Transports

Le RER B va être rénové à partir de 2009

14 juillet, 2007 à 0:00 | Posté par

Un plan ambitieux et indispensable, …

Le plan RER B+ viens d’être voté pour 288,7 millions d’euros, financé à 50% par le STIF et à 50% par la SNCF et la RATP. Il comprends la rénovation des 119 rames du RER et devrait améliorer la vie des 565 000 voyageurs quotidiens du RER B devenue bien difficile ces dernières années à cause notamment de l’obsolescence du matériel roulant.

Au programme notamment:

  • Rénovations mécaniques qui sont souvent la source de retards nombreux (comme les portes)
  • Réfrigération des rames (On espère que les malaises quand les rames sont bondées et bloquées au soleil seront de mauvais souvenirs)
  • Revêtements des sièges
  • Information

Un autre programme de même ampleur financière est aussi prévu et concerne l’aménagement des infrastructures et des gares.

… mais des sujets de mécontentement, …

Les premières rames arriveront en 2009 et les dernières en 2014. Vu les retards quotidiens du RER B, et l’état d’exaspération avancé des voyageurs, ce délai, certes nécessaire, risque de rendre moins populaire ce plan pourtant réellement ambitieux.

Un autre point risque de mal passer: Les 640 millions d’euros dont bénéficie le projet CDG Express, que les usagers aulnaysiens ne pourront emprunter, alors que dans le même temps, le RER B devra lui céder 2 des 4 voies qu’il utilise actuellement. Ce projet qualifié de déficitaire, d’élitiste, et de ségrégatiste par l’association Vivre sans le CDG Express, risque de faire oublier les améliorations pourtant indispensables apportées par le plan RER B+. Il faut rappeler à ce titre la responsabilité douloureuse de notre commune lorsque certains députés dont M. Abrioux ont fait adopter un amendement permettant de désaisir la région de ce projet.

… et une solution providentielle.

Le changement de conducteur à Gare du Nord, du fait du passage en zone RATP à SNCF, risque enfin de disparaître: Une étude informatique  montrerait que la suppression de ce changement permettrait de fluidifier le trafic de façon équivalente au doublement du tunnel entre Gare du Nord et Les Halles. En effet, ce changement entraîne régulièrement des retards mais surtout des suppression d’interconnexion en cas de problème sur une partie du réseau.

Hervé Suaudeau

Sources: Le Parisien du 13/07/2007, Blog d’Alain Amédro, Communiqué de presse du STIF, vivresanscdgexpress.free.fr

Articles similaires:

3 Réponses à “Le RER B va être rénové à partir de 2009”

En tant qu’Aulnaysien et Président de l’association « VIVRE SANS CDG EXPRESS », je ne peux que me réjouir des décisions du STIF et, je salue au passage l’action de notre Conseiller Régional, M. Alain AMEDRO, au sein de l’autorité organisatrice des transports d’Ile de France.
Cela fait maintenant plus de 6 ans que notre association milite pour l’amélioration du RER B en proposant des solutions qui, pour la plupart, ont été retenues par le programme « RER B+ ».
L’importance de la problématique du RER B et du CDG Express en a fait l’un des grands dossiers abordés lors de la campagne récente des législatives par 4 des 6 premiers candidats (MM. AMEDRO, DALLIER, SEGURA et TOULGOAT). La desserte ferroviaire de notre ville est en effet un de ses principaux éléments de structuration et de développement.
M. GAUDRON, Maire d’Aulnay-sous-Bois, et nouvellement élu Député de la circonscription, ne semble cependant pas s’intéresser à ce sujet. Nous regrettons qu’il n’ait jamais cherché à nous rencontrer. Peut-être que si M. GAUDRON utilise le RER B pour se rendre à l’Assemblée Nationale s’émouvra-t-il des difficultés rencontrées quotidiennement par ses administrés dans les trajets domicile-travail ?
Certes, on doit se féliciter de la rénovation des rames, mais, notre association n’oublie pas qu’il ne s’agit que la partie visible de l’iceberg, celle que, sans doute, l’usager lambda retiendra. La rénovation des rames était pourtant planifiée et prévisible, puisque c’est, le processus normal, après 25 ans de fonctionnement d’un équipement ferroviaire. Le RER B actuel, dont le petit nom est MI 79 ou MI 84, est un des meilleurs matériels de transport et des plus fiables pour la partie traction (les pannes sont rares). Nous ne parlerons donc pas d’obsolescence. Nous constatons simplement que l’agencement des rames pour le confort des passagers est d’une autre époque : Dans les années 1970, on ne pensait pas qu’il fallait, ne serait-ce qu’assurer la simple ventilation et, on imaginait que les passagers, avec sacs et valises, les rangeraient facilement sur les porte bagages prévus au-dessus des banquettes (Souhaitons bien du plaisir à celui qui s’y risquerait, pour les récupérer dans une rame bondée avec ses 200 passagers).
Ce qui est beaucoup plus fondamental pour la régularité des trajets est la suppression de cet inutile et inefficace changement de conducteur à Gare du Nord, principale et nous insistons sur ce point, essentielle cause de retard du RER B. Ce sera, à notre avis, le plus grand motif de satisfaction.
Concernant le CDG Express, la position de l’association « Vivre Sans CDG Express » est claire : Nous n’avons pas d’opposition de principe à l’amélioration de la desserte ferroviaire de l’aéroport ; en tout cas, pas à son nouveau parcours, puisque nous en sommes les initiateurs.
En revanche, nous sommes vivement opposés au projet tel qu’il a été relancé par l’État, pour quatre raisons essentielles :
1. le volume de passagers ne sera jamais suffisant pour assurer le fonctionnement financier autonome de cette liaison : À titre de comparaison, la même liaison à Londres, avec Heatrow, aéroport générant un trafic bien plus important que CDG, n’est absolument pas rentable. Concurrencée seulement par un métro, pourtant cher et poussif (trajet d’une heure), la desserte de Londres plafonne à moins de 5 millions de passagers/an. Dès lors, comment prétendre obtenir en Ile de France, dans des conditions bien moins favorables, les 6 millions de passagers nécessaires à l’équilibre du projet CDG Express voulu par le gouvernement français ?
2. Des clauses de non concurrence avec le RER B vont limiter, voire empêcher, l’évolution ou l’amélioration des transports publics. Ainsi la sphère publique sera pénalisée pour toute évolution du fonctionnement du RER B. (Par exemple, si l’amplitude du fonctionnement en heures de pointe du RER B est augmentée, le STIF devra payer des pénalités aux exploitants du CDG Express). Ceci est inacceptable et conduira immanquablement à bloquer la rénovation du réseau public.
3. un prix du ticket à 20 €, particulièrement discriminant, réservera les navettes à une frange privilégiée des voyageurs aériens : On établit, avec ce transport, une classe affaire ferroviaire ; ce qui permettra par l’argent (ce n’est jamais écrit, mais le message est suffisamment clair pour être entendu) d’éviter un mélange avec les populations du 9-3. Ce n’est plus un transport public mais le transport d’un public !!!
4. les 2 premières raisons, déficits et clauses commerciales, (voire même la troisième) engendreront inévitablement un financement public, contrairement à ce qui est annoncé. Donc, tant qu’à financer un transport public, autant qu’il serve à tous les publics ! C’est pourquoi, l’association «VSCDGE » propose de créer sur le trajet prévu pour le CDG Express, en lieu et place de celui-ci, une nouvelle branche du RER E accessible sur la base du tarif francilien à tous les voyageurs et desservant, outre l’aéroport, les principales gares (Le Bourget, Aulnay s/s Bois et Vert Galant). L’avantage de cette proposition a le mérite d’améliorer la desserte de l’aéroport, mais également de diminuer à Châtelet les transferts de voyageurs entre la ligne B et A en assurant une meilleure desserte pour l’ensemble des usagers vers un choix de destinations élargi : Haussmann, et ultérieurement l’ouest de l’Ile de France.
On entend souvent les promoteurs du CDG Express dirent, en parlant de leur navette : « Elle permettra d’éviter aux usagers du quotidien les désagréments des bagages des passagers aériens ». Il n’en sera rien ! Car il y a aura toujours des passagers aériens dans le RER B : En effet, comment imaginer qu’un passager arrivant ou partant par charter de CDG Express, paye presque plus cher son billet A/R de train que le vol lui-même ? Ce voyageur prendra donc toujours le RER B, d’autant plus, que contrairement à ce qui est prévu pour le CDG Express, celui-ci n’a pas pour terminus le cul de sac de la Gare de l’Est !
Projetons-nous à l’horizon de la mise en service du CDG Express. Le programme RER B+ sera forcément en service. Ceci aura pour conséquence d’offrir aux heures de pointe, un RER B pour CDG toutes les 6 minutes et un temps de parcours de 30 minutes au prix de 8,10 €. (Rappelons que sans la taxe d’aéroport, payée par les seuls usagers des transports en commun, le prix serait de 4,10 €). Sans compter également, une arrivée directe au centre de Paris, voire au-delà.
Que proposent en comparaison les promoteurs du CDG Express ? Une navette seulement toutes les 15 minutes avec 20 minutes de temps de trajet, soit un faible gain de temps de 3 minutes par rapport au RER, pour un prix bien plus élevé (20 €) et une arrivée excentrée et sans issue.
On peut donc raisonnablement mettre en doute le modèle économique du CDG Express.
A l’heure où se posent indéniablement les problèmes de réchauffement climatique, les services de transport public ne doivent pas être en concurrence mais, complémentaires. A-t-on le droit de faire un investissement annoncé et non définitif de 640 millions d’euros dans l’objectif d’obtenir, en termes de capacité journalière, l’équivalent d’une heure de fonctionnement du RER B ?
Nous souhaitons, qu’à l’inverse de M. ABRIOUX, son prédécesseur, qui a œuvré à la relance du projet « CDG Express », M. GAUDRON, nouveau député d’Aulnay-sous-Bois, se positionne enfin, dans l’intérêt de ses administrés et de la collectivité nationale, au lieu d’écouter les sirènes des entreprises soucieuses de leurs seuls intérêts (Air France, ADP et la Chambre de Commerce et d’Industrie).
Nous sommes et serons toujours disponibles pour le rencontrer, lui exposer nos propositions et justifier nos positions.
Bruno DEFAIT Président de VSCDGExpress
http://vivre-sans-cdg-express.org

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Je prends le rer depuis bientôt 10 ans et je le vois se dégrader un peu plus chaque année donc sa rénovation est une bonne nouvelle.Mais est ce que dans rénovation on entend: Plus de problèmes de signalisation, d’alimentation électrique,de nouveaux passes navigo qui fonctionnent réellement et qui ne coincent pas à tous les portiques (à 86€ il pourrait au moins fonctionner),des rames sans tags(quand c’est du neuf,les artistes sont inspirés…),plus de personnes éméchées le soir importunant ceux qui ont fait leur journée de travail, empecher les téléphones portables en mode radio pour que tout le monde profite de la musique,et de l’insécurité que tout usager a déjà ressenti sur la ligne B peu importe l’heure???
Ce que je vous énumère n’est qu’un apercu de la journée du voyageur sur la ligne B.Je préfèrerai,avant que les rames soient rénovées(ce qui est très bien évidemment) que l’on régle d’abord les problèmes de retard et l’incivilité omniprésente.La semaine du 16 au 21 juillet restera dans les annals avec seulement 2j de circulation normale sur 5 le matin à 8h.Je préfere voyager dans un train dégrader mais à l’heure et sans incivilité que le contraire.
Je crois qu’il faut revoir les priorités…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Je suis dans une certaine mesure d’accord avec cegui, car en effet les incivilités en général sont très pesantes. Cela dit, concernant la rénovation : naïvement je m’attendais au remplacement pur et simple, car certes les trains seront peut-être un peu moins bondés en appliquant le projet, peut-être un peu plus confortables, mais à mon avis, même des anciennes rames du type RER D à étage feraient mieux l’affaire, ou encore du E ; je ne parle même pas du francilien, dont on se demande pourquoi il ne revient pas en priorité à notre ligne desservant, faut-il le rappeler, trois aéroports, la plus grande gare de France, le centre touristique de Paris, etc. Il est curieux de ne pas trop chercher à offrir une image correcte de la France, alors même que l’on se réjouit qu’elle soit la première destination touristique.
La question des retards, etc., est évidemment la plus importante. Je demeure pourtant persuadé que la « rénovation », qui est certes mieux que rien, reste quelque chose d’insuffisant. Mais avec optimisme j’espère que ce sera une prochaine étape, pas trop lointaine quand même…

Navigue avec Firefox 3.5.5 Firefox 3.5.5 sur Windows Vista Windows Vista
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.0; fr; rv:1.9.1.5) Gecko/20091102 Firefox/3.5.5 (.NET CLR 3.5.30729)