Conseil municipal, PLU, Urbanisme

La modification du PLU approuvée en conseil municipal (Partie 2/2)

8 octobre, 2010 à 13:33 | Posté par

Comme nous l’avons vu en première partie de compte-rendu, les élus du Parti Communiste, du Parti Radical et des Verts ont largement insisté sur les carences survenues durant tout le processus de la modification du plan local d’urbanisme. Problème de méthode, de visibilité et surtout manque de réelle concertation avec la population…

Urbanisme : de l’immobilisme à la précipitation…

Frank Cannarozzo (UMP) a également déploré l’absence de concertation avec la population.  De son point de vue, les réunions publiques intervenues dans ce cadre n’ont été que de simples réunions d’information. Selon lui, la monopolisation du temps de parole par Gérard Ségura a laissé peu de place à la prise en compte des remarques des habitants. Il a poursuivi en pointant du doigt les différences dans le discours tenu par les élus de la majorité en fonction des quartiers. Au nord on parle volontiers logements sociaux, mais pas dans le quartier Hôtel de Ville par exemple. Il a d’ailleurs suggéré que les enregistrements effectués lors de ces réunions soient rendus publics. Poursuivant son intervention, monsieur Cannarozzo a rendu responsable le maire de l’opposition qui se cristallise dans la ville autour des questions d’urbanisme. Il a cité en exemple les craintes nées chez les riverains des rues Riquet et Doudeauville, concernés par un projet de modification présenté en réunion publique, mais qui a mystérieusement disparu lors de l’enquête publique. « Vous créez de l’opposition » car « vous n’êtes pas clair » a-t-il ajouté en s’adressant au maire. Évoquant enfin une absence de vision sur le projet de ville à venir, il a conclu « combien de personnes peut-on accueillir ? La question n’est pas tranchée… »

En guise de réponse, le maire Gérard Ségura, faisant preuve d’une concision peu coutumière en conseil municipal, a renvoyé la majorité précédente à son immobilisme passé. Évoquant la question du logement, notamment, il a déclaré « nous avons 25 ans de retard à rattraper » car seulement « 60 logements sociaux ont été construits » en autant de temps. Il a poursuivi en citant les dizaines de familles qui viennent dans son bureau, certains vivent à « 9 dans un F2 » a-t-il dit. Dans ce contexte, il est impossible de « rester sourd » à la réalité sociale du logement dans la ville, selon lui. Concernant, par ailleurs, le pouvoir attractif d’Aulnay-sous-Bois envers les familles extérieures, le maire a parlé d’une enquête menée par la majorité antérieure et « trouvée dans un tiroir » qui semble démontrer que les jeunes couples solvables quittent la ville. Il faut donc créer les conditions pour les faire revenir (NDLR : il y a aussi derrière cela un enjeu financier dans la mesure où ce profil d’habitants représente une ressource en impôts pour le budget de la ville). Dans un second temps, monsieur Ségura a tenu à rappeler les responsabilités de chacun concernant le plan local d’urbanisme (PLU). Ainsi, il s’en est pris au PLU de 2008, voté sous l’ancienne mandature, qui, de son point de vue, a « ouvert la porte aux promoteurs ». Il a cité en exemple les risques qui pèsent sur la zone pavillonnaire située aux abords du boulevard de Strasbourg. De même il a déploré « l’architecture insupportable » de certaines constructions réalisées rue du 14 juillet ou rue des écoles. En conclusion, le maire a insisté sur sa volonté de maintenir le cap expliquant que, certes en matière d’urbanisme « il faut discuter, consulter », mais « il faut décider ». Cet exécutif a été élu pour un mandat et « ce mandat nous le respecterons jusqu’au bout » a-t-il terminé.

La soirée des paradoxes et… des inquiétudes sur la révision à venir du plan local d’urbanisme…

Ce que l’on retiendra de cette soirée est qu’une large majorité des élus (PCF, Verts, Parti Radical, UMP) s’est clairement montrée insatisfaite de la manière dont s’est déroulée cette modification du PLU. Les griefs sont nombreux: manque de clarté, de vision d’ensemble, problème de méthode, de précipitation et enfin, principale lacune, déficience du processus de concertation avec les habitants. Pourtant, malgré toutes ces réserves, le vote a entériné la modification. Même les communistes, auteurs d’une intervention surprise (en contradiction des déclarations tenues jusque là par le chef de leur groupe),  qui ont expliqué la nécessité d’associer pleinement la population au processus décisionnel d’évolution urbanistique de la ville, et  qui ont constaté comme les autres que le compte n’y était pas, n’ont pas jugé utile de traduire dans le vote leur discours. Dans ce contexte, la révision du PLU qui s’annonce, processus beaucoup plus long et complexe dans la mesure où il est censé dessiner la ville de demain à une échéance lointaine (des dizaines d’années) pourrait susciter de légitimes inquiétudes.

Si l’argument relatif à l’immobilisme des années passées mis en avant par le maire semble recevable, il parait difficile de justifier un urbanisme à marche forcée, littéralement imposé aux habitants et créateur de tensions exacerbées entre les quartiers. Le maire se trouve ainsi mit à défit pour la révision qui s’amorce d’instaurer un vrai débat ouvert et apaisé dans lequel la diversité des opinions pourra s’exprimer et être entendue. Certaines déclarations montrent néanmoins que la municipalité ne prend pas  vraiment ce chemin, surtout si l’on s’en réfère aux mots employés par le 1er adjoint, Abdallah Benjana, quant au mode opératoire à l’œuvre en matière d’urbanisme : « laissez-nous faire les choses et les Aulnaysiens jugeront en temps et en heure »

Une Réponse à “La modification du PLU approuvée en conseil municipal (Partie 2/2)”

Bonjour,

Je me permet de réagir à vos propos qui laissent penser que le président du groupe des élus communistes aurait une différence de vueavec la déclaration au nom du groupe au dernier conseil. Je suis en parfait accord avec les propos tenus et m’inscrit totalement dans l’analyse. Oui des progrès sont à réaliser en matière de Democratie participative, c’est ce que je soutien dans ma délégation d’adjoint de territoire. Néanmoins mon expérience de la tenue de groupe de travail m’oblige également à dire que certains utilise cet outils à des fin politicien, pour la défense d’interêts individuels, pour se donner un pouvoir et une legitimté qu’il n’ont pas. C’est malheuresement aussi la réalité de la Democratie locale et je combat ces travers. Enfin je vous invite à lire sur notre blog la déclaration de Xavier ou de mettre en lien afin que chacun puisse juger par lui même.
Cordialement,
Miguel HERNANDEZ

[NDLR: http://eluscoaulnay.free.fr/blog/dotclear/index.php?post/2010/09/23/Intervention-de-Xavier-TOULGOAT-sur-la-modification-du-P.L.U-d-Aulnay ]

Navigue avec Safari 4.0 Safari 4.0 sur iPhone iOS 3.1.3 iPhone iOS 3.1.3
Mozilla/5.0 (iPhone; U; CPU iPhone OS 3_1_3 like Mac OS X; fr-fr) AppleWebKit/528.18 (KHTML, like Gecko) Version/4.0 Mobile/7E18 Safari/528.16