Démocratie locale, Rénovation urbaine, Urbanisme

Compte rendu réunion publique tour eiffel – balagny – la plaine du 27/11/2009 (Partie 3/3).

11 décembre, 2009 à 14:07 | Posté par

DSC08112b

La troisième partie de cette réunion, décidément très riche en discussions, sera consacrée principalement au quartier Balagny. Comme on le verra, les questions d’urbanisme au centre des débats dans notre ville suscitent de profonds désaccords au sein de la population aulnaysienne.

  • Désenclaver Balagny.

clairierebalagnyContrairement à l’Arc en ciel, le projet de 40 logements à Balagny fait partie du Plan de Renouvellement Urbain ( PRU). Il se trouve donc inclus dans l’offre nécessaire à reconstruire après la démolition des 821 (828 en fait maintenant) logements intervenue dans ce cadre. Il faut, également, donner la liste précise de ces nouveaux logements à construire  à l’ANRU (Agence Nationale pour le Rénovation Urbaine) avant la fin de l’année sous peine de perdre des millions de subventions. Alain Amédro a évidemment déploré cet état des choses, qui semble sonner le glas de son projet alternatif qui prévoyait d’utiliser l’emplacement de boxes afin de préserver un espace vert composé entre autres de vieux sophoras et d’aulnes et qu’il avait symboliquement appelé « clairière de Balagny », suite à une réunion publique organisée sur place.

Gérard Ségura a précisé que la clairière serait préservée aux 7/10éme et qu’il serait toujours possible d’aménager une forêt ou un bois une fois les nouveaux logements construits. Il a poursuivi en expliquant que les contraintes du PRU, dont le comité de pilotage se réunira le 18 janvier prochain pour finaliser le dernier avenant de l’ANRU, nécessitent cette construction à cet endroit, d’autant plus que l’OPH est déjà propriétaire du terrain, ce qui facilite les délais de réalisation. A noter que des canalisations souterraines vont passer sous ce terrain afin d’assurer le transfert des eaux usées vers l’usine du SIAAP pour retraitement. Ainsi, fatalement, d’autres arbres seront perdus. Néanmoins le maire a précisé que ces canalisations permettraient de capter des calories servant à alimenter le chauffage de la cité Balagny, laissant entrevoir une réduction possible du prix du chauffage.

Pour conclure, Gérard Ségura a affirmé sa volonté de désenclaver le quartier Balagny, pour ouvrir la cité et ainsi tenter de résoudre les problèmes d’insécurité. Quelques riverains ont en effet parlé de halls squattés par des jeunes fumant des substances suspectes. Le maire a donné quelques orientations : créer une véritable antenne jeunesse avec une maison de quartier, un centre social ainsi qu’un centre sportif. En parlant de sport, il a évoqué le transfert de la salle de judo du club du dragon d’or dans une structure plus adaptée, permettant par la même d’ouvrir deux classes de plus à l’école Fontaine des prés.   Beaucoup d’idées donc pour recomposer l’espace de vie de Balagny en termes de logements, commerces et équipements, mais à quelle échéance ?

  • L’urbanisme toujours source de désaccords profonds.

Zones du plan local d'urbanisme. Zone UD la cité Arc en ciel. Zone US l'école fontaine des prés.

Zones du plan local d'urbanisme. Zone UD la cité Arc en ciel. Zone US l'école fontaine des prés.

J’ai volontairement isolé les discussions antagonistes qui ont émaillé les différentes étapes de ce débat avec d’un côté ceux qui veulent préserver leur cadre de vie et ceux qui veulent des constructions et qui stigmatisent l’égoïsme des autres… Concernant l’aménagement final de la cité Arc en ciel, nous avions d’un côté ceux qui vivent là depuis des années et qui veulent un espace vert pour les enfants. Ils considèrent que 37% de logements sociaux sur la ville est un niveau suffisant et qu’il faut pouvoir offrir autre chose à la population que du logement social.

Une dame venue de la cité de l’Europe a exprimé son écœurement expliquant que les habitants de la cité Arc en ciel avaient déjà un jardin individuel et que vouloir empêcher la réalisation de 24 logements supplémentaires était incompréhensible. La secrétaire du conseil de quartier a surenchéri, expliquant qu’il fallait regarder au delà de son nombril et encourager la municipalité à construire du logement social. Pour le projet Balagny, une dame affirmant pourtant avoir un diplôme, un métier et un salaire s’est déclarée quasiment SDF et a dit textuellement qu’on manquait d’immeubles et qu’une nouvelle construction à cet endroit ne la dérangera pas.

Il faut parfois prendre ces témoignages avec des pincettes et distinguer ceux qui sont spontanés de ceux dictés sur commande. Le meilleur exemple pour illustrer ce propos se trouve dans l’intervention d’un sympathisant avéré du PS qui s’est déclaré choqué par l’attitude d’Alain Amédro, l’élu qui s’est opposé le plus ostensiblement aux projets Arc en ciel et Balagny. Du point de vue de ce monsieur, l’élu Vert faisant partie de l’équipe du maire, il ne devait pas montrer son désaccord en public, aux yeux de tous. Il faudrait peut-être rappeler à ce monsieur que nous sommes en démocratie et que l’un des intérêts de ce système est justement de pouvoir débattre et de défendre des points de vue différents. Du reste, monsieur Amédro a réaffirmé qu’il garderait sa liberté de ton parce que c’était cela qui faisait avancer la Municipalité.

Pour terminer et être presque exhaustif sur le contenu de cette réunion, le maire est revenu sur la rue Riquet en indiquant que le projet de 13 maisons de ville était pour l’instant au stade de l’intention. Enfin, interpellé sur le fait qu’il manquait des magasins pour fleurir les pavillons, monsieur Ségura a déclaré qu’il essaierait d’implanter un magasin Truffaut, si cela était possible.

Voilà donc pour le quartier Tour Eiffel – Balagny – La Plaine. Une rencontre aux débats tellement fournis que les cinq périmètres d’études d’urbanisme et la question du budget 2010 habituellement à l’ordre du jour de ce type de réunion n’ont même pas pu être évoqués. Pour mémoire, vous trouverez un compte rendu spécifique sur ces deux points en cliquant ici.

Stéphane Fleury.

Les commentaires sont fermés.