Entreprises, Intercommunalité

Peu de vagues à Aulnay suite aux révélations du Canard Enchaîné sur la gestion de l’eau

22 juillet, 2008 à 0:51 | Posté par

La bouillonnante gestion de l’eau locale

La gestion de l’eau est un sujet que nous suivons régulièrement sur MonAulnay.com. En effet Aulnay-sous-Bois avait été désignée en 2002 ville la plus chère de France pour son eau et nous avions calculés il y a un an que la situation n’avait pas fondamentalement changé. Plus que le prix de l’eau, c’est la gestion par Véolia qui avait été récemment critiquée, notamment par des révélations de l’UFC-Que choisir à l’automne dernier qui montraient que cette société faisait 61% de marge. Pourtant, André Santini, en mai dernier, a été réélu à la tête du Sedif qui aura notamment pour mission importante de
proposer d’ici à la fin de l’année 2008, le futur mode de gestion du service public de l’eau à
compter du 1er janvier 2011. Or, on le sait, André Santini est pour la gestion privée de ce service.

L’UFC-Que choisir ne s’est ensuite pas limité là, et a publié début juin une étude qui accusait carrément Véolia de surfacturer l’eau en exposant en détail les profits et les facturations. C’est cette étude que le Canard Enchaîné a commenté le 25 juin dernier (voir ci-dessous).

Canard20080625_2

Peu de vagues à Aulnay…

La re-municipalisation de l’eau était belle et bien une promesse de campagne de l’équipe actuelle à la mairie d’Aulnay (engagement n°45). Or il faut noter une relative discrétion sur ce sujet. Seul le responsable de la LCR local, Mohammed Bensaber sur son nouveau blog (mbensaber.com) semblait aborder le sujet de face.

A quand un grand débat au niveau local ?

Hervé Suaudeau

14 Réponses à “Peu de vagues à Aulnay suite aux révélations du Canard Enchaîné sur la gestion de l’eau”

La moyenne du prix de l’eau en Seine Saint Denis est de 3,46 euro/m3, soit 40% plus cher qu’à Paris.
Qu’est ce qui pourrait expliquer cet écart ? Quelle est la part de la masse salariale de Veolia dans les charges de fonctionnement par rapport au service public en charge de l’exploitation de l’eau courante ?
Est ce que le prix (relativement bas) de l’eau gérée par un organisme public vient du fait des subventions ou non ?
Bref, existe t-il une étude concrète sur le sujet ? J’avoue ne pas bien connaitre le dossier.
Arnaud Kubacki

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Arrivé à un moment Arnaud, il faut arreter de chercher des « excuses » à Véolia ou à les comprendre!!!
On parle quand même de surfacturation d’une hauteur de 91 millions d’euros !!!C’est pas des cacahuètes!!Quand on voit Véolia et tous ses actionnaires se goinfrer sur les dos des consommateurs d’eau c’est une honte!!
Il faut revenir à une gestion municipal de l’eau sur aulnay et effectivement c’est une promesse de l’actuelle équipe municipale.
Je remercie Hervé et monaulnay d’avoir publié cette article fort important pour les aulnaysiens
Maintenant à l’équipe municipal de jouer et de foutre dehors ces requins de Véolia
[NDLR: Il faudrait peut être calmer les ardeurs afin de démarrer un débat dans un esprit serein]

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Si la ville, (l’ancienne municipalité)a devolu cette tache a Veolia, c’est peut etre qu’elle y trouvait son compte dans la gestion ou autre, peut etre que cela la liberait d’un poids, mais cette surfacturation est plus qu’etrange, et je suis stupefait , que malgré les dossiers entre leurs mains,la campagne, dont l’eau etait un argument de poids, et les promesses de repasser a une gestion municipale, comme pour d’autres dossiers, aucune reaction, par contre les augmentations, les delegations aux conseillers municipaux, pour qu’ils puissent « croquer » eux aussi, l’empressement de certains a voyager, alors que selon leurs propres dires, ils n ont pas assez de temps pour recevoir les gens et etudier les dossiers, comment devons nous le prendre?
Une ville telle qu’Aulnay ne peut se satisfaire de l’a peu près, et ce n’est pas un travail qui s’apprend sur le tas.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Il serait intéressant d’avoir les avis de Mr AMEDRO et des communistes sur ce sujet.Il me semble ( enfin j’espère ) qu’ils sont pour revenir à une gestion municipale de l’eau.
Dans tous les cas, une prise de position serait la bienvenue.
Pour info, dans le cadre de la délégation de service public, il revient à Véolia d’assurer l’entretien des canalisations. Il serait judicieux que la mairie communique aussi sur ce sujet qu’en a l’état des canalisations sur la ville

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

M. Hidri et M. Bensaber,
Je pense que la nouvelle municipalité de peut pas passer directement à une gestion publique de l’eau, tout simplement parce qu’un contrat doit lier la Mairie à Véolia (si un élu peut confirmer)
On ne peut pas briser un contrat avant échéance sans payer soit des pénalités soit des indemnités à l’entreprise déchue. Et connaissant ce genre d’entreprise, le contrat doit posséder des clauses bien solides qui empêchent de rompre un contrat sans de lourdes conséquences financières.
Et vu les dépenses de fonctionnement actuelles et la volonté affichée de la nouvelle municipalité de ne pas exploser le budget et la dette (enfin c’est ce qu’ils promettent), ils ne peuvent s’engager sur ce terrain, car leur marche de manoeuvre est réduite.
C’est juste une déduction, maintenant si quelqu’un peut confirmer…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

@Arnaud
Il me semble que le contrat court jusqu’à 2010.
Après, on peut très bien revenir à une gestion municipale

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Laurent Comparot | 18 août, 2008 à 15 h 01 min

Je voudrais revenir sur certains des commentaires relatifs au dossier de l’eau parus sur ce blog, pour expliquer la complexité de ce dossier.
Comme beaucoup de nos concitoyens, je pense que la gestion de l’eau dans notre ville mais aussi dans toutes les villes qui dépendent du SEDIF est scandaleuse : la vocation d’une délégation de service public est d’approvisionner au meilleur coût les usagers et non d’enrichir les entreprises bénéficiant de ces délégations.
Pour les non-initiés, je résume la situation : le SEDIF est un établissement public regroupant 143 communes dont notre ville (4 millions d’habitants). Le SEDIF est propriétaire de toutes les installations de production et de distribution. Depuis sa création en 1923, la Compagnie Générale des Eaux devenue Veolia Eau est chargée de l’exploitation (ce contrat représente 37 % du chiffre d’affaire de Veolia Eau). Le SEDIF est présidé depuis 1977 par André Santini, secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique et Maire d’Issy-les-Moulineaux. La gestion du SEDIF a été de nombreuses fois critiquée tant la Cour des Comptes, que par la presse tant pour les tarifs pratiqués aux usagers, que par une « quasi-gestion de fait » par Veolia Eau.
L’actuel contrat arrivant à échéance en 2010, le SEDIF devra déterminer fin 2008 le futur mode de gestion. Cependant le réélection d’André Santini tenant du statu quo à la présidence du syndicat laisse augurer peu de changement. L’autre candidat, Jacques Mahéas, était soutenu par les tenants d’un retour en gestion publique de l’eau.
Pour en revenir au niveau de notre ville, je pense qu’il y a une véritable volonté politique de s’attaquer à ce problème et à réduire la facture de nos concitoyens.
J’ai suivi de près l’expérience menée par le département des Landes présidé par Henri Emmanuelli dans le cadre d’une politique de rémunicipalisation de l’eau. Je le cite : « Une étude précise faite en 1995 sur le prix de l’eau dans le département a montré que les usagers dépendants de services d’eau gérés par une société privée avaient une facture supérieure en moyenne de 70 % à celles des usagers dépendant d’un service en régie. »
Depuis, il lutte contre le Syndicat professionnel des entreprises de services d’eau et d’assainissement mais aussi par le lobby politique mené par le Sénateur UMP Jarlier.
Ce n’est pas pour autant que cette situation est facilement transposable dans notre ville. Car contrairement à des zones rurales ou semi-rurales, Aulnay-sous-Bois n’est pas autonome et ce titre dépend du SEDIF tant pour l’approvisionnement que pour l’assainissement et le retraitement des eaux.
De plus, notre ville ne dispose d’aucune expertise technique et sans doute pas immédiatement des compétences juridiques pour gérer un tel dossier, n’en déplaise à ceux qui estiment qu’on puisse couper les ponts si facilement.
Est-ce à dire que tout espoir est perdu ? Je ne le pense s’il se construit une véritable volonté politique – qui pourquoi pas transcende les habituels clivages politiques – pour redonner du pouvoir d’achat à nos concitoyens.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

N’empêche que complexité du dossier ou pas, la majorité actuelle en a fait un de ses principales engagements et de facto a promis aux aulnaysiens de revenir à une gestion municipale.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Ou bien etait ce encore une promesse de campagne, évaporée dès l’entrée en mairie, comme tant d’autres promesses, qui ressurgiront en temps voulus, pour les mettre devant le fait accompli(surtout non accompli).

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Je pense qu’un tel contrat doit avoir aussi une clause d’endettement, Arnaud, ainsi qu’un prix calculé pour ne pas penaliser les usagers, prix qui devrait etre sous controle de la municipalité, pour son evolution, et surtout pour que le prix au robinet soit honnête pour les usagers, c est la tout ce qui doit nous preoccuper, que chacun prenne ses responsabilités, il faut arreter de rejeter la faute ou d eluder les questions importantes, on a l impression de vivre dans un brouillard au niveau information, quand la nappe va t elle se lever, ou est ce une chappe de ciment?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Quelques toutes petites précisions.
La distribution d’eau sur Aulnay est une concession de distribution (le réseau appartient à la ville), cette concession est déléguée au SEDIF qui lui même la délègue à VEOLIA ENVIRONNEMENT pour l’entretien et le renouvellement du réseau. Le contrat de concession prévoit également que le distributeur d’eau assure aussi la fourniture et donc que le prix de vente comprenne les frais de production et de distribution (c’est justement sur cette répartition et sur les différents montants qu’il manque de la limpidité).
Tout le monde est d’accord le contrat actuel de concession ne favorise pas l’usager concernant le prix de vente de l’eau et le volume des travaux d’investissement sur les réseaux ne semble pas être en rapport avec les provisions collectées. Le terme du contrat de concession est fixé à 2010, en sortir avant nous exposerait à des pénalités.
Mais au terme de la concession 2 hypothèses, soit le prix négocié par le SEDIF permet de faire baisser substantiellement le prix payé par les Aulnaysiens, soit on reste sur les montants actuels et dans ce cas une sortie du SEDIF est envisagée.
Dans la dernière hypothèse 2 possibilités une DSP avec un délégataire privé ou une régie municipale, ces solutions sont aujourd’hui à l’étude. D’autres villes de la région parisienne ont les mêmes réflexions sur ce sujet et sont pour certaines plus avancées que nous, nous profiterons de leur expertise.
Pour M Hidri, je comprends votre impatience sur les changements indispensables que doit connaître notre ville, moi-même je voudrais que cela aille plus vite, et vous avez probablement raison toutes les promesses de campagne ne seront pas tenues, mais de grâce ne faites pas le bilan d’une mandature et de 148 propositions après 150 jours, soit 5% de la durée du mandat.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Monsieur Defait, ce n est pas un bilan, juste un constat parmi tant d’autres(ca commence a faire beaucoup de constats, je me demande ce que cela va augurer pour le bilan), c est pour cela que je parle de brouillard avant que cela ne devienne une chappe, et je sais que l on peut y apporter des ameliorations, mais la majorite connaissait le prix de l’eau, il aurait peut etre fallu reagir avant, cela aurait permis une augmentation plus substantielle des revenus des administrateurs de la ville, pourquoi avoir attendu tout ce temps en connaissance de cause, cela egratigne quelque peu la credibilite et le soi disant altruisme de certains.
Pour ce qui est du temps(5% du mandat), il ya des fois des 5% plus efficace que des 95, et la valeur ainsi que l ardeur, et surtout les paroles engagées, ne se condiderent pas en termes de temps, mais en terme d’actions envisagées, selon les priorités connues et reconnues par la majorité, tout au long de la campagne, il serait peut etre « temps » des s’en souvenir.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

La question de l’eau se résume t-elle à ce type de parti-pris politique ? Ce n’est pas très rassurant de voir que la seule chose qui vous importe est que l’on adopte une gestion « pro-gauche » et donc public ou au contraire privée. Ne pensez vous pas que ce qui est capital c’est d’une part la qualité de l’eau et d’autre part la disponibilité de celle-ci ? Et moi en tant qu’aulnaysien je trouve que nous en avons pour notre argent. En ce qui concerne l’article du Canard, il relate que UFC s’est appuyé notamment sur le prix type d’un rapport ministériel pour estimer une surfacturation de la part de Veolia … je ne vois pas comment cela est possible car selon que l’on est en ville ou en zone rural les coûts seront fortement influencés par la densité de l’habitat urbain. Il se trouve qu’en banlieue vous êtes plutôt dans une forte densité et que du coup cela coute beaucoup plus chers de faire des travaux chez vous que si on les faits dans la Marne par exemple. Je pense qu’il faut toujours s’intéresser aux méthodologies d’études pour apprécier la valeur de leurs conclusions. Dans le cas d’UFC j’ai tenté de les obtenir mais sans succès. Alors pour une association qui dénonce le manque de transparence des autres je trouve cela un peu curieux je dirais même suspect.
En tant qu’entrepreneur de BTP j’ai été confronté pendant de longues années à ce type de commentaires surannés et c’est la raison pour laquelle maintenant que j’ai du temps j’essaie de contribuer à la connaissance générale de ces problématiques.
Quant à Arnaud, je vous encourage à aller sur le site du SEDIF ou sur celui de l’agence de l’eau si vous voulez des réponses à vos questions notamment sur les différences de prix. D’après ce que j’ai pu y lire pour nous les principaux éléments sont le fait que notre eau est essentiellement une eau de rivière, plus difficile à traiter qu’une eau de source et aussi le fait qu’on soit une ville neuve en grande partie, nous payons les nouveaux réseaux de raccordement.
En même temps, les leçons d’économie du canard enchainé, en matière d’objectivité, je suis un peu sceptique. On parle de surfacturation, mais par rapport à quoi ? Aux prix d’autres endroits ? Mais est-ce que les situations sont comparables ? On sait que d’une zone à une autre les réalités de produtcion et de traitement de l’eau peuevent être très différentes. Alors avant de crier au loup, je crois qu’il faut se renseigner un peu plus.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Se renseigner, et surtout mettre sur la table les problemes, et les informations inherentes a celui ci aurait été un bon debut de demarche, de la part de la majorite, cela aurait constitué un debut d’analyse, et aurait evité certaines questions en allant a l essentiel, donc, il n’y a pas que l’eau qui doit etre « traitée », le probleme aussi, ainsi que les solutions envisageables, de plus dans la Seine et Marne, ou c est la SOR je crois qui officie, demandez juste un devis, d apres les gens eux memes, ils sont tres chers.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown