Non classé

Notre député demande des actes pour nos banlieues

14 mai, 2018 à 23:24 | Posté par

Quelques jours après la présentation du plan Borloo pour les banlieues, le parlementaire, seul député Les Républicains dans le département, tire la sonnette d’alarme. « Assez de plans et de rapports, place aux actes et aux moyens », résume-t-il.

En premier lieu : la rénovation urbaine. « A Aulnay-sous-Bois, par exemple, le programme Anru 1, qui allouait 370 M€ à la démolition et la reconstruction de logements vieillissants, a démarré en 2004. Il n’est même pas terminé », rappelle le député, en référence au Galion, cette barre de 180 logements dont la destruction a été reportée à 2019. Entre-temps, un plan Anru 2 a même été lancé pour rénover les quartiers du Gros-saule, Mitry-Savigny, Beaudottes et la Cité de l’Europe, soient 48 000 habitants concernés… « On n’a toujours pas vu le début d’un centime d’euro pour ce programme Anru 2, ni même une esquisse de calendrier », s’agace encore Alain Ramadier, qui pointe « des réunions suivant d’autres réunions, sans rien au bout ».

Source Le Parisien

Retrouvez ci-dessous ma question adressée aujourd'hui au Premier ministre, Edouard Philippe, lors des traditionnelles Questions au Gouvernement.Alors que l’ensemble des élus de banlieues populaires ont salué la remise du rapport de Jean-Louis Borloo sur les quartiers prioritaires, le temps est venu de passer des mots aux actes !Car il y a urgence ! Les maires de banlieues, les agents publics comme les bénévoles sont aujourd’hui épuisés, las de voir fleurir les annonces aussi vite que fane l’ambition qui les avait vues naître. Pour ne prendre qu’un exemple, depuis maintenant près de 4 ans, la rénovation urbaine est à l’arrêt… Comment accepter ce recul de l’Etat là où celui-ci est le plus nécessaire ? L’urgence est de doter notre pays d’une politique d’aménagement du territoire ambitieuse, soucieuse de donner enfin à nos communes et à nos quartiers toute leur place dans la République.

Publiée par Alain Ramadier sur mercredi 9 mai 2018

En effet, beaucoup de promesses, de blabla. Mais de cela, nous en sommes habitués malheureusement. Aujourd’hui notre député LR peut le dénoncer face à un gouvernement LREM. Peut-on penser que si le député de notre circonscription et le gouvernement était du même bord, nous aurions eu ce discours?

Nous touchons là les limites de ce que peuvent faire pour nous ceux que nous avons élus.

 

 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.