Démocratie locale, Education, Enfance, Logement, Rénovation urbaine, Urbanisme

Compte rendu réunion publique tour eiffel – balagny – la plaine du 27/11/2009 (Partie 2/3)

8 décembre, 2009 à 5:32 | Posté par

DSC08112b

Après la première partie consacrée notamment à la place du piéton, le sujet suivant à l’ordre du jour était la prise en charge extrascolaire. La soirée dérivera ensuite sur les questions d’urbanisme.

  • La prise en charge extrascolaire.

Cette thématique fait écho à une réunion organisée en Mairie le samedi 4 avril 2009, dont l’objet était de faire le point sur les différents dispositifs existants afin d’occuper au mieux nos enfants pendant le temps extrascolaire. En effet, il existe plusieurs possibilités pour gérer le temps avant et après l’école : l’aide personnalisée, l’étude surveillée, l’accompagnement éducatif ou le contrat temps libre, et l’objectif était de réfléchir à un moyen d’harmoniser ces différentes options possibles dans le meilleur intérêt de nos enfants dans un souci d’épanouissement éducatif, mais également personnel.

La co-présidente de conseil de quartier, Sylvie Billard, a résumé les principales préoccupations des parents du quartier :souvenirs-denfance-L-1 mieux gérer ce qui se passe avant et après l’école en améliorant les contenus pédagogiques, culturels et sportifs proposés aux enfants. Cette réflexion s’étend également aux centres de loisirs. La co-présidente a également déploré les difficultés d’accessibilité aux activités à forte valeur ajoutée offertes par l’école de musique, l’école d’arts, le Crea et l’école municipale des sports pour les enfants dont les deux parents travaillent. Elle a enfin émis des souhaits de simplification des modalités d’inscription et de paiement dans les écoles, et parlé de laïcité dans la restauration scolaire.

L’évocation de la prise en charge extrascolaire a déclenché deux réactions. D’abord, une personne dans la salle a précisé que ce thème n’était pas l’apanage du secteur Tour Eiffel – Balagny – La Plaine et qu’il devait être réfléchi à l’échelle de la ville dans la mesure où ce n’est pas un besoin spécifique du quartier. Elle a ajouté que les questions d’urbanisme concernant la cité Arc en ciel et Balagny avaient davantage leur place dans les préoccupations du quartier. Sylvie Billard a moyennement apprécié cette remarque et a remis en place l’intervenante de manière assez ferme, lui indiquant qu’il n’y avait pas de raison de ne pas en parler sur ce quartier.

Ensuite, un autre intervenant a demandé à avoir des précisions sur la notion de laïcité dans la restauration scolaire. Cette question semble avoir embarrassé les élus. Monsieur Ségura, sentant le sujet sensible, a préféré tuer le débat dans l’oeuf. Le maire a indiqué que les questions sur la laïcité seraient débattues à l’échelle de la ville en temps et en heure. Très bien mais quel type de débat aura lieu ? Les élus ont parlé d’apport nouveau de population et de nécessité de repenser les questions de laïcité. Cela signifie-t-il une remise en cause de la laïcité notamment dans les cantines des écoles publiques ? La question est posée.

L’urbanisme sera à l’honneur tout le reste de la soirée.

  • La cité Arc en ciel, de nouveau en lumières.

arcencielComme chacun le sait, le projet de construction de 24 logements collectifs au milieu d’un tissu pavillonnaire de logements sociaux n’a pas manqué d’agiter le quartier et les élus ces derniers mois. Une pétition contre le projet a même été signée par 300 personnes. Les délégués de quartier ont demandé à ce que l’impact de circulation soit évalué en cas de nouvelle construction. Miguel Hernandez s’est engagé à ce qu’une série d’études soient lancées avant la fin de l’année dont des comptages de circulation dans le quartier ainsi qu’une évaluation des places de stationnement actuellement disponibles. Cela dit, du point de vue de l’élu communiste, la cité Arc en ciel fait face à une circulation de destination et non de transit. En conséquence, le trafic ne saurait atteindre les 5000 voitures par jour dans les deux sens pour le boulevard Lefèvre ou les 6000 voitures de la rue Marcel Sembat. Autre point à éclaircir, celui de l’étude des sols et de la faisabilité d’un parking souterrain qui pose la question d’éventuelles inondations…

Le débat autour de ce projet s’est déroulé dans une ambiance relativement cordiale. Alain Amédro a rappelé son souhait de conserver les quatre tilleuls et de penser un programme de construction plus léger de l’ordre de 12 à 18 logements. Gérard Ségura a admis que le projet avait peut-être été élaboré un peu vite et qu’il aurait été sans doute possible de travailler avec plus de finesse. La réduction du nombre de logements à construire pose toutefois la question de l’équilibre financier de l’opération, l’OPH devant anticiper sur les loyers futurs pour rembourser ses emprunts. Néanmoins, on a senti dans la salle comme une pause dans le processus de construction, comme un report d’échéance, la sortie de ce projet du PRU permettant d’ailleurs de prendre le temps de la réflexion.

Les résultats des études demandées par les délégués de quartier, concernant ce projet, sont annoncés pour le début de l’année prochaine. Il sera alors temps d’observer la tournure des événements.

A suivre la partie 3 consacrée au quartier Balagny et aux désaccords profonds qu’ont suscité dans la salle les questions d’urbanisation.

Les commentaires sont fermés.