Associations, Environnement, Espaces verts, Seine-Saint-Denis

La vente des derniers espaces de respiration du département, ça suffit!

14 juin, 2020 à 17:40 | Posté par

Au nom de la production de logements, certains services de l’État et collectivités bradent les derniers terrains disponibles du 93, alors même que ce territoire manque déjà cruellement d’espaces verts.

Une association environnementale, « Patrimoine et environnement à Romainville » fait un constat sévère sur la disparition de nos espaces verts. A Aulnay-sous-Bois, rappelons que le Parc Ballanger a été le lieu d’un combat d’associations et de collectifs pour sa sauvegarde. Encore aujourd’hui, malheureusement, rien n’est acté pour sa conservation. Extraits d’une tribune paru sur libération.fr

Au lieu de préserver les derniers espaces ouverts, de valoriser le patrimoine et les espaces verts de nos villes, certains services de l’État et collectivités bradent les derniers terrains disponibles et les derniers espaces naturels en Seine-Saint-Denis, au nom de la production de logements, l’arrêté du 20 décembre 2017 affirmant «l’urgence de répondre aux besoins en produisant au minimum 70 000 logements par an». (…)

Alors que nous vivons une crise sanitaire sans précédent et que le manque de lits est criant, c’est le patrimoine immobilier de plusieurs hôpitaux du département qui pourrait passer en zone à urbaniser, démantelant ainsi définitivement ces services publics de première ligne. (…)

Dans le nouveau plan local d’urbanisme d’Est Ensemble, ce sont plus de 50 hectares de zones naturelles avec la flore et la faune qu’ils abritent, qui pourraient passer en zone d’équipement, soit la superficie de plus de 50 terrains de foot dans le département le plus carencé en espaces verts de France. (…)

Est-il nécessaire de rappeler que dans moins de vingt ans, l’Ile-de-France pourrait connaître des pics de chaleurs à 50°C, que 80% des habitants des villes sont exposés à des taux de particules fines dépassant les limites fixées par l’Organisation mondiale de la santé et que la biodiversité s’effondre à un rythme qui s’accélère ? Pourquoi ne pas avoir l’ambition de créer un Grand Paris vert ?(…)

Nous demandons:

La protection absolue des zones naturelles et agricoles dans l’esprit de la loi littoral
• Le développement significatif des parcs et des espaces publics
• La préservation des arbres et la restauration de la biodiversité dans l’Est parisien
• Un moratoire sur les projets immobiliers comme cela se fait dans certaines villes comme Bagnolet et un ralentissement des objectifs de densification
• La protection des services publics et de leur patrimoine foncier
• Le développement des mobilités douces et un plan global de réduction des pollutions de l’air et des sols
• Une réhabilitation de qualité des logements plutôt que la destruction de bâtiments existants
• Des espaces suffisants entre les immeubles afin de permettre aux habitants de profiter d’espaces verts de proximité et de garantir la perméabilité des sols ;
• La restauration d’une ceinture agricole de proximité pour assurer la sécurité alimentaire du département et de l’Île-de-France.

Signataires : Jean-Claude Oliva, Directeur de la Coordination Eau Ile-de-France ; Raphaël Daniel, Réalisateur (Le Pré Saint-Gervais) ; Anna Courouau, Architecte (Les Lilas) ; Sylvain Piron, Historien (Bagnolet) ; Olivier Nouvian pour l’Association le Pré en Transition (Le Pré Saint-Gervais) ; Thomas Brail, Groupe National de Surveillance des Arbres ; Danyel Dubreuil, Chargé de plaidoyer (Pantin) ; Damien Deville, Doctorant en géographie et anthropologie de la nature ; Emmanuel Lacroix, pour le Collectif des Carrières de l’Ouest (Gagny) ; Marie Alléaume, architecte urbaniste (Pantin) ; Nathanaëlle Baes Cantillon, architecte urbaniste (Bruxelles) ; Rodolphe Raguccia, paysagiste (Romainville) ; Jacqueline Lorthiois, Urbaniste socio-économiste

2 Réponses à “La vente des derniers espaces de respiration du département, ça suffit!”

Au Blanc-Mesnil, le maire de droit extrême a vendu à la Cogedim 4882m² du parc urbain Jacques Duclos, pour permettre la construction de logements. Des citoyens ont empêché qu’un immense espace vert situé entre la gare RER et la cité Pierre Sémard soit bardé à la Cogedim, par une action auprès du TA de Montreuil qui a annulé le Permis de construire.

Navigue avec Google Chrome 83.0.4103.97 Google Chrome 83.0.4103.97 sur Windows 10 x64 Edition Windows 10 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 10.0; Win64; x64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/83.0.4103.97 Safari/537.36

Moi qui croyais qu’il n’y avait que Aulnay de concerné, cerné de toutes part par la menace Beschizza, prenant au passage [Propos modérés, accusation sans preuves, risque de poursuites] et des grues miniatures, cela serait finalement un problème global à l’´échelle régional si ce n’est national. Même Blanc Mesnil est confronté à ce sujet. C’est vraiment sur que Beschi n’est pas aussi à Blanc Mesnil?

Navigue avec Safari 10.0 Safari 10.0 sur iPhone iOS 10.3.3 iPhone iOS 10.3.3
Mozilla/5.0 (iPhone; CPU iPhone OS 10_3_3 like Mac OS X) AppleWebKit/603.3.8 (KHTML, like Gecko) Version/10.0 Mobile/14G60 Safari/602.1