Santé, Social

Nadia, aide-soignante à Ballanger lance un SOS au ministère de la santé

20 février, 2020 à 10:30 | Posté par
 ©Nadia

Dans un article du site actu.fr, Nadia s’exprime sur sa vie professionnelle et lance un SOS sur la crise de l’hôpital public, extrait:

Habitante de Signy-Signets, Nadia travaille dans l’hôpital public d’Aulnay-sous-Bois depuis 15 ans en tant qu’aide-soignante au service réanimation. Après l’envoi de sa lettre décrivant sa vie d’aide-soignante à la ministre de la Santé en août 2019, cette femme de 55 ans poursuit son combat sur les réseaux sociaux.

Les aides-soignants «  n’ont plus les moyens de travailler dans de bonnes conditions ». Ils sont fatigués, en burn-out, voire se suicident. Ils réalisent des gestes répétitifs toute la journée, à manipuler et déplacer des corps. « Ils sont cassés et ont mal au dos. Nous n’avons aucune prime de pénibilité de travail ».

Pour elle, il faut revaloriser les salaires pour permettre d’attirer des nouveaux profils. « Depuis 6-7 ans, nos salaires sont gelés. Ils nous mettent des primes qui ne compteront pas pour notre retraite ».

Il faut également plus de matériels et de lits, « il est inadmissible que quelqu’un puisse mourir sur un brancard ou y reste 36 heures » et la restructuration de l’hôpital public, c’est-à-dire la reprise de la dette par l’État.

L’hôpital public se retrouve aujourd’hui à « recevoir les gens pour de la bobologie. Ils ne peuvent pas aller ailleurs, il n’y a plus beaucoup de médecins en ville ».

Elle décrit aujourd’hui l’hôpital comme un grand bateau « en plein naufrage. Si on ne fait pas quelque chose, il va couler ».

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>