Conseil municipal, Seine-Saint-Denis, Transports

Le conseil municipal se prononce contre CDG Express

19 décembre, 2007 à 11:41 | Posté par

Cdgexpr
Le maire et l’assemblée unie se prononcent officiellement contre, …

Le projet de liaison ferroviaire directe entre gare de l’est et l’aéroport Charles De Gaule dont l’enquête publique se termine le 21 décembre à reçu un avis défavorable du conseil municipal du 13 décembre dernier. Le maire à exposé les arguments suivants (pour plus de détails voir la transcription de la délibération) :

  • L’étude d’impact acoustique est incohérente et les éléments complémentaires n’ont pas été communiqués.
  • L’utilisation de deux voies ferroviaires publiques dédiées à la liaison privée CDG Express ne sera plus compatible avec les liaisons directes Aulnay-Paris.
  • Il est envisageable que le projet actuellement soumis à l’enquête publique ne corresponde pas au projet du concessionnaire privé désigné par l’état

… mais cela n’évite pas la foire d’empoigne!

Alain Amédro, conseiller municipal et régional vert et président de la commission des investissements du STIF, ouvre la charge en soulignant "cette résistance de dernière heure" au projet. Il a souhaité rappeler "les épisodes précédents" et notamment l’amendement déposé par l’ancien député-maire d’Aulnay-sous-Bois Jean-Claude Abrioux permettant de désaisir la région alors que celle-ci devenait défavorable au projet. Il a ensuite exposé les remarques qu’il avait déposé lui-même sur le dossier d’enquête publique (lire ici).

M. Abrioux en s’exclamant que cet "amendement n’était pas ça", a précisé qu’il n’avait pas a s’expliquer.

Fouad El Kouradi, adjoint à la circulation au stationnement et au transport, a souligné que le projet a vu le jour sous le gouvernement Jospin, et avait obtenu l’accord du STIF en 2003. Il déclare qu’il a toujours dit que "ce projet n’était pas une priorité" ni un "bon projet".

Gérard Ségura, conseiller général et candidat socialiste à la municipale, a déclaré que les propos de M. El Kouradi étaient des "salmigondis", qu’il étaient une "contre-vérité" car "la position de l’UMP n’a jamais été celle là". Il rajoute que lorsque le STIF avait donné son accord au projet il était dirigé par l’état. Il s’est réjouit finalement en déclarant qu’"il vaut mieux tard que jamais que la mairie défende cette position".

Le maire, Gérard Gaudron à exigé des excuses pour le terme salmigondis et a lancé le vote dans la confusion empêchant Brunot Vernet, conseiller communiste, de faire une intervention. Il s’en est excusé mais ne l’a pas autorisé a faire son intervention après le vote.

Ces échanges ont été vifs, entrecoupés d’applaudissements, rires, exclamations et surtout de nombreux cris d’indignations. Rarement le conseil municipal a été aussi peu serein pour une décision qui a finalement emporté l’unanimité.

Mais l’enquête n’est pas terminée

En effet voici rassemblés les remarques suivantes dont nous avons la connaissance et qui seront envoyées au commissaire enquêteur:

Le cahier de remarques est disponible toute la journée au centre administratif d’Aulnay-sous-Bois porte 135. Les remarques peuvent même être envoyées en ligne sur le site consacré au projet.

Hervé Suaudeau

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.