Education

L’école dés 2 ans voulu par le maire, quoi en penser?

27 mars, 2019 à 15:49 | Posté par
Photo:doctissimo.fr

Dans un article du Parisien, nous apprenons ceci:


« Aller à l’école dès deux ans, cela doit être possible partout » : voici la demande, en substance, de Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois. L’édile vient d’envoyer un courrier à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, pour lui demander d’étendre le dispositif des classes de « très petite section (TPS) »aux quartiers situés hors des zones d’éducation prioritaire.


Créé en 2012, ce dispositif permet l’admission à l’école maternelle des élèves âgés de deux ans. « Un moyen efficace de favoriser la réussite scolaire », estime la circulaire, qui limite ces TPS aux zones Rep et Rep +…


Une professeure des écoles d’Aulnay confirme : « Fréquenter le milieu scolaire, même adapté, dès 2 ans, c’est un bon tremplin pour la suite. Et il n’y a pas de raison, à cet âge-là, d’appliquer la théorie de la discrimination positive, a fortiori dans le 93 où la frontière des inégalités est confuse. »

Source: Le Parisien

Dans l’article suivant, les conditions d’un accueil de qualité sont décrites et demande aussi à la municipalité une aide non négligeable qu’il est nécessaire de prendre en compte.

Une directrice d’école peut refuser un enfant s’il n’est pas propre en septembre. En pratique, les « accidents » sont admis par les enseignants, à condition de ne pas être trop fréquents. Bref, la propreté doit être « amorcée ». Gérer les pipis d’un grand nombre d’enfants est impossible pour une institutrice, fût-elle aidée d’une Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles)…

A cet âge où les progrès sont spectaculaires, la différence est énorme. « Entre 2 et 3 ans, un enfant est en pleine construction de soi et a besoin de nommer, d’apprendre et d’harmoniser ses sensations et celles de l’autre, affirme la Dre Myriam Szejer, pédopsychiatre. Avec vingt-cinq à trente élèves dans sa classe, une institutrice, aussi bienveillante soit-elle, n’est pas assez disponible pour aider chacun à construire son identité. »
« A 2 ans, renchérit Béatrice Guerville, institutrice, on a du mal à capter l’attention d’un tout-petit, on doit 
s’adresser à chacun individuellement, et non au groupe. Leur langage est inexistant ou peu compréhensible, rendant les relations difficiles..

Source: magicmaman.com

Alors, tout est possible mais tout se paye…

Articles similaires:

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>