Cinéma, Culture

Aulnay-sous-Bois : projection du film Illégal à l’espace Jacques Prévert le 18 mars

9 mars, 2011 à 10:00 | Posté par

L’espace Jacques Prévert présentera le film « Illégal« , réalisé par Olivier Masset-Depasse, le vendredi 18 mars à 20h15. Cette projection s’inscrira dans une soirée Ciné-Débat citoyen, organisée par le Réseau Éducation Sans Frontières d’Aulnay-sous-Bois (RESF).

 

Illégal est un long-métrage franco-belgo-luxembourgeois,  dont l’histoire s’articule autour d’une jeune femme russe et de son fils, tous deux immigrés clandestins russes en Belgique.  Arrêtée puis placée en centre de détention, Tania (la mère) luttera pour protéger son fils, malgré les menaces d’expulsion.

Le débat sera organisé avec la participation de Sarah Danflous, co-auteur du livre Chroniques de rétentions

Tarif : 2,80 €

Note :  les bénéfices de la projection seront reversés à la Ligue des droits de l’Homme pour des actions du Réseau Éducation Sans Frontières.

Pour plus d’information, cliquer ici ou sur l’image ci-contre.

5 Réponses à “Aulnay-sous-Bois : projection du film Illégal à l’espace Jacques Prévert le 18 mars”

commenter
Romuald Weymann | 9 mars, 2011 à 23 h 53 min

Je suis moi-même d’origine immigrée, mais j’ai toujours du mal à comprendre comment peut-on défendre des personnes (les clandestins, faussement appelés des « sans-papiers* ») qui trichent.

* Ce terme de « sans-papiers » n’est fondé que pour certains clandestins ; ceux venus cachés dans des conteneurs par ex.
En revanche, un étranger qui obtient un visa touristique ou de visite familiale et qui décide de rester au-delà de la date d’expiration dudit visa, n’est pas un sans-papiers….

L’emploi de ce terme de « sans papiers » est idéologique et est destiné à faire larmoyer dans les chaumières : « les pauvres, ils n’ont pas de papiers donc pas de droits ! 🙁 »

Faux ! le site du GISTI (site de défense des immigrés notamment des clandestins) répertorie ainsi tous les droits auxquels ont généreusement accès les clandestins….
http://www.gisti.org/doc/publications/2004/sans-papiers/sommaire.html

Quel autre pays dépense près de 600Mn d’€ annuels pour permettre aux clandestins de se soigner sans rien débourser; où un clandestin peut-il scolariser son enfant, et bénéficier des allocations familiales ou même, avec absurdité, toucher des indemnités en cas d’accident du travail ?
Etc.

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.98 Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.98 Safari/534.13
commenter
Jean-Marc Engelvin | 10 mars, 2011 à 9 h 26 min

Bonjour Romuald,

Sans tomber dans l’angélisme de la libre circulation des personnes, on peut trouver aberrante et hypocrite la politique appliquée actuellement dans ce domaine. Alors que le pouvoir montre ses muscles pour rassurer une partie de son électorat, le nombre d’immigrants entrant sur le territoire s’accroît depuis plusieurs années. Les immigrants clandestins fournissent à notre économie une main d’oeuvre docile, pas chère et souvent non-déclarée. Lorsqu’ils sont déclarés en tant que travailleurs, ils paient des impôts, cotisent pour le système social national, mais restent privés de nombreux droits. On peut parler d’exploitation, voire d’esclavage moderne dans les cas les plus extrêmes, comme dans l’agriculture ou les services à la personne, où il peut y avoir privation de liberté de circuler. Ces situations peuvent être temporaires mais répétées -récoltes saisonnières- ou s’installer dans la durée -des années-. La limitation de l’immigration clandestine ne devrait-elle pas comprendre une lutte moins laxiste contre le travail clandestin ?

Si les immigrés clandestins enfreignent nos lois, la plupart d’entre eux agissent dans l’esprit de nos valeurs républicaines et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Le Réseau Education Sans Frontière s’il met en question certaines de nos lois, ce qui me semble-t-il est un droit, agit dans le respect de cet esprit. L’action du Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés reste elle dans un cadre légal et met en oeuvre ces mêmes valeurs.

Pourchasser et expulser des travailleurs ou non, intégrés depuis des années, des enfants, des étudiants relève-t-il d’une bonne politique? La politique de l’immigration ne devrait jamais être disjointe de la politique économique et de la politique étrangère.

Cordialement

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 5.1; Trident/4.0; .NET CLR 2.0.50727; .NET CLR 3.0.4506.2152; .NET CLR 3.5.30729; InfoPath.1)

RW a tout dit, rien à ajouter (sinon risque de troll :))

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 6.1; WOW64; Trident/4.0; SLCC2; .NET CLR 2.0.50727; .NET CLR 3.5.30729; .NET CLR 3.0.30729; Media Center PC 6.0; OfficeLiveConnector.1.3; OfficeLivePatch.0.0; MAAU; .NET4.0C)
commenter
Romuald Weymann | 10 mars, 2011 à 12 h 56 min

Jean-Marc, bien évidemment que l’Etat est hypocrite lorsqu’il prétend traquer l’immigration clandestine d’un côté, mais impose ces mêmes clandestins lorsqu’ils bossent.

En 2008 ou 2009, suite à la médiatisation du sort de travailleurs clandestins dans la restauration, le président du syndicat hôtelier et de la restauration UMIH avait carrément proposé de régulariser a minima quelque 100.000 travailleurs clandestins…

Ces régularisations massives (cf gouvernement Zapatero en 2005 avec 700.000 travailleurs clandestins régularisés dans une Espagne alors épargnée par la crise, le gouvernement Prodi en Italie en 2006 (500.000 travailleurs clandestins) sont des appels d’air à l’immigration clandestine et, quelque part, entretiennent les réseaux mafieux.
Sans oublier qu’ils permettent aux employeurs de diminuer les salaires et de pratiquer un véritable esclavage moderne.

« Venez chez nous futurs clandestins de tous les pays, nous vous régulariserons ! »
Royal, lors de sa visite à Dakar il y a quelques années (c’était lorsqu’elle était allée absurdement s’excuser pour les propos de Sarkozy), était allée à la rencontre d’associations sénégalaises luttant contre l’émigration (émigration) clandestine, qui provoque des situations dramatiques dans les pays d’origine.

Le Bondy Blog avait publié une série d’articles d’une journaliste sénégalaise allant en ce sens.
http://yahoo.bondyblog.fr/author/khady_lo/
Exemple
http://yahoo.bondyblog.fr/201005250001/louga-des-hommes-fantomes-et-des-femmes-seules/

A propos des régularisations massives en Espagne au passage, lorsque la crise a rattrapé l’Espagne, Zapatero, pourtant socialiste, a incité les immigrés à rentrer chez eux et s’est mis à appliquer la… préférence nationale envers les chômeurs espagnols.

Défendre les clandestins permet, à n’en pas douter, de se donner bonne conscience, mais l’immigration clandestine provoque des situations tendues y compris dans les pays d’origine.

Je finis en rappelant que, dans les Antilles-Guyane notamment, lorsque François Baroin alors à l’Outre-Mer avait proposé la suppression du droit du sol, cette proposition avait été approuvée par les élus de tous bords.
Que penser des élus PS antillais qui exigeaient de l’Etat que soient construits des CRA (centres de retenue administrative); quid de Taubira, députée de gauche qui balançait carrément que la reconduite à la frontière de 7.500 clandestins sur 50.000 était dérisoire (sic) mais aussi que cette immigration clandestine provoquait, en Guyane, un « tournant identitaire » (re sic) dans lequel les Guyanais de souche (!!) allaient devenir minoritaires chez eux.

Antoine Karam, alors président PS du CR de Guyane avait même invité les socialistes de métropole à venir observer pendant deux mois les dégâts provoqués par l’immigration clandestine.

Je n’invente strictement rien, ni sur les propos de Karam, ni sur ceux de Taubira.
http://www.rfi.fr/Fichiers/MFI/PolitiqueDiplomatie/2068.asp (les propos de taubira sont vers la fi n e l’article) et ici lorsqu’elle trouvait dérisoire le chiffre de reconduites à la frontière http://infoantilles.sasi.fr/web/infoantilles/Actualites.nsf/9ea3420bc687951c042574240051e6e0/3f02975bbe23acee0425716a00566c5f?OpenDocument

Ah, j’oubliais : quid de Michel Rocard qui, en octobre 1989 face à Anne Sinclair, se vantait que son gouvernement ait « expulsé* » 66.000 clandestins en 1988, et promettait qu’en 1989, il ferait mieux ? c’était au cours de cette interview à 7/7 qu’il avait déclaré sa fameuse phrase « « Je pense que nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde, que la France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique. »

Navigue avec Google Chrome 10.0.648.127 Google Chrome 10.0.648.127 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.16 (KHTML, like Gecko) Chrome/10.0.648.127 Safari/534.16
commenter
Jean-Marc Engelvin | 11 mars, 2011 à 9 h 20 min

Bonjour Romuald,

Sur l’immigration, comme sur nombre d’enjeux vitaux, le clivage droite-gauche classiques -c’est-à-dire UMP-PS- ne constitue pas à mon avis une grille d’analyse pertinente.
Le droit du sol français et les situations géographiques et démographiques de la Guyane et de Mayotte, comparables à celles des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sur le continent africain, donnent une acuité particulière au problème de l’immigration clandestine.

Pour revenir sur les dernières phrases de votre commentaire d’avant-hier:
– la défense de notre système de santé publique passe par la chasse aux abus, quels qu’en soient les auteurs,
– il me semble souhaitable que les « enfants clandestins » soient accueillis dans les écoles républicaines car ils ne sont pas responsables de leur état de « clandestins »,
– peut-être faudrait-il revoir les allocations familiales pour s’assurer qu’elles bénéficient aux enfants qui en ont réellement besoin,
– souvent exploités, voire pire, j’espère que les clandestins sur le territoire, mais travailleurs déclarés cotisant au système social et payant des impôts peuvent bénéficier d’indemnités en cas d’accident du travail.

Tout cela ne fait pas de la France un « paradis des clandestins » et l' »appel d’air » est, à mon sens, principalement suscité par notre système économique et ses abus. La situation des travailleurs de la STN évoquée par ailleurs sur le site illustrera mon propos.

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 5.1; Trident/4.0; .NET CLR 2.0.50727; .NET CLR 3.0.4506.2152; .NET CLR 3.5.30729; InfoPath.1)