Associations, Conseil municipal, Religion

L’école Grenier mérite un débat serein – Partie 2/2: Le débat escamoté

9 février, 2011 à 5:27 | Posté par

Nous revenons sur le débat qui (n’a pas) eu lieu au conseil municipal du jeudi 3 février à propos du projet d’ouverture de l’école privée musulmane Philippe Grenier.

Un projet assumé en toute transparence par les porteurs du projet

A l’occasion d’une décision en décembre, le maire avait accordé à l’association Espé­rance Musul­mane de la Jeu­nesse Fran­çaise (EMJF) l’attribution permanente de la totalité des locaux de l’ancienne école du Bourg de Bougainville (corr. 10/02/11 à 18h) pour leurs activités associatives. Depuis quelques semaines, et contrairement à ce qu’on pourrait croire à l’issue du débat du conseil municipal, c’est en toute transparence que cette association fait la promotion de son projet d’école privée confessionnelle dont l’ouverture est « prévue pour septembre 2011« . Les membres de l’EMJF ne cachent pas non plus leur volonté d’ouvrir cette école dans leurs nouveaux locaux qui n’ont plus d’utilisation scolaire depuis 2007.

Le site « Trouve ta mosquée » (voir capture ci-contre) fait faire sous-entendre aux promoteurs du projet qu’il y a un lien direct entre l’attribution récente des locaux et l’ouverture de l’école.

Un débat escamoté

En préalable, reconnaissons que la communauté musulmane est l’une des communauté la plus stigmatisée dans notre pays,  et il est important, comme dit le maire, que les membres de cette communauté , quand ils présentent un projet, ne soient pas être « interrogés de façon bien plus pro­fonde les autres« .

Néanmoins, le maire et ses adjoints ont clairement refusés de rentrer dans le débat (« la question viendra en son temps« ). Ils ont préférés tenter de discréditer les sources de l’information ou l’élu qui a posé la question de fond. Les accusations pour le moins fâcheuses étaient donc clairement destinées a détourner le débat.

La forme de la prise de cette décision du maire en décembre, peut être vue aussi comme une autre forme pour escamoter le débat. Cette attribution de locaux d’une valorisation de plus de 100 000 € est passée en tant que décision au lieu d’une délibération et les décisions ne sont pas toujours travaillées en priorité par les élus ni publiés sur le site de la ville. En refusant le débat et en ne mettant pas en avant cette attribution dont la municipalité pourrait être fière, l’exécutif légitime ceux qui peuvent dire « si le maire avait voulu cacher l’information, il ne se serait pas pris autrement ».

Un projet gênant pour les uns et dont les autres sont pourtant fiers

Éviter le débat de fond et le porter sur le terrain de la haine de l’autre ne participe par à la réponse aux interrogations légitimes qui pourrait dépassionner les choses. Au contraire, nous avons besoin de dialogue et de tolérance et cela souffre qu’aucun sujet ne doit être honteux pour ne faire ni  fantasmes, ni discrimination dans le traitement de l’information. Les membres de l’EMJF l’ont bien compris et les porteurs de projet (au passage fort sympathiques) sont très ouverts à la discussion, contrairement à d’autres pour qui le fait de mettre en lumière ce projet à l’air de particulièrement gêner…

Mais pourquoi le sujet gène l’exécutif alors qu’il est revendiqué publiquement et légitimement par l’association? Est-ce parce qu’en période électorale, où le maire est candidat, la forme de cette attribution pourrait faire penser à du clientélisme? L’association est pourtant très importante et une argumentation sur l’utilité de l’association et sur l’ampleur de leurs activités, si le sujet avait été abordé de front, aurait clairement fait baisser les soupçons. Quelques personnes osent même dire que cette école était une promesse faite à certains durant la campagne des municipales. A l’heure d’aujourd’hui personne n’a étayé d’éléments factuels ces affirmations mais le refus de débattre crédibilisent ceux qui s’avancent ou calomnient imprudemment de la sorte.

Les musulmans doivent avoir droit de citer dans le débat républicain

Il y a un vrai risque à escamoter des questions de cette façon car on a effectivement vu des personnes peu recommandables s’approprier ce débat et le monopoliser. La politique doit être une chose sérieuse et le rôle du premier magistrat de la ville doit justement être celui qui doit relever le débat et proposer une vision d’avenir commune ambitieuse.

Or ce traitement politicien du débat (décrédibiliser l’interlocuteur plutôt que de répondre aux questions), encourage la fracture. Pour s’attaquer à une source d’information indépendante ou à des questions posées, en faisant sciemment ce genre d’amalgames, on participe au clivage de la population.

Il faut pourtant changer d’attitude car l’islam ne doit plus être un sujet honteux, les pratiquants ne doivent plus être cantonnés aux caves des immeubles et le débat doit sortir aussi des caves de la politique.

Aujourd’hui, comme toute autres communauté, les musulmans de cette ville qui portent légitimement ce projet, ont le droit que celui-ci puisse être débattu sereinement.

Articles similaires:

16 Réponses à “L’école Grenier mérite un débat serein – Partie 2/2: Le débat escamoté”

commenter
JEAN LOUIS KARKIDES | 9 février, 2011 à 8 h 30 min

Lorsque les jeunes vont aux activités proposées par l’EMJF,ils disent aller « à l’école arabe » (témoignage d’enseignant travaillant à proximité du lieu actuel).
C’est donc comme tel qu’est vécu par de nombreux parents ce qu’ils y font.
Les musulmans ont le droit à une école privée.
Les principes républicains de séparation de l’Eglise et de l’Etat doivent-ils être remis en cause?
Qu’une communauté quelle qu’elle soit en fasse la demande n’oblige pas à y répondre.
Repas spécifiques dans les cantines scolaires,horaires spécifiques dans les piscines pour les femmes,médecin du même sexe que le patient….
Le mot « laïcité » n’est plus prononcé par certains acteurs politiques.
A ce problème de fond s’ajoute ici l’approche d’élections, la non-transparence de cet accord entre l’EMJF et la municipalité, la mise en cause des blogs,l’insulte de « néo colonialiste » lancé aux adversaires politiques.
Cherchez le côté nauséabond de cette histoire…..

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

Avant tout malentendu (on nous prête tellement de mauvaises intentions), il faut répéter que la démarche de cette association n’est ni malsaine ni nauséabonde: Elle est parfaitement légitime.
Ce qui est nauséabond est le traitement du dossier et du débat de la part de la mairie.

Navigue avec Firefox 3.6.13 Firefox 3.6.13 sur Ubuntu 10.10 Ubuntu 10.10
Mozilla/5.0 (X11; U; Linux i686; fr; rv:1.9.2.13) Gecko/20101206 Ubuntu/10.10 (maverick) Firefox/3.6.13

La posture de la municipalité est troublante.

D’un côté, elle semble vouloir afficher sa tolérance envers une « communauté stigmatisée* ».

Parenthèse, dans l’état actuel de la Constitution et de la législation, les musulmans ont le droit d’avoir leurs propres établissements privés. Même si personnellement je trouve triste que certains s’enferment dans des écoles confessionnelles, qu’il s’agisse de catholiques, juifs ou encore musulmans. Mais puisque le droit actuel le leur permet, je m’en tiens là.

D’un autre côté, la même municipalité paraît vouloir étouffer cette main tendue aux musulmans, dans un contexte national de défiance.

On peut se demander si la mairie assume pleinement ce projet, ou si elle ne tente pas plutôt de ne pas se mettre à dos un électorat plutôt « islamo-méfiant/hostile »…

* Je suis toujours dérangé lorsqu’il est question de communautés religieuses ou même ethniques.
La République est indivisible, cf article premier de notre Constitution…

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

outre le côté idéologique que suscite ce projet, le principe juridique de non-cessibilité du domaine public revient ici sur le tapis dont la trame laisse entrevoir un manque de concertation .
Aprés les projets Arc-en-Ciel, Balagny,etc… on constate que les caractéristiques distinguant le domaine public du domaine privé de la Ville semblent ne pas interpeller nos chers élus alors que leur désaffectation puis leur transfert dans le domaine privé de la commune doivent s incrire dans un schéma de concertation mais là, on ne parle plus le même langage car ce mot a été transformé en contestation.

Navigue avec Firefox 1.5.0.9 Firefox 1.5.0.9 sur Windows 2000 Windows 2000
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.0; fr; rv:1.8.0.9) Gecko/20061206 Firefox/1.5.0.9

J’ai lu le document de l’EMJF.

J’attire votre attention sur une phrase très grave qui figure dans ce document :

 » Nous attendons avec impatience l’ouverture de l’école Philippe Grenier, médecin et homme politique qui fut le premier député musulman de l’histoire de France « .

Cette phrase est très grave, car en France il n’y a pas de députés chrétiens, juifs, musulmans ou athées. Il y a des députés un point c’est tout !

A partir du moment où l’on définit un député à travers son appartenance religieuse on a précisément franchi la ligne jaune au delà de la laïcité.

On laisse place alors à une conception communautariste ou confessionnelle de la vie
politique qui n’a pas droit de cité dans notre pays et notre République.

Et c’est bien là tout le problème !

Par ailleurs il est dit dans ce document que l’agrément de l’Education nationale devrait se faire sans difficulté au motif que la nouvelle école s’ouvrira dans un ancien établissement scolaire du ministère de l’Education nationale.

Et l’on voit bien ici la stratégie des « petits pas » qui consiste à disposer d’ un lieu pour ensuite s’en prévaloir pour demander un agrément.

Mais ces jeunes gens semblent ignorer que la caractéristique des lieux n’est pas le seul critère pour bénéficier d’un agrément. Il y a en a d’autres tout aussi importants et même plus qu’il faut franchir avant de pouvoir obtenir un agrément.

Et puis, il faudrait peut-être en savoir un peu plus sur ce qui peut motiver une telle démarche. Car faire des cours d’alphabétisation c’est bien, organiser des cours de soutien scolaire, pourquoi pas ? Participer à des activités sportives ou culturelles pourquoi pas aussi ? Mais cela passe-t-il par un regroupement de type confessionnel mettant en avant le terme musulman ?

Très sincèrement, je ne le crois pas. Culte et culture ont, certes, les mêmes racines mais il ne faut pas confondre ce qui est de l’ordre du cultuel avec ce qui relève du culturel et du politique. Sinon nous sommes dans la confusion des genres la plus totale et j’ai bien peur que nous soyons revenus plus de trois cents ans en arrière !

Navigue avec Safari 5.0.2 Safari 5.0.2 sur Mac OS X  10.6.5 Mac OS X 10.6.5
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10_6_5; fr-fr) AppleWebKit/533.18.1 (KHTML, like Gecko) Version/5.0.2 Safari/533.18.5

Ne voyons pas de problème où il n’y en a pas. Le terme de « député musulman » est une formule couramment usitée même dans Wikipédia pour qualifier Philippe Grenier.
Je trouve même que le nom de Philippe Grenier est plutôt une bonne idée, il est non stigmatisant (sur les CV c’est hélas important), il montre même l’ancienneté de l’islam en France et son attachement à la république.

Le projet de l’EMJF est tout à fait légitime. Ce qu’il l’est moins est le traitement de la municipalité. On ne s’y serait pas pris autrement si l’on avait voulu faire les choses en catimini ou par clientelisme.

Navigue avec Firefox 3.6.13 Firefox 3.6.13 sur Ubuntu 10.10 Ubuntu 10.10
Mozilla/5.0 (X11; U; Linux i686; fr; rv:1.9.2.13) Gecko/20101206 Ubuntu/10.10 (maverick) Firefox/3.6.13

A vrai dire, ce n’est pas parce que Wikipédia utilise cette formule, qu’elle ne doit pas être critiquée…
Wikipedia étant alimenté par des internautes.

Malheureusement, depuis quelques décennies, on subit un matraquage idéologique consistant à promouvoir les différences ethnico-culturelles, au nom de la repentance et de l’auto-flagellation post-coloniales; parce que certaines populations immigrées issues d’anciennes colonies ont des problèmes identitaires.
Pour couper court à toute accusation de « néocolonialisme nauséabond », je précise que je suis moi-même né à l’étranger, dans une ancienne colonie frappée par des guerres dont une guerre de décolonisation 1945-54, et n’ai pas une tête bien catholique comme dirait l’autre.

Au nom de cette idéologie ayant réussi à saboter la communauté nationale et l’idéal républicain donc, certains élus du 93 et d’ailleurs n’hésitent même plus à placarder des affiches fêtant le nouvel an musulman (cf un élu d’Europe Ecologie à Grigny) ou à prôner le métissage comme valeur supérieure (Stains, 93, à travers un calendrier).

Du plus haut niveau de l’Etat, jusqu’au échelons locaux, on en est arrivé à une promotion indigeste de la « diversité » (exclusivement dédiée à 2-3 communautés en particulière au passage) et à un clientélisme inacceptable.
On en arrive à des situations complètement schizophréniques pour lesquelles il est à la fois stigmatisant d’évoquer les origines des uns et des autres, mais raciste de nier ces mêmes origines. Ainsi, placer par ex un Roselmack au JT de TF1 est considéré comme démagogique, mais l’ absence de « diversité » dans les médias serait une preuve du racisme en France.
D’un côté est martelé le droit à la différence, de l’autre, est revendiquée l’égalité républicaine.

Bref….

Sinon, il est à mon sens impropre de parler d’islam en France/de France, puisqu’il semble exister autant d’islam, que de musulmans.
Les musulmans de France paraissent se définir suivant leur nationalité d’origine : Algériens, Marocains, Turcs etc; j’en veux pour preuve les épineuses relations au sein du CFCM, ou même, pour parler d’une région vers laquelle j’ai vécu, de la grande mosquée de Marseille dont la construction est gelée à cause des âpres rivalités musulmans algériens/ musulmans marocains.
Du reste, à chaque mosquée correspond un pays d’origine défini, sauf à Metz où il est question, pour des questions financières, d’une grande mosquée inter-communautaire (sic, cf site Saphirnews) turco-maghrébine. Inter-communautaire, alors qu’ils sont censé partager un même islam ? bigre.

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

@ Hervé,

Ta référence à Wikipédia m’a incité à y aller voir d’un peu plus près. Et là on découvre tout de même plusieurs choses intéressantes :

1. Comme on pouvait s’en douter, s’agissant de Philippe Grenier, il s’agit d’une conversion à l’islam. Je n’ai rien contre, sauf qu’il ne faut pas oublier que l’inverse est pratiquement interdit dans la plupart des pays dits « musulmans » et en principe même selon le Coran, je crois.

2. Comme le dit très bien Romuald, ce n’est pas parce que l’expression est usitée qu’elle est correcte. Pourquoi ne pas dire aussi par exemple, le député juif X ou Y ?

3. D’ailleurs la notice de Wikipédia est à ce titre intéressante puisqu’il est dit :
« Devenant le  » Député des musulmans de France « , il se rend souvent en Algérie pour le besoin d’enquêtes parlementaires (…) » puis :  » Les électeurs de Pontarlier l’accuseront d’oublier d’où il venait et qui il représentait à l’Assemblée  » (puisqu’il est précisé à juste titre que les députés ne sont pas élus pour représenter une collectivité restreinte de citoyens mais la Nation toute entière »

4. Finalement, il ne sera élu que de 1896 à 1898. Puis battu en 1898 et battu à nouveau en 1902 décidant alors de quitter la politique.

5. Il existe déjà à Pontarlier un collège qui porte son nom et qui je crois ne s’appelle pas « le collège musulman Philipe Grenier ». Comme quoi la République est capable d’honorer un député sans que son nom soit associé à une école confessionnelle.

6. Ne connaissant pas tous les tenants et les aboutissants de ce projet, je me garderais bien de dire si ce projet est légitime ou pas, mais j’aimerais bien connaître :

– la réelle motivation d’un tel projet ;
– les programmes d’enseignement ;
– les critères d’accès ;
– les modalités de financement…( sachant que l’on parle de 2500 € par an et par élève )

La mise à disposition gracieuse d’un tel bâtiment scolaire est tout sauf anodine. N’y a-t-il pas d’autres types de besoins dans le quartier qui auraient pu mériter pareille attention? L’Ecole de la République serait-elle devenue incapable d’accueillir tous ses enfants ou bien certains auraient-ils quelques projets de type communautaire. Pour quelles raisons et motivations ?

Navigue avec Safari 5.0.2 Safari 5.0.2 sur Mac OS X  10.6.5 Mac OS X 10.6.5
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10_6_5; fr-fr) AppleWebKit/533.18.1 (KHTML, like Gecko) Version/5.0.2 Safari/533.18.5

Ce qui est triste avec les écoles confessionnelles, c’est qu’elles divisent plus qu’elles ne rassemblent, même si, dans le cas des écoles catholiques, les préceptes religieux des élèves sont respectés (possibilité de porter le voile, par ex, menus adaptés).
Pas certain que ces adaptations soient réciproques pour les écoles israélites, et les quelques écoles musulmanes…

Pour en revenir à cette histoire de « député musulman », je doute que si un journaliste décrivait DSK comme étant un « candidat juif », cela laisserait indifférent…
Quelques soient nos origines ethniques, confessionnelles, nous sommes Français.

J’ai souvenir du député Noël Mamère qui s’était vertement fait reprendre par l’une de ses suppléantes, Naïma Charaï, qu’il avait présentée lors d’une émission sur LCP comme étant une musulmane (c’était dans le cadre des débats sur le voile intégral; il disait en prime d’elle qu’elle était défavorable à une loi interdisant le port du voile intégral).
L’intéressée, apprenant qu’elle avait été désignée comme musulmane, s’en était indignée, recadrant Mamère et assimilant les propos de celui-ci à ceux de Sarkozy, qui s’était félicité d’avoir nommé un « préfet musulman » (Aïssa Dermouche, alors nommé dans le Jura en 2004).
http://www.marianne2.fr/Mamere-voit-des-musulmans-partout_a185143.html

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

De nombreux élus de la république affichent leurs confessions ou des idées philosophiques au grand jour en quoi cela pose problème ? Avons-nous une de facilité de dire que nous sommes parisien ou auvergna…que d’afficher sa religion ?

La motivation d’un tel futur projet est identique aux autres établissements, d’un même registre comme le protectorat Saint Joseph sur Aulnay ou autre établissement de France.

Est-ce que vous vous poser la même question pour les autres écoles privés … ? Curieux comme réflexion!

En effet à l’école, c’est l’Etat qui œuvre au travers d’un programme de l’éducation nationale et d’une organisation qui n’empruntent rien à la religion. D’où la nécessité pour certaines écoles privées confessionnelles d’ajouter un module religieux afin d’éviter que les enfants se retrouvent le Week-end dans une association religieuse pour apprendre leur religion.

Cela répond à un besoin précis des parents et des enfants de toutes confessions qui veulent sensibiliser leurs enfants à une religion. Mais le principal objectif c’est de leur donner une bonne éducation avec un programme académique au même titre que les écoles privées non religieuses.

En quoi cela divise une école privée religieuse, c’est simplement un choix de spécialité, d’une option que n’offre pas l’éducation nationale.
C’est comme ci vous me dites pour certains élèves, faire une école de cuisine ou de plomberie est une division des genres.

Il est question ici de liberté de choix de faire ou ne pas faire ; conditionné par les lois de la république.

Est-ce que la république interdit-elle les écoles confessionnelles ? Réponse : non

En revanche, à mon sens il aurait été préférable de mettre sur la table de discussion en délibération la mise à disposition de cette école, car il s’agit bien d’un équipement de la ville assez conséquent.

Soyons optimiste et sans crainte:
Pour cela je vous invite à aller voir le collège-lycée « la Réussite » à Aubervilliers qui affiche des résultats exceptionnels près de 100 % de réussite au brevet des collèges :
http://www.lareussite.net/

Avec un autre exemple significatif : http://www.ecolejuivemoderne.org/

Mesdames, Messieurs, vous avez la liberté de scolariser vos enfants dans les écoles de l’éducation nationale ; offrez également le choix aux autres…qui parle de tolérance aujourd’hui.

Avec mes salutations Républicaine,

Navigue avec Internet Explorer 7.0 Internet Explorer 7.0 sur Windows Vista Windows Vista
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 7.0; Windows NT 6.0; SLCC1; .NET CLR 2.0.50727; Media Center PC 5.0; .NET CLR 3.5.30729; .NET CLR 3.0.30729; .NET4.0C; AskTbSE/5.8.0.12304)

@HSuaudeau
« La démarche…. est légitime ».
Cette phrase pose tout le débat (ou son absence).
Est « légitime » ce qui selon, la racine du mot, entre non seulement dans le cadre de la loi, mais en principe, dans le cadre de notre socle commun : la Déclaration Universelle des Droits de l’homme, etc.
Ce type d’école l’est-elle ?
Oui, non, ou dit autrement l’islam est-il soluble dans la DDHC. Et dans ce cas quel islam ?
Voilà le sujet.
Pourquoi souhaite-t-on l’escamoter ?

Navigue avec Internet Explorer 8.0 Internet Explorer 8.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 8.0; Windows NT 6.1; WOW64; Trident/4.0; SLCC2; .NET CLR 2.0.50727; .NET CLR 3.5.30729; .NET CLR 3.0.30729; Media Center PC 6.0; OfficeLiveConnector.1.3; OfficeLivePatch.0.0; MAAU; .NET4.0C)
commenter
Léon l'empêcheur de tourner en rond | 10 février, 2011 à 13 h 48 min

la loi Falloux interdit le financement par les collectivités locales au-delà de 10 % du budget de l’établissement privé subventionné.

http://www.laicite-laligue.org/index.php?option=com_content&task=category&sectionid=14&id=50&Itemid=78

FINANCEMENT DES ÉCOLES PRIVÉES
La fameuse  » question scolaire  » en tant que telle apparaît après la deuxième guerre mondiale. Elle a focalisé sur elle l’action des laïques . Parfois au détriment des nombreuses autres questions auxquelles la laïcité peut apporter sa solution. La question scolaire est comprise comme la question du financement public des établissements confessionnels privés. Elle a connu sa plus forte intensité au moment du combat contre la loi, dite Debré, du 31 décembre 1959. Celle-ci permettait aux établissements d’enseignement privés de signer avec l’Etat des contrats simples ou des contrats d’association tout en conservant leur  » caractère propre « . Cette loi a entraîné, autour du Comité National d’Action Laïque créé en 1948, la plus formidable mobilisation que le  » camp laïque  » aie connu. En 1960 une pétition de protestation recueille en quatre mois plus de dix millions de signatures. Le mouvement est couronné le 19 juin par une grande manifestation à Vincennes. Plusieurs centaines de milliers de personnes prononcent un  » serment laïque « .
Pourtant ces disposition ont perduré. La société a changé. Les motivations des parents sont moins religieuses que sociales. Au cours des dernières décennies, 40 % des élèves ont effectué un passage par le privé. En 1984 c’est l’échec du grand projet de  » Service public unique de l’Education Nationale « . La dernière mobilisation laïque date de 1994. Ironie de l’histoire, elle visait à maintenir un article de la loi Falloux interdisant le financement par les collectivités locales au-delà de 10 % du budget de l’établissement privé subventionné. Aujourd’hui, certains pensent pouvoir identifier une « guerre scolaire » potentielle autour de la question du port de signes religieux par les élèves et même, de façon plus atténuée, autour de la question de l’enseignement du fait religieux . Une nouvelle passion française est née. Elle a pour objet le débat sur la société multiculturelle et ses conséquences dans l’Ecole

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.94 Google Chrome 9.0.597.94 sur Mac OS X  10.5.8 Mac OS X 10.5.8
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10_5_8; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.94 Safari/534.13

@Lorraine,

Je sens beaucoup d’aprioris dans votre commentaire et je vous propose de préciser ma pensée dans une démarche pédagogique.

La démarche de l’EMJF est à la fois légitime dans la morale (c’est un but partagé par beaucoup d’associations confessionnelles) et légitime en droit (rien n’interdit le principe d’installer une école privée confessionnelle).
Si l’école est agrée auprès de l’éducation nationale (ce qui est obligatoire sauf à accepter des coûts rédhibitoires), les garanties seront les mêmes que pour les autres écoles privées.

Il ne faut pas considérer l’islam différemment qu’une autre religion à l’égard de la DUDHC. De plus l’islam est très variable et vous ne pouvez pas comparez ceux qui se réclament du mouvement salafiste djihadiste des autres sunnites, chiites, ou même soufistes. Rappelons que ceux qui se réclament du christianisme sont (au hasard) des évangélistes, des luthériens, des orthodoxes, des Lefebvristes et même les témoins de Jéhovas.

Il faut considérer la démarche de cette école comme confessionnelle et non musulmane pour raisonner sans aprioris.

A partir de là, le débat pourra s’engager sur le sujet des financements publics.

Navigue avec Firefox 3.6.13 Firefox 3.6.13 sur Ubuntu 10.10 Ubuntu 10.10
Mozilla/5.0 (X11; U; Linux i686; fr; rv:1.9.2.13) Gecko/20101206 Ubuntu/10.10 (maverick) Firefox/3.6.13

@ Mimoun, l’article posté par Hervé évoquait surtout la posture de la municipalité ayant consisté à accuser le blog MonAulnay d’avoir inventé cette histoire d’école musulmane; avec en prime des insinuations de « néo-colonialisme nauséabond » (sic) dans un contexte de « guerre de civilisations » (re sic) rappelant les heurrrres les plus sombrrrrres de l’Histoirrrrre.

Or Mon Aulnay n’a strictement rien inventé puisque l’association musulmane EMJF a elle-même confirmé ce projet à Mon Aulnay.
Du reste, l’UAM93 (union des assoc musulmanes du 93) reprend l’info sur son site et a elle-même obtenu confirmation du projet de la part de l’assistance de direction de l’assoc EMJF.
http://www.uam93.com/news/ecole-privee-musulmane-a-aulsnays-93.html?643dd299ab0d63a14113ad040155a4a7=a49693ddd8b5a2898fcd5b4c95cb1a1e

Le maire a donc eu tort d’accuser Mon Aulnay d’avoir jeté le trouble en portant connaissance au public ce projet; et M. Burlot ne s’honore pas en rajoutant qu’un blog n’est pas une source fiable d’informations, prenant pour exemple une affaire judiciaire…
Or pour le coup, l’information de Mon Aulnay relative à cette école musulmane était fondée.
Maintenant, il se peut que la mairie espérait tenir ce projet discret, d’où cette posture défensive, voire agressive, insultante et diffamante envers Mon Aulnay ?…….

Sinon, je rejoins les propos de Lorraine au sujet de l’islam.
Par ex, sur le mur du groupe Facebook de l’association EMJF, on peut lire que la prière du vendredi est obligatoire et que les musulmans doivent interrompre toute activité, y compris s’ils tiennent un commerce (à l’époque de Mahomet, le statut de salarié n’existait pas..) : or ce qui est possible en terre d’islam, où le vendredi est chômé, n’est pas possible en France.

Par ailleurs, comme j’ai évoqué l’UAM93, on peut lire de très curieux textes sur leur site.
Comme celui justifiant la lapidation… Ce n’est même pas une caricature et je n’invente rien http://www.uam93.com/news/cest-a-qui-jettera-la-premiere-pierre-1590.html
Et cela fait aussitôt penser au reportage de John-Paul Lepers sur l’islam, avec cet ahurissant passage dans lequel le trésorier d’une mosquée de Roubaix trouvait normal que la lapidation s’applique en France si notre pays adoptait la charia – car c’est la loi divine, répétaient ses acolytes convaincus.

Verra-t-on un jour des musulmans dits modérés s’insurger contre la ségrégation frappant les non-musulmans dans le plus haut lieu saint de l’islam, la Mecque ? le Vatican a, de son côté, en partie financé la plus grande mosquée d’Europe, à Rome même….. Je crains que la tolérance exigée par certains, ne soit hélas pas réciproque.

[NDLR: L’uam93 ne fait que reprendre l’article de MonAulnay.com et n’a pas obtenu de nouvelle confirmation (confirmation par ailleurs inutile)]

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

Je n’arrive pas à éditer mon message du dessus.

A la phrase « M. Bur­lot ne s’honore pas en rajou­tant qu’un blog n’est pas une source fiable d’informations, pre­nant pour exemple une affaire judi­ciaire… » :

Par blog, sous-entendu Mon Aulnay, qui, parce que blog, ne serait pas une source d’infos fiable.

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.84 Google Chrome 9.0.597.84 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.84 Safari/534.13

Une petite correction dans le premier paragraphe : ancienne école primaire Jules Ferry, et non du Bourg.
Cordialement,

[NDLR: Merci beaucoup, on a relu de nombreuses fois sans voir la coquille!]

Navigue avec Internet Explorer 6.0 Internet Explorer 6.0 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 6.0; Windows NT 5.1; SV1; .NET CLR 1.1.4322; AskTbFXTV5/5.8.0.12304)