Education, Piscine, Sports

Fermeture de la piscine: lesquels de nos enfants n’apprennent plus à nager?

23 juin, 2016 à 7:10 | Posté par
index

photo: lemonde.fr

MonAulnay.com a voulu en savoir plus sur ce sujet qui touche beaucoup de parents dont les enfants sont privés de cours de natation depuis deux ans.

Il faut savoir que la circulaire n° 2004-139 du 13 juillet 2004 du Ministère de l’Éducation précise que : « Apprendre à nager à tous les élèves est une priorité nationale, inscrite dans le socle commun de connaissances et de compétences. »

Notre centre nautique étant fermé, la municipalité n’a permis qu’à 9 écoles sur une trentaine de bénéficier de cours de natation. « Neuf écoles de la ville sont concernées par la natation scolaire, ce qui représente dix-huit classes de CM2 désignées par les inspecteurs de l’Éducation nationale d’Aulnay. Les services des sports ont donc organisé une programmation de séances en collaboration avec les piscines des villes voisines : celle de Marville à Saint-Denis et celles du Mesnil-Amelot, du Blanc-Mesnil et de Villepinte.  » annonce Oxygène. Les Inspecteurs ont  porté leur choix sur les écoles les plus en difficulté, celles dites en REP+. Elles sont au nombre de 7 (Inspection du Nord: Aragon, Ambourget 1 et 2, Malraux et inspection du sud: Savigny 1 et 2 et Perrières). L’école Ormeteau ayant une classe pour élèves en difficulté (CLIS) profite aussi du dispositif. Il manque donc une école à notre enquête.

Rappelons que la municipalité dépense 200000€ par an pour 9 écoles bénéficiaires sur une trentaine. Et surtout que plus de 20 écoles sont privés de cours de natation.

Rappelons aussi qu’il était possible de ne pas fermer le centre nautique.

Si comme dans la plupart des communes, la municipalité avait voulu suivant le principe d’égalité inscrit au fronton de la mairie que tous ses enfants puissent apprendre à nager, cela aurait coûté 600 000€ (200 000€ x 3)  par an… Plus cher que la remise en état du stade nautique de Coursailles. Mais d’autres postes sont prioritaires…

Notons comme il est dit dans un commentaire sur AulnayCap que peu de parents d’élèves ont protesté et qu’un seul groupe local de parents d’élèves a répondu à la lettre envoyée par l’association Aulnay Environnement. Il semble donc que la communication municipale – qui martelait qu’il n’y avait aucune alternative à la fermeture – ait peut-être démobilisé les parents. Du petit lait pour la majorité! La situation va-t-elle changer avec la révélation des documents qui indiquent qu’une fermeture n’était pas inévitable ?

Articles similaires:

3 Réponses à “Fermeture de la piscine: lesquels de nos enfants n’apprennent plus à nager?”

Une clarification semble nécessaire sur les chiffres dévoilés avec semble t’il deux montants contradictoires.
Dans la note du service technique au maire (22 avril 2015), le maintien de la possibilité de pratique de la natation dans une autre structure avec transports (sous entendue pour l’ensemble des écoles primaires) est chiffré à 200 000 euros par an.
En 2016, le même chiffre de 200 000€ par an ressort mais pour pour couvrir seulement 9 écoles bénéficiaires sur 30 soit moins d’un tiers des enfants. Sur cinq ans, la sous évaluation de la couverture des 30 écoles semble ainsi de 2 millions ((600 000 – 200 000)*5). Ce coût semble avoir été estimé à un tiers de sa valeur.

Ce mauvais calibrage financier irait dans le sens de la démolition définitive de l’ancienne piscine, au détriment de la rénovation.

Quelqu’un a t’il une explication ? Dans le cadre « du soucis de transparence  » garanti sur ce dossier par 93600 infos, je n’ose pas imaginer un tour de passe-passe.

Navigue avec Internet Explorer 11.0 Internet Explorer 11.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; Trident/7.0; rv:11.0) like Gecko
commenter
Jean-Louis Karkides | 23 juin, 2016 à 16 h 12 min

Compte tenu que seules 9 écoles bénéficient de cours de natation, nous sommes partis de cette même valeur de 200000€ pensant qu’elle était l’évaluation y correspondant.
Erreur de notre part? Dans ce cas la municipalité aura dépensé 3 fois moins soit approximativement 70000€….
Cela ne nous mènera pas devant les tribunaux et le fond du problème reste le même, un autre choix que la fermeture de la piscine semblait possible.

Navigue avec Firefox 47.0 Firefox 47.0 sur Ubuntu x64 Ubuntu x64
Mozilla/5.0 (X11; Ubuntu; Linux x86_64; rv:47.0) Gecko/20100101 Firefox/47.0

Effectivement, il y a peut être eu une dépense rabotée pour couvrir seulement un tiers des enfants à la place de la totalité (70 000 à la place des 200 000 euros).

Globalement, la gratouille budgétaire semble avoir guidé le choix de la démolition, quels que soient les impacts économiques et sociaux à moyen et long terme (rupture prolongée de services surtout pour les générations en âge d’apprendre à nager, augmentation pour tous de la tarification dans la nouvelle piscine).

C’est une certaine façon de faire de la politique qui n’a rien à voir avec l’efficience d’une politique publique.

Navigue avec Internet Explorer 11.0 Internet Explorer 11.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64; Trident/7.0; rv:11.0) like Gecko