Ile-de-France, Seine-Saint-Denis, Sports

Le FC Aulnay l’attendait

22 février, 2007 à 21:56 | Posté par

Quinze clubs de Seine-St-Denis étaient concernés par le plan d’urgence mis en place par la LPIFF. Des grandes structures comme le Red Star ou Les Lilas ont été heureux de bénéficier de ce soutien. Mais c’est auprès des plus petits clubs que l’intervention a pris toute sa dimension. Le FC Aulnay a ainsi accueilli avec beaucoup d’enthousiasme l’intervention du technicien du District, Issaga Diarra. Moïse Ahizan, le Responsable de l’école de football, souligne aussi "le bien fou" que la dotation des 15 ballons peut apporter à son club.

Le plaisir n’est pas dissimulé. C’est avec un réel enthousiasme que Moïse Ahizan, le Responsable de l’école de football d’Aulnay, a accueilli, dans le cadre du plan d’urgence, Issaga Diarra, le technicien du District.

Pour l’éducateur du FC Aulnay : "Ces interventions apportent un vrai plus technique pour un encadrement où il y a, avant tout, des bénévoles. Les gens sont plus à l’écoute lorsque cela vient de quelqu’un d’extérieur. Pour les éducateurs en cours de formation, il s’agit également d’une incitation à poursuivre leurs efforts pour encore s’améliorer.

Un discours repris par Mohamed El-Kharraze, le Conseiller Technique Départemental de la Seine-St-Denis : "La venue du technicien amène, avant tout, un nouveau regard. C’est aussi ce qu’ont apprécié les grands clubs structurés comme le Red Star, Les Lilas ou le Blanc-Mesnil. L’intérêt de la démarche est encore plus important lorsqu’il s’agit de structures plus petites. Il y a alors une réelle sensibilisation sur la formation des éducateurs et toute la démarche pédagogique pour encadrer les jeunes dans les meilleures conditions."

Des conditions souvent précaires où le besoin de matériel est également une priorité. La dotation de 15 ballons qui accompagne le plan d’urgence est à ce titre très apprécié comme le souligne Moïse Ahizan : "Pour nous, recevoir 15 ballons, cela fait un bien fou. Nous manquons de moyens faute de pouvoir mutualiser nos ressources. Il y a trois clubs à Aulnay qui ne veulent pas se rapprocher. Je crois que c’est par les techniciens que les situations pourront changer."

Issaga Diarra a pris en compte parfaitement les spécificités d’Aulnay. "Aulnay est certainement l’une des villes en France qui a sorti le plus de joueurs aujourd’hui professionnels. C’est un vivier très riche. Mais il y a un manque et donc une demande pédagogique forte. Par exemple, chez les benjamins, un ballon par joueur est indispensable. Par manque de moyens, ce n’est pas toujours le cas. De façon générale, il y a aussi une petite championnite que l’on doit éviter à ces âges. Il faut développer d’autres notions notamment la progression sans tenir compte des résultats. Il faut pousser les enfants à jouer. C’est le message que j’essaie de faire passer chez les éducateurs. Je leur donne donc un canevas à reproduire. Ensuite, je suis à leur disposition pour revenir de façon bénévole."

Cyrille Legendre, jeudi 22 février 2007 – 08h15, Ligue Paris-Ile-de-France

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.