaires de contractuels, de vacataires ou l’utilisation d’enseignants retraités. La LCR soutient les mobilisations et les revendications des lycéens, des enseignants et des parents d’élèves. X. Darcos doit céder !Si Monsieur GAUDRON passe par monaulnay, j’aurai souhaité l’entendre sur les suppressions de poste et de classe sur la Ville

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Mohamed, c’est gentil de nous noyer sous un flot de tract et de propos tout fait, mais cela ne répond toujours pas a ma question qui me semblait pourtant simple ?
Le nombre de suppression de postes à Aulnay est-il en rapport avec la baisse de la population scolaire ?
Et dans quelle mesure ?
Comme vous semblez avoir bcp de chiffres à communiquer, je suis persuadé que vous me répondrez enfin 😉

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Voici les chiffres départementaux (pas de chiffres locaux) issus du site de l’académie qui parle d’eux même : Le nombre total d’élèves et d’étudiants est ainsi passé de 813.800 en 1988 à 985.129 en 2004, soit une hausse de 21,1 %, alors qu’elle est de 15,7 % sur l’ensemble du territoire. Cette augmentation est particulièrement sensible dans le second degré : 368.883 élèves aujourd’hui, contre seulement 249.030 en 1979 (+ 48 %).
[Message modéré]

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Merci pour ces chiffres mais ne datent-ils pas un peu… ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

cela confirme que personne ne connait les chiffres dans nos établissements. nosu ne savons donc pas s’il y a plus d’élèves ou non .
il est urgent d’avoir ces chiffres !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Le seul chiffres que j’ai pu entendre vient de la radio, ou il était annoncé une baisse nationale du nombre d’élève de 140.000. pour les 3ans a venir… Sans plus de détails.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Admettons 140.000 sur trois ans , à peu près 47000 élèves par an. Mais cette année il est prévu plus de 10000 suppressions de postes. Ces enseignants n’ont donc que Cinq élèves,ou va-t-on empiler des classes qui sont souvent en effectif au dela de trente ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Vazyva la République | 16 avril, 2008 à 15 h 00 min

30000 enseignants sont attachés à des services divers comme les musées, les ambassades, les bibliothèques, certains sont même payés à ne rien faire, étant titulaires remplaçants (comme dans les théâtres,le violoniste..).
120 jours de vacances sur 360, 25 heures par semaine, n’est ce pas excessif pour un pays dont les jeunes ont besoin d’un enseignement et d’une mise à niveau compétitifs d’urgence?
Les politiciens et les syndicats sont cyniques, avant d’envoyer les gosses dans la rue pour casser du ministre, et perdre leur temps d’études, ils feraient mieux de couper leur langue de bois et de regarder la réalité en face.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Dans un premier temps je me suis dit que ce commentaire ne méritait pas de réponse (car à la limite du poujadisme et se décridibilisant lui-même).
Mais ces idées populistes de profs TOUS paresseux ont la dent dure et je me permet donc d’y répondre car j’ai la chance d’en côtoyer de nombreux.
Le commentaire précédant, sans le dire explicitement, fait l’amalgame entre le temps de travail et le temps de cours annuel. Cela revient a dire l’abération que le temps de travail d’un pilote d’avion correspond à son temps de vol ou que le temps de travail d’un comédien correspond à son temps de représentation.
Des améliorations pour l’éducation de nos jeunes (qui ont souvent l’emploi du temps le plus chargé d’Europe), ne se résument pas à des critères productivistes applicables sur des ouvriers à la chaîne (avec tout le respect pour ces métiers pénibles). Enseigner est bien trop difficile pour utiliser ces critères simplistes. Il faut par exemple d’abord comprendre ce que constitue comme investissement pour la société, une génération de citoyens correctement formés, avant d’utiliser un quelconque critère de rentabilité.
Je suis donc désolé de ne pas apporter de réponse simpliste à ce problème mais il était important d’évacuer les idioties qui sont rabâchés à longueur de journée.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Poujadisme, poujadisme, pourquoi pas FN?
S’il y a du corporatisme dans l’air, c’est bien du côté des enseignants qu’il faut regarder. S’inquiéter en tant que contribuable du bien fondé des affectations et du rendement de ceux-là me semble tout à fait normal. Désolé de vous dire (écrire) que votre argumentation quant à un pilote d’avion qui certainement doit revivre son vol même en dormant, ou à un comédien qui serait bien content d’être traité pour son cachet comme un prof, risque de les faire mourir de rire, et ce n’est pas l’invocation d’une vision théorique des solutions qui va apporter le pragmatisme nécessaire à la résolution des problèmes de l’enseignement en France.
Et vazyva la République !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Définition de Wikipédia: « Le terme « poujadisme » est utilisé aujourd’hui de manière indistincte pour qualifier négativement certains types de populisme, de corporatisme et de démagogie » A l’origine « Ce mouvement revendique la défense des commerçants et des artisans et condamne l’inefficacité du parlementarisme tel que pratiqué sous la Quatrième République »
Je crois donc que je suis dans le mille avec ce terme.
Quand à la comparaison avec le pilote et le comédien, c’est – et je crois que vous n’avez pas compris – pour expliquer que le travail d’un enseignant qui fait correctement son métier ne se limite pas à ses heures de cours.
Enfin, la « vision théorique des solutions » se situe surtout du coté de ceux qui ne comprennent pas que certaines économies coûtent en définitive bien plus cher à long terme.
Je ne veut pas dire qu’il n’y pas d’amélioration possible du système, cela serait bien mal me connaître , mais il faut réaliser ce qui est réellement « rentable » à long terme et ce qui ne doit pas être traité selon un quelconque critère de rentabilité.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

vas y,va Economie est un antonyme d’éducation . Mais peut être n’a tu pas d’enfants scolarisés a l’école publique? En tant que contribuable attentif ne devrais tu pas orienter ta recherche d’économies vers les 4 milliards € englouti dans la fraude fiscale ?…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Vazyva la République | 22 avril, 2008 à 18 h 17 min

Ce fil commence à ressembler à « Hôtel du Nord », manque plus que Arletty, si vous voyez ce que je veux dire…
Cette affirmation n’engage que vous d’autant plus qu’il vous faudrait faire la différence entre « éducation » et « enseignement ».
Pour avoir été prof moi-même (de CFA, je précise), pour avoir eu mes propres gosses dans l’enseignement public, avec toutes les constatations pratiques que cela représente, je persiste à penser que oui, il faut dégraisser le mammouth.
Quant à la fraude fiscale, thème sur lequel je suis d’accord avec vous, il faudrait y ajouter une liste non exhaustive de sujets tels que le nombre de politiciens, le taux d’absentéisme à la Sécu, la rigueur du RMI et de la CMU, les comptes obscurs de l’URSAFF, etc, etc, bref, tous des secteurs où on y va de notre poche.
Et vazyva la République !

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

vaziva tu n’a pas bien interprete une partie de mon dernier post. Je rembobine donc le fil. Je ne cherchais pas les sujets d’une prochaine émission ‘combien ça ( nous) coûte ‘,mais que tu etablisse le rapport entre la somme recuperee suite a la suppression de ces 11500 postes et les 4 milliards de fraude fiscale qui ne semblent pas être une priorité de ce gouvernement . Quant au slogan du professeur tournesol ‘degraisse le mamouth’ pour être au jus ( expression que n’aurai pas renie Raymond dans le film de Carne) j’aurai dit dépecer le mamouth’ qui est plus dans l’air du temps.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown