Actualité, Culture, Peinture

Disparition du peintre Stéphane Magnard

2 juin, 2010 à 0:45 | Posté par

La présidente du C.A.H.R.A., Pier­rette Hirgorom, nous apprends par un message déposé sur notre blog la disparition du maitre aulnaysien avec les mots suivants:

Nous avons appris, avec beau­coup de tris­tesse, que Sté­phane Magnard « a rangé sa palette et ses pin­ceaux » et nous a quit­tés le ven­dredi 28 mai, dans sa 94ème année.
Ses obsèques civiles auront lieu le jeudi 3 juin à 11h30 au cime­tière ancien des Pavillons-sous-Bois (Seine Saint Denis), allée Louis XIV.
Pour mieux connaître ce grand peintre, en com­plé­ment des articles que le C.A.H.R.A lui a consa­crés dans deux de ses bul­le­tins, je vous engage à consul­ter le blog de ses anciens élèves mangin2marrakech.canalblog.

Stéphane Magnard avait fait l’objet d’une exposition à l’espace Gainville fin 2007 où 61 de ses tableaux étaient exposés. Je reprends le texte de la note de Jean-Gauthier Quintard qui faisait une rétrospective de la vie du peintre pour l’occasion.

Expo_magnard Né en 1917 dans le dépar­te­ment de la Loire mais Aul­nay­sien depuis 1956, Sté­phane Magnard, lau­réat de nom­breux prix, a su faire vibrer les reflets de la vie dans des com­po­si­tions qui portent la marque d’une per­son­na­lité artis­tique de pre­mier plan. Il peint de remar­quables san­guines et aqua­relles, des tableaux évoquant ses sou­ve­nirs d’Afrique, par­cou­rue l’espace d’une année, des scènes de mar­ché, des vil­lages, des por­traits qui dépassent le simple exo­tisme et dont la touche exalte une fra­ter­nelle ren­contre humaine. Il y a aussi ces mer­veilleuses scènes fixées à Tahiti où Sté­phane Magnard enseigne durant trois ans, quelques natures mortes, des pay­sages de Bour­gogne et d’Île-de-France d’une fac­ture remar­quable, des oiseaux peints à Wal­lis et Futuna où il fête ses 80 ans avec des amis, une esquisse de l’église d’Aulnay… Près de [soixante] tableaux nous entraînent à la décou­verte de ce grand maître que la Ville a sou­haité hono­rer.

Nulle esthé­tique « moderne » chez ce peintre accom­pli, mais un goût cer­tain pour les cou­leurs des fau­vistes comme une expres­sion naïve et un attrait par­ti­cu­lier pour l’exotisme, dans la lignée d’un Matisse par exemple, le tout au ser­vice d’une belle figu­ra­tio

Comme l’a expliqué Mme Hirgorom, ses anciens élèves lui avaient consacrés des articles sur le blog mangin2marrakech.canalblog. L’article aprenant la disparition du peintre reproduit de nombreux tableaux que nous vous encourageons a aller voir.

Reproduction issue du blog http://mangin2marrakech.canalblog.com/

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.