Conseil municipal, Justice, Vidéos

Procès : le mensonge de Bruno Beschizza

18 octobre, 2018 à 11:25 | Posté par

Bruno Beschizza au conseil municipal du 19 juillet 2017.

Par cet article, nous nous exposons volontairement à un nouveau procès, car s’il y a plainte, en matière de diffamation, les poursuites sont automatiques. Néanmoins à l’heure où le maire poursuit nombre de blogueurs et opposants politiques – avec l’argent du contribuable – en les accusant de mensonge, nous pensons qu’il est nécessaire de mettre ce fait sur la table.

La prétendue justification de toutes ces attaques est venue de la bouche même de Bruno Beschizza au conseil municipal du 19 juillet 2017. Pour obtenir le vote d’une nouvelle protection fonctionnelle et éteindre les débats, le maire ose ce gros mensonge  : « On les gagne tous, nos procès, nous… ».  Voici la vidéo calée sur la discussion :

Faux logo de la police municipale qui avait poussé le maire à déposer plainte bien que l’auteur du logo était un agent.

Nous affirmons que c’est un mensonge, car à cette époque le maire ne pouvait ignorer qu’il avait perdu plusieurs procès administratif (exemples ici ou ), mais surtout avait été déjà été débouté au pénal contre le blogueur Laurent Comparot. Malgré cela, le rédacteur en chef du blog Aunay Autrement a dû fermer son site car « la bataille économique et donc juridique est inégale » face à la mairie. Celui-ci avait révélé un logo de la police municipale arborant un soldat croisé. La mairie avait été déboutée en mai 2017 pour vice de forme car n’ayant pas été autorisée à financer ce procès par une délibération au conseil municipal. L’enquête avait montré que Laurent Comparot n’avait pas inventé ce logo qui venait bien d’un policier municipal qui n’est aujourd’hui plus employé de la ville.

La mairie n’a pour le moment gagné aucun procès au pénal contre des blogueurs ou opposants politiques. Elle a été déboutée 5 fois, a abandonné 1 procès, et a au moins 12 attaques en cours (lire le bilan ici).

NDLR: Vous allez dire, « encore un article contre la municipalité » et vous aurez raison! En effet, montrer le mécanisme de ces attaques judiciaires est le seul moyen gratuit que nous avons trouvé pour défendre la liberté d’expression dans notre ville. Pour notre cas, nous avons engagé près de 8000€ de frais d’avocat quasi exclusivement sur notre argent personnel (car il y a quelques dons spontanés) alors que la municipalité finance son prestigieux cabinet d’avocat et les sommes auxquelles elle est condamnée avec l’argent du contribuable.

Articles similaires:

Une Réponse à “Procès : le mensonge de Bruno Beschizza”

La fonction d’un maire est-elle d’attaquer systématiquement en justice pour diffamation et /ou injures, ses opposants politiques, ses contradicteurs ou ses administrés mécontents ou lésés qui ont osé s’exprimer ?

Est-il juste et opportun d’engloutir l’argent du contribuable dans ces procès-baillons qui portent atteinte au droit d’expression, d’alerte et d’information quand par ailleurs dans un contexte de rigueur budgétaire extrême, les services à la population se sont considérablement dégradés par leur diminution inquiétante ou leur suppression pure et simple ?

Quand on songe que ce maire ne résidait même pas sur notre ville et qu’il ne s’y est installé que pour s’y faire élire en proférant des promesses qu’il a été incapable d’honorer, devant tous ces procès contre la population, on se prend vraiment à regretter sa venue car son mandat nous aura terriblement coûté cher ! Alors on espère qu’il sera remercié en 2020.

Navigue avec Firefox 62.0 Firefox 62.0 sur Windows 8.1 x64 Edition Windows 8.1 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.3; Win64; x64; rv:62.0) Gecko/20100101 Firefox/62.0

Répondre:

Nom (SVP évitez les pseudos):
E-mail (non publié) (obligatoire):
Site web:
Commentaire (obligatoire):
XHTML: Vous avez le droit d'utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>