Agenda, Cinéma, Culture, Loisirs

A l’affiche de Jacques Prévert du 14 au 18 mai

13 mai, 2008 à 9:59 | Posté par

Le Cahier
Iran, 2008, Drame, durée: 1h21.
Réalisation: Hana Makhmalbaf.
Avec Nikbakht Noruz, Abdolali Hoseinali, Abbas Alijome.

Synopsis: Sous les anciennes statues géantes de Bouddhas détruites par les Talibans, des milliers de familles tentent de survivre dans des grottes. Baktay, une petite fille de 6 ans, entend toute la journée son petit voisin réciter l’alphabet. Elle se met alors en tête d’aller à l’école, quitte à braver tous les dangers.
Sous l’apparence d’une grande simplicité narrative, la plus jeune des filles Makhmalbaf dénonce les ravages de la guerre en Afghanistan et pose la question du devenir des enfants qui sont imprégnés de violence dès leur plus jeune âge.

Critique: Un film très fort sur la situation en Afghanistan, vue par une petite fille qui veut seulement aller à l’école.

Séances: Mercredi 14 à 18h30, 20h30, Jeudi 15 à 20h30, Vendredi 16 à 18h30.

Sans arme, ni haine, ni violence
France, 2008, Comédie policière, durée: 1h28.
Réalisation: Jean-Paul Rouve.
Avec Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Alice Taglioni.

Synopsis: Appréhendé en 1977 pour avoir conçu, organisé et réussi le célèbre casse de Nice, Albert Spaggiari s’évade du bureau du juge d’instruction. Pendant des années, il va rester insaisissable, résistant à toutes les tentatives de la police.
Au cours de sa cavale fabuleuse en Amérique du Sud, il multiplie les rencontres avec des journalistes, fait des photos en forme de pied de nez facétieux au public français.
Vincent, reporter, réussit à l’approcher pendant quelques jours dans une ville d’Amérique du Sud et découvre un être qui n’a rien à voir avec le grand banditisme, une sorte de Cyrano de Bergerac, généreux et fauché, souffrant de ne pas profiter davantage de sa gloire, looser grandiose, vantard plein d’humour et de contradictions mais qui reste traqué par la police française.

Critique: Un film assez inégal, malgré la sympathie que l’on peut pour Spaggiari. Néanmoins, le côté vintage est réussi.

Séances: Mercredi 14 à 20h30, Jeudi 17 à 18h30, Vendredi 18 à 20h30, Samedi 19 à 18h30, 20h30, Dimanche 18 à 16h15.

Les chroniques de Spiderwick
Etats-Unis, 2008, Fantastique, durée: 1h37.
Réalisation: Mark Waters.
Avec Freddie Highmore, Sarah Bolger, Mary-Louise Parker.

Synopsis: Après son divorce, Helen Grace a dû quitter New York avec ses jumeaux, Jared et Simon, et sa fille, Mallory, pour trouver refuge dans l’ancienne résidence de son grand-oncle, l’éminent naturaliste Arthur Spiderwick. Une nouvelle vie commence pour les Grace dans cette bâtisse isolée, un rien sinistre, où les trois enfants ne tardent pas à faire d’étranges rencontres. Après avoir mis à jour la cachette d’un espiègle farfadet, Jared découvre au grenier un somptueux ouvrage, rédigé par Arthur Spiderwick et orné d’illustrations d’animaux fantastiques de toutes espèces : Le Guide Arthur Spiderwick du monde merveilleux qui vous entoure. Bravant les avertissements solennels de son ancêtre, Jared ouvre le précieux livre, qui lui dévoile un univers merveilleux, peuplé de gobelins, de fées, de trolls, de sylphes délicats, d’oiseaux exotiques et de porcins voraces. Mais un ogre maléfique du nom de Mulgarath hante aussi ce Monde Invisible qu’il souhaite contrôler. Pour cela, il doit s’emparer du Guide. Prêt à tout pour parvenir à ses fins, le rusé Mulgarath tend un piège diabolique aux trois enfants, puis se lance avec sa meute hurlante à l’assaut de la Résidence…

Séances: Mercredi 14 à 14h30, 16h30, Samedi 17 à 14h30, 16h30, Dimanche 18 à 14h15.

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.