Solidarités

Mobilisation urgente pour ne pas séparer une fillette de sa maman sans papier [MAJ n°2]

10 septembre, 2010 à 16:24 | Posté par

resfVoici une alerte urgente de RESF (réseau éducation sans frontières) à propos d’Inna, une maman aulnaysienne qui risque d’être séparée de sa fille Caroline née en France et scolarisée au CP à l’école Paul Bert d’Aulnay-sous-Bois. Un juge du tribunal administratif de Paris a confirmé ce matin l’obligation pour la mère de quitter le territoire. Elle passe cet après-midi devant le juge des libertés qui doit confirmer ou pas sa détention. Si elle n’est pas relâchée, son expulsion peut être très rapide et c’est pour cela que RESF demande en urgence d’envoyer des lettres personnelles au préfet de police Paris par mail  prefpol.dpg-etrangers-secretariat@interieur.gouv.fr ou ou par fax au 01 53 71 67 23.

Voici le contenu de l’appel de RESF qui peut être utilisé pour composer le courrier au préfet :

Caroline ne doit pas être séparée de sa maman
Nous venons d’apprendre l’arrestation le 7 septembre à Suresnes et le placement en rétention à la Cité de madame BARANIUC Inna de nationalité moldave qui réside avec sa famille à Aulnay-sous-Bois. (N° étranger 7503566985).
Madame BARANIUC est en France depuis 2003. Elle est mère d’une petite Caroline née le 25 janvier 2004 à Paris. La petite qui ne parle que le français vient d’entrer au CP à l’école Paul Bert d’Aulnay-sous-Bois où elle a commencé son apprentissage de la lecture et de l’écriture dans cette langue.
La grand-mère de Caroline réside également en France. Elle est titulaire d’une carte de résident.
Madame BARANIUC a fait l’objet le 1 7 février 2010 d’un refus accompagné d’une OQTF délivré par le préfet de police de Paris. . Elle était en attente de son audience au tribunal administratif lorsqu’elle a été arrêtée.
Madame BARANIUC a une bonne maîtrise du français. Elle a des possibilités d’insertion professionnelle. C’est une personne connue et appréciée des voisins et des parents d’élèves d’Aulnay.
Nous ne pouvons imaginer qu’une famille soit détruite et que cette maman soit expulsée vers son pays d’origine laissant une petite fille dans le désarroi et la peine alors qu’elle commence sa scolarité en primaire.
Pour que Caroline retrouve sa maman dans les plus brefs délais, nous demandons au Préfet de police de Paris la libération immédiate de madame BARANIUC et l’abrogation de l’ OQTF dont elle fait l’objet.

Ajout du 10/09/2010 à 21h20: Le juge des libertés maintient en rétention Inna Baraniuc. RESF demande de doubler les courriers au préfet des Hauts-de-Seine car car c’est lui qui l’a placé en rétention. Les coordonnées pour ce double de courrier sont patrick.strzoda@hauts-de-seine.gouv.fr, david.claviere@hauts-de-seine.gouv.fr, didier.montchamp@hauts-de-seine.gouv.fr et le fax 01 40 97 21 19. RESF propose même un modèle de courrier:

Monsieur le Préfet des Hauts de Seine
Nous venons d’apprendre l’arrestation le 7 septembre à Suresnes et le placement en rétention à la cité  de madame BARANIUC  Inna de nationalité moldave qui réside avec sa famille à Aulnay-sous-Bois. (N° étranger 7503566985).
Madame BARANIUC est en France depuis 2003. Elle est mère d’une petite Caroline née le 25 janvier 2004 à Paris. La petite qui ne parle que le français vient d’entrer au CP à l’école Paul Bert d’Aulnay-sous-Bois où elle a commencé son apprentissage de la lecture et de l’écriture dans cette langue.
La grand-mère de Caroline réside également en France.  Elle est titulaire d’une carte de résident.
Madame BARANIUC a fait l’objet le 17 février 2010 d’un refus accompagné d’une OQTF délivré par le Préfet de police de Paris.   Elle était en attente de son audience au tribunal administratif lorsqu’elle a été arrêtée.
Madame BARANIUC  a une bonne maîtrise du français. Elle a des possibilités  d’insertion professionnelle. C’est une personne connue et appréciée des voisins et des parents d’élèves d’Aulnay.
Nous ne pouvons imaginer qu’une famille soit détruite et  que cette maman soit expulsée vers son pays d’origine laissant une petite fille dans le désarroi  et la peine alors qu’elle commence sa scolarité en primaire.
Pour que Caroline retrouve sa maman dans les plus brefs délais,  nous vous demandons la libération  immédiate de madame BARANIUC.
En espérant que vous accéderez à cette demande et serez sensible à la détresse de cette enfant , nous vous prions d’agréer Monsieur le Préfet nos respectueuses  salutations.

Ajout du 11/09/2010 à 9h00: RESF met une pétition en ligne ici.

Articles similaires:

Une Réponse à “Mobilisation urgente pour ne pas séparer une fillette de sa maman sans papier [MAJ n°2]”

Délicat ce sujet.

Sur Toulouse, une famille algérienne a elle aussi reconduite en Algérie; la presse insiste sur le fait qu’au sein de cette famille se trouve un enfant de 3 ans pour faire dans l’émotionnel.

Pour commencer, il est incorrect de parler de « sans-papiers ».
C’est une terminologie idéologique consistant à faire croire que, parce qu’ils seraient sans-papiers, alors ils ne peuvent bénéficier d’aucun droit.

Bien au contraire, et il suffit de se connecter sur le site du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés cf ici http://www.gisti.org/doc/publications/2004/sans-papiers/sommaire.html) pour s’en convaincre.

Il existe les immigrés passant par les filières légales.. et les autres.
Parmi ces derniers, plusieurs types de fraude :
– obtenir un visa de court séjour touristique/visite de la famille et rester au-delà de l’expiration du visa
– remonter par la Turquie puis passer par la Grèce (Schengen) où il y est aisé de se procurer de faux documents d’identité
– entrer en toute clandestinité en France par voie terrestre ou maritime (conteneur ou autre)

Seuls ces derniers sont réellement sans document d’identité.

Par ailleurs, la France est une formidable terre d’accueil – et je suis moi-même né à l’étranger, depuis naturalisé – pour qui comprend qu’il existe aussi des devoirs.

Ce qui est assez curieux, c’est le décalage dans le discours entre les élites parisiennes, et les élus locaux. Un peu comme pour les Roms ou les gens du voyage…
La différence est flagrante notamment avec l’Outre-Mer où même Mme Taubira, pourtant de gauche et humaniste (PRG, à l’origine de la loi éponyme sur la traite transatlantique) déclarait à propos de l’immigration clandestine frappant la Guyane que celle-ci était « à un tournant identitaire, les Guyanais de souche (étaient) devenus minoritaires sur leurs propres terres ». Oui oui, propos d’une député de gauche et non d’un vilain responsable FN ! cf ici tout en bas de l’article.. http://www.rfi.fr/Fichiers/MFI/PolitiqueDiplomatie/2068.asp

C’était à l’époque où Baroin, à l’Outre-mer, avait proposé de supprimer le droit du sol. Proposition jugée ignoble par les élites de gauche, et accueillie très favorablement par les élus de tous bords de l’Outre-mer….

Navigue avec Google Chrome 5.0.375.127 Google Chrome 5.0.375.127 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/533.4 (KHTML, like Gecko) Chrome/5.0.375.127 Safari/533.4