Faits divers

L’arrestation de Noam décrite par sa mère [MAJ]

22 juillet, 2019 à 8:44 | Posté par

L’article du Parisien dont nous avons fait écho a un retentissement national puisque de nombreux médias l’ont relayé: BFM, L’Express, Valeurs actuelles, France Bleu…

Il nous a semblé important de communiquer la version détaillée de l’arrestation musclée de Noam telle qu’elle nous a été envoyée jeudi dernier:

Voici ce qui s’est passé jeudi 18 juillet entre 19h30 et 20h30


Des enfants de la résidence Arc en ciel rentraient chez eux après une partie de foot. en passant dans la rue de l’arbre vert, ils remarquent une ombre furtive dans le pavillon de cette rue, cela leur semble inhabituel car ce pavillon est censé être inhabité et remarquent que la porte du jardin est ouverte. Les deux plus grands prennent peur et s’enfuient en courant, au même moment , une voiture de police nationale débarque en force en freinant et bloquant la rue, les plus jeunes restés sur le trottoir prennent peur et restent sur place en pleurs (témoignage d’une voisine habitant juste en face, l’un des policiers leur demande nom, prénom, date et lieu de naissance et adresse ; Un policier part en chasse vers les deux gamins qui s’étaient enfuis, rattrape N.  en le bloquant grâce à leur voiture, lui demandant de ne pas courir et de monter dans la voiture, ce faisant N. se prend un grand coup de poing dans le nez, bien à l’abri d’éventuels regards, « Alors toi, tu vas morfler lui dit-il »
La voiture de police revient vers le pavillon et le policier fait sortir N. en lui arrachant des touffes de  cheveux, ce qui le fait sourire et en disant aux autres enfants  » Je vais lui remettre sur la tête  »  en ricanant (touffes de cheveux qu’il prend soin de cacher dans sa poche) le faisant tomber avec une « balayette » dès la sortie de voiture, N. est tombé la tête la première sur un muret de béton, le policier tombe également et en se relevant  donne des coups de pieds dans les côtes de N. ; puis essaie de lui écraser la tête avec sa chaussure tout en continuant à lui donner des coups de poings, les autres enfants pleurent le supplient d’arrêter, puis J. un autre enfant lui demande en pleurant d’arrêter de le frapper , ce policier lui dit « Pourquoi tu me regardes ? T’en veux toi aussi ?
Une voisine de sa fenêtre intervient en disant aux policiers de « laisser ces gamins tranquilles car ils n’avaient rien fait ! et vu l’état de choc dans lequel ils se trouvaient, ils devaient avoir compris »
Tous les enfants en pleurs ont été fouillés, 
La police a appelé une voiture de renfort pour emmener tous les enfants même ceux de 9 ans (…!) au commissariat, qui les suppliaient de les laisser rentrer chez eux et d’appeler leurs parents.
Au commissariat, tous les enfants sont assis sur un banc sauf N. qui a du s’asseoir par terre par manque de place.
Un des policiers a sorti de sa poche les touffes de cheveux de N. en riant et les a jeté dans une poubelle.
En commentant la soirée, un des policiers a dit à l’adresse de ses collègues  » Aujourd’hui, je me suis pris une gamelle » en faisant référence à la balayette qu’il avait faite à N., puis en s’adressant à lui « La prochaine fois que tu laisses ton frère , je vais vraiment te faire mal ! » « et d’ailleurs, pourquoi tu as couru ? »
N.  » parce que j’ai eu peur et ce n’était pas une raison pour me frapper  » « tu as de la chance car je fais pire aux grands avec toi j ai retenu mes coups et maintenant vos parents vont arriver, dit il en s’adressant à tous les enfants et ils vont tous vous niquer »
Le policier a fait passer N. pour responsable aux yeux des parents.
Une plainte a été déposée à l’IGPN  et ces événements ont été relatés au cabinet du maire puis au parisien
N. est passé chez le médecin légiste qui lui a donné 4 jours d’ITT et a recommandé à tous les enfants qui sont en état de choc après le tabassage de l’un des leurs, à se rendre  chez le pédopsychiatre


Si nous recevons la version ou une précision de la Police Nationale, bien évidemment nous la publierons.

MAJ le 23 à 8.30: D’après France 3, « SGP Police, de son côté, réfute les soupçons de violences. Le syndicat évoque une « opération de police normale » et explique que les fonctionnaires intervenaient pour un cambriolage. A noter toutefois qu’aucun objet volé n’a été retrouvé sur les jeunes. »

Articles similaires:

Une Réponse à “L’arrestation de Noam décrite par sa mère [MAJ]”

Ces policiers avaient été appelés par un résident de la rue de l’arbre vert qui avait remarqué du mouvement inhabituel dans ce pavillon, ce qui explique l arrivee intempestive des policiers. Maintenant, ceux ci ont gravement manqué de discernement en agressant des gamins qui n avaient aucun ustensile ni outil entre les mains qui auraient pu les faire passer pour des cambrioleurs, ils avaient juste un ballon entre les mains. Ce que le policier frappeur (50 ans, plus de 100kg) a rétorqué en parlant de la rébellion de Noam est complètement faux, il essaie juste de justifier les coups portés au gamin qui n a pas fait le poids devant cet adulte ( je reste polie mais j ai du mal)
Toujours est-il que si cambriolage il y a eu où est le cambrioleur qui a du bien profiter de la diversion ? Il est inadmissible que des scènes traumatisantes pour nos gosses telles que celles ci aient lieu dans nos rues. Cette police utilise à mauvais escient la sécurité .ce policier a du vice car pour frapper Noam il s est mis bien en dehors des champs des caméras aulnaysiennes.
Que pense t il aujourd’hui d une police qui était censée le protéger ????

Navigue avec WebView 4.0 WebView 4.0 sur Android 9 Android 9
Mozilla/5.0 (Linux; Android 9; SM-A600FN Build/PPR1.180610.011; wv) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Version/4.0 Chrome/74.0.3729.157 Mobile Safari/537.36 [FB_IAB/FB4A;FBAV/225.0.0.47.118;]

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>