Conseil municipal, Démocratie, Politique, Tribune libre

Tribunes libres de Janvier

9 janvier, 2008 à 11:55 | Posté par

Chaque mois, nous publions les tribunes des groupes présents au Conseil municipal déjà publiées en fin d’Oxygène ou sur le site internet municipal. L’article 5 du règlement du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois fixe à trois conseillers minimum, la formation d’un groupe. Trois groupes ont été constitués.

Ce mois ci deux évènements dont nous avons ont fait part trouvent écho dans les tribunes libres:
L’annonce (par les services municipaux) du passage de notre ville sous la barre des 80000 habitants
Le désordre qui régnait au dernier conseil municipal

Groupe Union pour Aulnay (UMP, Parti Radical Valoisien, Nouveau centre, Divers droite):

37 % de logements sociaux pour une ville de plus de 80 000 habitants
et 88 % de logements sociaux sur les quartiers Nord, comme l’atteste
l’INSEE (seul organisme public reconnu compétent). Aulnay-sous-Bois est
donc bien au-dessus des 20 % requis par la loi. Pourtant, le préfet de
Seine-saint-Denis – qui a toutefois donné son aval au Plan Local
d’Urbanisme – émet une recommandation avec laquelle nous sommes en
total désaccord : construire 529 logements supplémentaires par an et
sur 25 ans.
Nous ne ferons pas le choix de cette politique car où
trouver les terrains à Aulnay ? Veut-on que l’on rase les pavillons de
notre ville pour y bâtir de grands ensembles d’habitat collectif que
nous
devrons rénover à grands frais dans 30 ans ? La politique « qui
descend d’en haut » a vécu. Les habitants comme leurs élus sont à même
de choisir leur destinée démocratiquement. D’autres, en Îlede-
France,
auront certainement plus de terrains libres pour répondre à un objectif
louable et légitime afin de résoudre la forte demande de logement.

Nous, nous préférons jouer la carte de la mixité sociale dans nos
quartiers populaires. Dans le cadre du Programme de Rénovation Urbaine,
nous avons voulu désenclaver ces quartiers. Ainsi l’Etat,
l’ANRU
(Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine), les bailleurs, la Région
comme le Département ont acté en 2004 la démolition de 821 logements
sur Aulnay et la reconstruction de l’offre locative sur notre ville de
641 logements et dans les villes alentours de 180 logements. En plus de
ces constructions liées au P.R.U., nous allons permettre la
construction de petites unités résidentielles en locatif, mais aussi en
accession à la propriété.
Devenir propriétaire n’est pas un gros mot, surtout pour les familles
modestes qui y ont droit. Permettre l’accession à la propriété, voilà le sens d’une vraie mixité
sociale.
Mais
avant de lancer nos constructions, il aura fallu libérer les emprises
de terrains par la démolition de tours et de barres, réussir le
relogement des habitants, avancer sur la transformation de la
RN2 en boulevard urbain et réhabiliter plusieurs milliers de logements sociaux auparavant dégradés.
Globalement, le solde de constructions sera donc positif.
Quoi
qu’en disent certains, nous sommes aujourd’hui plus de 80 000 habitants
et ces projets confirment le poids démographique d’Aulnay-sous-Bois
dans notre département.

A tous les Aulnaysiens, nous souhaitons une bonne et heureuse année 2008.

Groupe des Elus Communistes

Rénovation des quartiers Nord :
Les remarques de Bernard LABBE au Conseil d’administration du Groupe d’intérêt public du Plan de rénovation urbaine.

Aujourd’hui, 290 logements ont été démolis, à part les 29 pavillons
de la cité Arc-en-ciel prévus de longue date et livrés récemment, aucun
logement neuf n’a encore vu le jour à Aulnay-sous-Bois.
Résultat :
des familles sont relogées de façon transitoire dans des appartements
qu’ils devront éventuellement quitter pour aller dans des logements
neufs… pas avant 2009.
Un retard global moyen de 18 mois sur l’échéancier initial est constaté.
Dès le départ, les élus communistes avaient demandé que des logements neufs soient construits simultanément aux démolitions.
Cela
aurait empêché la situation actuelle de blocage pour les échanges de
logements et l’obligation pour les familles des bâtiments détruits,
d’aller dans les logements anciens ou à
l’extérieur d’Aulnay-sous-Bois.
Tout
montre, aujourd’hui, que cela était possible, puisque la municipalité
et Logement Francilien annoncent 644 logements neufs possibles d’ici
2011.
En réalité, seuls 540 logements HLM semblent programmés ; la
crainte de voir disparaître 300 logements sociaux, dans une ville qui
n’en a construit aucun en 25 ans, est toujours fondée. La situation
démographique de la ville (+ ou moins 80 000 habitants) préoccupe les
élus communistes, cependant, ils rejettent le débat politicien autour
de cette question. Ils ont d’abord comme préoccupation
l’intérêt des familles et des jeunes qui ont absolument besoin d’un logement.
Au
moment où il n’y a jamais eu autant de mal logés, de gens en détresse,
les politiques de rénovations urbaines, initiées par J.-L. Borloo, se
traduisent par moins de logements sociaux, particulièrement dans les
villes gérées par la droite.
La politique actuelle, initiée par
Nicolas Sarkozy et sa majorité, aggrave cette situation, et ce n’est
pas la vente programmée de milliers de logements HLM qui va redresser
cette situation.
Dans les mois et les années qui viennent, les élus
communistes, continueront à être très vigilants, très exigeants pour
qu’à Aulnaysous-Bois, un logement neuf soit reconstruit pour chaque
logement
détruit.

Les élus communistes d’Aulnay vous présentent leurs meilleurs voeux
pour la nouvelle année. Ils souhaitent à tous les Aulnaysiens, pour
2008, une équipe municipale qui fera de la démocratie et de la
justice sociale, des réalités dans notre ville pour tous.

Groupe Avec vous, Aulnay autrement (PS, Parti radical de gauche, Les Verts):

LE PRU EN PANNE ! Nos élus alertent depuis de longs mois quant aux
risques à envisager à cause des importants retards pris dans la mise en
oeuvre du Plan de rénovation urbaine (PRU). Le 14 décembre
dernier, lors de l’évaluation d’étape faite du PRU d’Aulnay, en
présence du directeur général de l’Agence nationale de rénovation
urbaine, il a bien fallu constater officiellement l’état des retards, notamment pour la reconstruction des logements démolis. Or, cette
reconstruction conditionne le versement des subventions nécessaires à
la réalisation du PRU. Nos avertissements, nos propositions n’ont pas
été entendus par la majorité municipale, nous risquons d’en payer les
conséquences. Conséquences financières pour le budget municipal bien
sûr. Mais aussi, conséquences matérielles décisives pour des milliers
de familles attendant avec impatience la fin des travaux et le  nouveau visage de leur quartier.
ÉCOLES DU BOURG DÉPLACÉES. Nous sommes revenus à maintes reprises sur
le dossier de l’usine d’amiante du CMMP. La question reste entière de
la suite à donner à cette affaire et ce ne sont pas les pâles réponses
de l’actuelle majorité qui pourront rassurer les habitants du quartier
et satisfaire nos concitoyens. Une des conséquences induites des
tergiversations municipales est la situation de plus en plus difficile
faite aux enfants et aux familles pour l’accès aux écoles Bourg Mixte2 et Maternelle. Exiguïté du parking d’accueil et embouteillages
monstrueux, tensions entre parents automobilistes… L’accompagnement des
enfants à l’école qui devrait être un moment de convivialité familiale
se transforme en une corvée permanente, surtout lorsque s’installe le
sentiment d’un provisoire… qui s’éternise.
COPROPRIÉTÉ DE LA MORÉE. Alors que s’achèvent les enquêtes d’évaluation
sociale concernant les 881 propriétaires de La Morée, les premiers
appels de fonds concernant les restes à payer pour les
travaux à réaliser. Et pour nombre d’entre eux, la note est salée au
point que certains ne pourront tout simplement pas conserver leur
appartement. Il est impératif, pour ces situations difficiles, que
l’État
et les collectivités territoriales trouvent une solution nécessaire à
la préservation du logement de plusieurs dizaines de familles.
CONSEIL MUNICIPAL. Les élus de notre groupe ont eu bien du mal à se
faire entendre jusqu’au bout de leurs interventions lors du Conseil
municipal du 13 décembre. Chahut organisé par de nombreux
conseillers municipaux de la majorité, interruptions fréquentes,
coupures du micro par le maire… tout était bon pour empêcher les élus
de l’opposition de dire leurs analyses et leurs propositions
concernant le budget, la politique de la ville en matière de logement,
la baisse du nombre d’habitants, le financement des associations et
celui des structures paramunicipales…

Nous souhaitons à toutes et à tous une bonne et heureuse année 2008.

Les commentaires sont fermés.