Démocratie locale, PLU, Urbanisme

Après le PLU, le mauvais temps… rue de Pimodan.

23 février, 2010 à 10:15 | Posté par

Une centaine de personnes était présente à la réunion publique organisée à la salle Dumont jeudi 18 février. A l’ordre du jour, une inquiétude grandissante des habitants des rues de Pimodan et Henri Barbusse, qui assistent impuissants à des achats de pavillons par des promoteurs. Essentiellement pavillonnaire, ce secteur ne l’est pourtant plus au sens du plan local d’urbanisme et il est fort probable qu’un immeuble pousse au milieu des pavillons… Le problème pour les riverains n’est pas tant la question de construire du logement, mais plutôt la méthode qui ressemble à celle employée avenue Coullemont. Un promoteur achète au prix fort un premier pavillon et procède ensuite par acquisitions successives, semant émoi et panique dans les environs. En effet, des pressions semblent parfois exercées pour pousser à la vente, comme de prétendues possibilités d’expropriation. Il faut le rappeler et le maire l’a fait, la collectivité ne peut se donner seule le pouvoir d’expropriation : c’est après enquête publique et décision de l’État, que peut lui être confiée l’utilité publique, procédure strictement contrôlée et réglementée.

Madame Leconte-Vincent, elle-même habitante du quartier et organisatrice de cette rencontre, a accueilli le maire, Gérard Ségura, comme le « sauveur », lui demandant de protéger le bien et le jardin des riverains. Elle a suggéré une révision du PLU qui limiterait les constructions à deux étages maximum sur ce secteur. Monsieur Ségura, bien que compréhensif à la situation, n’ a pas été en mesure de rassurer à 100% les riverains. Il a rappelé que l’actuel PLU, révisé et voté en janvier 2008 par l’ancienne majorité, permet aux promoteurs d’agir ainsi. Une nouvelle révision, telle qu’annoncée en maintes occasions par le maire, demanderait au moins deux ans, pour un coût estimé à 800 000 euros. En attendant, et c’est une information de premier plan, il a indiqué que des modifications du PLU étaient en cours d’élaboration, sans toutefois donner plus de précisions… (NDLR : une modification nécessite généralement six mois).

Plan du Quartier : Les promoteurs auraient acquis les pavillons des 16 et 18 rue Henri Barbusse et 27 rue de Pimodan.

Concernant les moyens de pression sur les promoteurs, le maire les a qualifiés de « pas inépuisables ». Il a néanmoins proposé sa médiation. S’il s’est déclaré optimiste sur la possibilité de négocier un retrait de construction de 4 mètres ou des aménagements architecturaux, il s’est montré beaucoup plus prudent quant à la hauteur du futur bâtiment, évoquant les contraintes d’équilibre financier d’un projet immobilier. Citant l’Arc en ciel, Balagny ou Savigny, Monsieur Ségura a précisé que rien ne se fait dans la ville sans consultation et concertation de la population, propos qui ont entraîné quelques chahuts de protestation de personnes semblant en désaccord avec cette affirmation.

En conclusion, on notera avec intérêt que, même dans les quartiers de centralité, dont chacun s’accorde pourtant à ce qu’ils devraient supporter en priorité la densification programmée de notre cité, les habitants réagissent et se mobilisent au nom de « l’âme des quartiers pavillonnaires qui font la spécificité de notre ville« . A quoi bon habiter Aulnay-sous-Bois si elle ressemble à n’importe quelle ville du département, exprimera en substance un riverain ? (NDLR : la zone pavillonnaire occupe plus de 40% du territoire aulnaysien).

Rendez-vous semble avoir été pris dans un mois pour faire un point sur la situation. On verra alors ce que Gérard Ségura qui a déclaré « ne pas être propriétaire de la ville, ni au-dessus des lois » aura pu faire pour les habitants…

Stéphane Fleury.

Articles similaires:

10 Réponses à “Après le PLU, le mauvais temps… rue de Pimodan.”

commenter
Laurent Comparot | 2 mars, 2010 à 15 h 03 min

Habitant depuis de nombreuses années le centre gare sud, je tiens à revenir sur les propos de cette note et les commentaires de la note suivante.

Madame Leconte-Vincent a tenu à assumer à titre individuel la paternité de cette réunion et on ne voit pas en quoi elle en aurait moins le droit que d’autres aulnaysiens, associations ou autres collectifs.
Cette réunion concernait exclusivement les problèmes liés à la densification du centre-gare. A ce titre, elle a rassemblé des voisins comme elle inquiets et directement concernés par des visées et pressions de certains promoteurs immobiliers sur ce quartier. Pour répondre à ses interrogations, elle a convié le maire d’Aulnay-sous-Bois, qui est on le conviendra la personne la plus apte à représenter l’autorité administrative et politique qui gère la ville.

Qu’elle ait des opinions politiques comme sûrement une grand nombre des lecteurs de Monaulnay.com n’est pas au centre du débat. Ce qui était important pour cette dame est le sort de son bien menacé par les visées d’un promoteur du Raincy qui a réussit à acquérir un certain nombre de pavillons limitrophes suites à des pressions ou des intimidations.
Certains politiciens locaux bien connu de ces colonnes ont présenté cette réunion comme une réunion politique sans intérêt organisée par le maire. Je rassure les lecteurs : ils étaient les premiers présents le soir venu !

Les échanges tenus ont été très instructifs et très intéressants. Comme on pourrait le croire, cela n’a pas été une partie de plaisir pour monsieur Ségura, parfois sifflé et hué, ou interpellé sans ménagement. Cette réunion a été l’occasion d’un échange direct mettant en relief une population mal informée (ou désinformée par des rumeurs infondées ?) sur les règles d’urbanisme, le droit des uns et des autres, et les mesures d’intervention très limitées de la ville. Certes, l’émotion était vive pour beaucoup d’habitants de ce quartier, mais cette réunion a été fort utile et constructive malgré des comportements individuels forts déplacés.

Contrairement à ce que peut faire apparaître cet article (le mot « sauveur » est-il bien approprié ?), madame Leconte-Vincent «n’a pas « servi la soupe » mais a tenu à organiser une réunion sérieuse avec de multiples échanges. Certains commentaires publiés sur la note suivante sont grotesques et bien méprisants pour cette habitante. En particulier, quand cela vient d’un responsable d’une association qui n’est qu’un faux-nez politique creux.

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 5.1; Trident/4.0; .NET CLR 1.1.4322)

mon cher Laurent, vous mélangez deux choses :
1.le fait de départ que personne ne conteste ni la bonne foi de cette jeune femme, je l’ai déjà dit.
2.la récup grossière organisée par le cabinet du Maire, d’ailleurs son directeur de cabinet ne s’en cachait pas, pour éviter d’être pointé comme responsable et se défausser sur les autres.

sinon, c’est vrai que la réunion était instructive, pas forcément tranquille, ce qui vous en conviendrez n’apparait pas du tout dans le compte-rendu idyllique d’Oxygène.
c’est vrai que j’étais comme d’autres présents et que nous avons pris le soin d’écouter tout le monde sans intervenir, on ne peut pas faire moins.

maintenant je vous trouve gonflé de critiquer ceux qui critiquent sous des prétextes politiques puisque vous êtes vous-même un militant actif du Maire. faudrait quand même pas pousser !

quelle est cette démocratie aulnaysienne ou n’ont droit à la parole que ceux qui sont proches du maire, ou on manipule la réalité, ou on dit le contraire de ce que l’on fait ?

on peut ne pas être d’accord les uns avec les autres et chaque opinion est respectable mais qu’au moins « l’être suprême » arrête de se jouer de tous… les gens demandent juste la vérité. est-ce trop demandé ?

tiens pour mémoire : de quand date l’immeuble construit à l’angle Pimodan et Bondy ? avant ou après le PLU ? pour quoi dire aux gens que tout cela découle du PLU quand ce n’est pas vrai ?

Navigue avec Firefox 3.5.8 Firefox 3.5.8 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.1; fr; rv:1.9.1.8) Gecko/20100202 Firefox/3.5.8
commenter
Bruno Gandolfo | 2 mars, 2010 à 22 h 58 min

Je n’ai pas assisté à cette réunion mais je lis dans le compte rendu (et dans Oxygène) que Mr Segura a rap­pelé que l’actuel PLU, révisé et voté en jan­vier 2008 par l’ancienne majo­rité, per­met aux pro­mo­teurs d’agir ainsi.
Je me suis battu pour l’avenue Coullemont et je connais bien le problème de la zone UD dans laquelle la rue de Pimodan se situe également.
Le PLU voté en janvier 2008 permettait, dans cette zone, de construire sur une profondeur de 14 mètres en bordure de voie. Ce même PLU permettait d’imposer un retrait de 4 mètres lorsque les propriétés voisines étaient en retrait, cela afin d’assurer une bonne intégration aux constructions existantes.
Dans le cas de l’avenue Coullemont, ce retrait s’imposait si bien que la profondeur de constructibilité était ramenée à 10 mètres. Or le promoteur voyait son opération devenir beaucoup moins rentable car il avait envisagé de construire sur une profondeur de 14 mètres (selon son premier projet de permis de construire). Qu’à cela ne tienne, le maire dans la modification du PLU votée en septembre 2009 a élargi la bande de constructibilité pour la porter à 19 mètres. Dans le cas d’un retrait de 4 mètres, il reste donc 15 mètres constructibles (contre 10 pour l’ancien PLU, soit une augmentation de 50% de la surface constructible !).
En conclusion si les promoteurs s’intéressent aujourd’hui fortement à cette zone UD, et notamment à la rue de Pimodan c’est parce que le maire leur a ouvert un boulevard avec la modification du PLU.
Je trouve par conséquent qu’il est inadmissible de la part d’un élu de travestir systématiquement la vérité.

Navigue avec Firefox 3.6 Firefox 3.6 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; fr; rv:1.9.2) Gecko/20100115 Firefox/3.6 (.NET CLR 3.5.30729)

je suis satisfait de voir votre commentaire monsieur Gandolfo qui vient démontrer le double langage du maire actuel.
je n’oublie pas que nous avons notre part de responsabilité et que je ne la fuis pas, mais je crois depuis le départ tenir un discours de vérité et d’équilibre des problèmes d’urbanisme sur notre ville.

ce n’est vraiment pas le cas du maire et je crois vraiment très important que chacun ouvre vite les yeux sur les risques énormes qu’ils nous fait courir.

Navigue avec Firefox 3.5.8 Firefox 3.5.8 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.1; fr; rv:1.9.1.8) Gecko/20100202 Firefox/3.5.8
commenter
Amelie Roulet | 3 mars, 2010 à 9 h 31 min

@Bruno : merci de cette précision fort utile.

Je rejoins parfaitement son avis.

Sans doute le PLU de l’ancienne municipalité comporte des erreurs, mais j’en ai vraiment assez (et le mot est faible) que la mairie actuelle se défausse systématiquement en accusant l’ancienne municipalité qui a fait le PLU.

La modification du PLU établie par l’actuelle municipalité comporte des axes majeurs, dont Bruno en a cité une partie. Ce qu’il a cité est d’ailleurs non négligeable, mais d’autres modifications de ce PLU vont dans le même sens, à savoir: donner la possibilité aux promoteurs (quels qu’ils soient, soit diant passant) de bétonner davantage!

D’ailleurs, pour ceux ou celles qui aimerait savoir ce qu’il y a dans cette modification, MonAulnay nous donne une lecture instructive ici:
http://www.monaulnay.com/2009/03/le-plu-en-ligne.html

Navigue avec Internet Explorer 7.0 Internet Explorer 7.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 7.0; Windows NT 5.1; .NET CLR 1.1.4322; .NET CLR 2.0.50727; .NET CLR 3.0.04506.30; .NET CLR 3.0.4506.2152; .NET CLR 3.5.30729)

j’en profite d’ailleurs pour rappeler deux points très importants du PLU qui ne découlent que de la réforme du code de l’urbanisme d’octobre 2007 (donc la loi au-dessus) :

1. auparavant on ne pouvait construire un immeuble que sur un terrain de plus de 700m2 et de plus de 20m de façade. évidemment cela réduit considérablement les possibilités et vous imaginez que certains projets actuels ne verraient pas le jour. en effet la pression du genre « vendez parce que je construit chez votre voisin » ne pourrait pas avoir lieu à moins que le terrain ne réponde à ces règles.
mais le législateur a considéré que ce genre de pratiques étaient des façons déguisées de déclarer inconstructible un terrain et cela a disparu.

il est évident que ce changement est grandement responsable de la pression exercée.

2. auparavant on ne pouvant construire qu’un seul logement par terrain dans la zone UG (pavillonnaire). mais là aussi le code de l’urbanisme a changé la règle en disant que l’on peut construire le nombre de logements que l’on veut sur un terrain à condition de respecter les autres règles (hauteur, surface, etc).

c’est ce qui permet aujourd’hui au maire d’être promoteur d’immeuble en zone UG.

voilà deux exemples qui expliquent aussi pourquoi le PLU autorise certaines choses en application obligatoire du code de l’urbanisme. ce qu’évidemment le maire ne dit pas…

pour plus de détail, vous pouvez lire cet article :
http://www.frank-cannarozzo.com/article-5eme-reunion-ouverte-de-l-opposition-municipales-le-compte-rendu-part-1-45516378.html

Navigue avec Firefox 3.5.8 Firefox 3.5.8 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.1; fr; rv:1.9.1.8) Gecko/20100202 Firefox/3.5.8
commenter
Laurent Comparot | 6 mars, 2010 à 14 h 09 min

Je réitère mes propos sur le mépris affiché dans certains commentaires à l’égard de madame Leconte-Vincent et de la réunion dont elle a assumé la paternité.

Bien sûr, l’article publié par la suite dans Oxygène n’est pas ni verbatim, ni un compte-rendu de la réunion. D’ailleurs, lors de cette réunion à laquelle madame Roulet et monsieur Gondolfo auraient dû se rendre, le sujet de la bande constructible a été abordée.

Avant d’être « militant », je suis aussi un habitant de ce quartier où vit une grande partie de ma famille. Je m’y suis rendu par curiosité et intérêt pas pour faire tapisserie, ni pour me faire mousser.

@ M. Cannarozzo : l’usage de majuscules dans la langue française, est-it devenue facultatif ? Un retour à cet incontournable de notre culture faciliterait beaucoup la lecture de vos écrits.

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 5.1; Trident/4.0; .NET CLR 1.1.4322)

j’avais une question… que va faire la mairie pour le pavillon du 37 route de bondy?

Navigue avec Firefox 3.6 Firefox 3.6 sur Windows Vista Windows Vista
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.0; fr; rv:1.9.2) Gecko/20100115 Firefox/3.6 (.NET CLR 3.5.30729)

Vous avez raison Laurent, personne ne mérite le mépris. pas plus cette personne que les autres auxquels le maire envoie des signes de provocation. mais là je vous entends moins.

moi aussi j’habite le quartier et suis même concerné par la zone UD mais je ne cache pas pour autant le fait que je fais aussi de la politique pour ma ville. le fait que vous fassiez comme si vous étiez un citoyen « lambda » que vous n’êtes pas, rend toujours suspect surtout quand on accuses les autres d’être des politiques déguisés en association. c’est bien de s’appliquer les mêmes règles.

merci de me reprendre sur le langage j’avais oublié que Maire comme Majesté prend un M.

Navigue avec Firefox 3.5.8 Firefox 3.5.8 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.1; fr; rv:1.9.1.8) Gecko/20100202 Firefox/3.5.8
commenter
Amélie Roulet | 7 mars, 2010 à 10 h 09 min

@Laurent Comparot
Je veux bien concevoir que mon commentaire a été un peu virulent, et sûrement blessant à l’égard des gens qui sont dans une situation que je comprends comme stressante et difficile.

Il est sûrement aussi maladroit, en effet de ma part de faire un commentaire sur une réunion où je n’ai pas assisté.

La seule chose que je ne comprends pas et qui m’a fait régir sans doute trop rapidement c’est la différence de traitement entre cela et ce qu’il se passe dans d’autres quartier d’Aulnay. Pourtant, pour moi, il s’agit du même « combat ». Et c’est donc ça que je voulais souligner, même si, je le concède, je l’ai fait très maladroitement.

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows Vista Windows Vista
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 6.0; Trident/4.0; SLCC1; .NET CLR 2.0.50727; Media Center PC 5.0; InfoPath.2; .NET CLR 3.5.30729; .NET CLR 3.0.30729)