Social, Transports

Pourquoi les chauffeurs de bus franciliens exercent leur droit de retrait

3 mars, 2020 à 8:10 | Posté par
Photo: LP

Protéger les personnels et les usagers du Coronavirus. Voici le leitmotiv des agents de différentes lignes de bus d’Ile-de-France qui ont simultanément fait valoir ce lundi leur droit de retrait.

 » Nous avons réclamé du gel hydroalcoolique nous ne l’avons pas, alors que plusieurs de nos lieux de pause n’ont pas de points d’eau pour se laver les mains. Nous avons appris que certains bus ne sont pas nettoyés pendant deux semaines! Il faut des renforts sur le nettoyage!  » s’indigne Patrick Lisboa, délégué CGT pour les dépôts de Brunoy et Limeil-Brévannes. 

La CGT demande des masques et des gants pour en munir les volontaires. Elle demande aussi un contrôle de la température au laser de tous les agents Transdev à la prise de service. La direction étudie ces deux dernières possibilités.

Les conducteurs demandent des masques, des flacons de produit hydroalcooliques ou des lingettes, et la désinfection de leur bus. « Ces dispositions, certaines sociétés de transport les appliquent, insistent les représentants du personnel.

En Seine-Saint-Denis, le nord-est du département est particulièrement perturbé, notamment sur les lignes 609, 635, 617, 615, 618, ralliant Aulnay-sous-Bois, Villepinte, Sevran, Tremblay-en-France, jusqu’à La Courneuve et Bobigny.

Extrait d’un article du Parisien

Cet article a été écrit après la brève précédente, désolé pour cette redite mieux expliquée.

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>