Education

Compte rendu réunion du 8 Juillet 2009 à l’Inspection Académique

10 juillet, 2009 à 5:30 | Posté par

DSC02293Ce mercredi 8 Juillet 2009 à 14Heures s’est déroulée une réunion à l’Inspection Académique de Bobigny. Première déception, la faible mobilisation des parents. Seulement quatre parents d’élèves ont fait le déplacement. Etait également  présent un représentant de la Liste Indépendante des Parents d’Elèves (LIPE). On pourra déplorer l’absence d’un représentant de la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves (FCPE). La Municipalité était, quant à elle, représentée par Monsieur Ségura et Madame Siino.

La réunion s’est articulée autour de trois thèmes :

  • La fermeture d’une classe de CP au Bourg 2.

Madame Siino a rappelé les conditions particulières dans lesquelles évoluent les élèves de cette école, actuellement confinée dans des préfabriqués situés sur un terrain appartenant à la ville de Sevran. Elle a précisé que si les travaux de désamiantage du site CMMP ont commencé, la date de retour dans les anciens locaux de l’école du Bourg 2 initialement envisagée en Janvier 2010 ne devrait pas intervenir, finalement, avant la rentrée scolaire de Septembre 2010. En conséquence, les élèves du Bourg 2 vont enchaîner leur quatrième année consécutive d’enseignement dans ces conditions précaires. Madame Siino a donc appelé l’Inspection Académique à tenir compte de cette situation exceptionnelle pour alléger les effectifs et laisser souffler les enfants et l’équipe enseignante.

Le représentant de la LIPE a précisé que les parents avaient le sentiment que l’on infligeait une double peine à cette école. La première, ce sont les conditions difficiles dans lesquelles on enseigne en ce lieu. En effet, les enfants, l’équipe professorale et les parents d’élèves ont subi un certain nombre d’inconvénients à la suite du déménagement, qui vont de la précarité des locaux à l’éloignement de l’école, située dans une zone très excentrée. Dans ce contexte, la fermeture d’une classe de CP serait ressentie comme un second coup porté à cette école.

Il a rappelé à l’Inspection Académique, qu’elle avait tenu compte de cette situation l’an passé en accordant le maintien d’une classe au Bourg 1 malgré un sous-effectif, et qu’il serait bon de conserver le CP du Bourg 2 pour un an supplémentaire afin de garantir des conditions de vie plus faciles pour les petits. Raisonner en globalisant les effectifs du Bourg 1 et du Bourg 2 est pénalisant compte tenu de l’éloignement géographique des deux écoles.

ECOLEEnfin, il a précisé que les effectifs en moyenne section de cette école explosent. Ainsi, à terme, et compte tenu de la réintégration prévue dans les anciens locaux qui induisent sans doute le retour d’anciens élèves partis pour échapper aux préfabriqués, les effectifs du Bourg 2 repartiront inévitablement à la hausse. Une parente d’élève de cette école avouera son incompréhension face au fait de fermer une classe qu’il faudra sans doute ouvrir à nouveau dans le futur.

Monsieur Mahieux, pour l’Inspection Académique, a fait remarquer de son côté, qu’il entendait bien la situation difficile de cet établissement scolaire, mais a procédé à une analyse purement arithmétique en évoquant des effectifs estimés en baisse pour l’instant, sous réserve de ce qui va se passer en Septembre. Face à l’argumentaire sur l’augmentation des effectifs en moyenne section qui présage de la nécessité d’une réouverture de classe CP dans le futur, Monsieur Mahieux a répondu que l’Inspection Académique travaille toujours année par année et que la carte scolaire s’élabore seulement pour une période d’un an.

Le représentant de la LIPE a finalement remis une pétition de 250 signatures pour montrer la mobilisation des parents d’élèves contre la fermeture de cette classe de CP.

Monsieur Le Maire a également apporté un soutien massif au maintien de cette classe au Bourg 2, évoquant une école symbolique. Il précisera que le déplacement de cette école était initialement prévu pour une durée d’un an et que ce sera la quatrième année consécutive que les élèves fréquentent les préfabriqués. Ces derniers, inévitablement, se sont détériorés au fil du temps entraînant des travaux coûteux pour la Municipalité en termes de réseau d’assainissement, d’isolation, de chauffage ou de climatisation. Le système des navettes mis en place a également coûté 100 000 Euros par an.

Les moyens ont été mis pour garantir des conditions d’enseignement aussi acceptables que possible. Ainsi, selon Gérard Ségura, il faut sortir de la logique purement comptable des effectifs, certes en baisse au Bourg 2, et consentir au maintien du CP une année de plus en attendant le retour dans l’ancienne école l’année prochaine. Il ajoutera comme argument final que les écoles du sud de la ville sont pleines à craquer et parfois en sur-effectifs et qu’en compensation il ne serait pas illégitime d’accepter un léger sous-effectif au Bourg 2 compte tenu de l’historique et des conditions particulières dans lesquelles cette école évolue.

  • La demande d’ouverture d’une classe maternelle supplémentaire sur Nonneville.

Comme précisé lors de la réunion du 25 Juin 2009 à la Mairie, la Municipalité dispose d’un espace suffisant pour ouvrir aulnaybudgetune classe d’école maternelle supplémentaire à Nonneville, permettant ainsi d’atténuer les tensions qui règnent actuellement sur les écoles du sud de la ville. Contre toute attente, Monsieur Mahieux a précisé que selon ses chiffres, le solde des places vacantes sur les écoles du sud d’Aulnay-sous-Bois est positif. Cela veut dire qu’au regard de l’Inspection Académique il reste sur le sud de la ville encore des places disponibles pour scolariser les enfants. Il a admis que ce n’était qu’un indicateur puisqu’il prend en compte toutes les écoles du secteur sans considérer les situations particulières, mais que ce solde légèrement positif était bel et bien une réalité.

Il a donc conclu qu’il faudra attendre Septembre et le recomptage des élèves dans les écoles après la rentrée pour vérifier les effectifs et identifier un besoin ou non d’une ouverture supplémentaire dans le sud de la ville.

  • Le cas des toutes petites sections.

Pour le nord de la ville, le grand sujet de discussion a porté sur la fermeture des deux classes des toutes petites sections (TPS) aux Petits Ormes et à la Croix Saint Marc. Madame Siino a expliqué que ces deux classes étaient une tradition dans le quartier, et qu’elles offraient de réelles chances d’accès au savoir à des enfants évoluant parfois dans des contextes sociaux et familiaux difficiles. L’apprentissage du langage est un élément positif imputable directement à l’existence de ces deux écoles.

Une fois de plus, l’Inspection Académique à travers la parole de Monsieur Mahieux, a fait une analyse plutôt rationnelle de la situation en expliquant que le débat sur l’efficacité avérée ou non d’une scolarisation des enfants âgés de deux ans était toujours en cours et qu’il n’était pas sûr que regrouper des enfants ayant des difficultés de langage soit une bonne chose. De même, il a évoqué le fait que c’était peut-être une mauvaise idée de séparer si tôt les enfants de deux ans de leurs parents. Il a rappelé enfin que pour l’Education Nationale, la priorité des priorités était la scolarisation dans de bonnes conditions des enfants âgés de trois ans.

Monsieur Ségura répondra en déclarant son attachement farouche à ces deux écoles, qui existent depuis plus de vingt ans, et dont le rôle positif dans l’apprentissage du français est indiscutable. Il a précisé vouloir maintenir cette continuité. Du reste, la ville a mis sur la table des moyens conséquents pour supporter ces deux écoles qui représentent un outil social et pédagogique très fort, ainsi qu’une véritable passerelle vers une meilleure entrée en classe de maternelle. Il conclura enfin que la Municipalité poursuivra les efforts entrepris afin que ces deux structures continuent d’exister et a demandé à l’Inspection Académique de le suivre dans cette dynamique avérée.

DSC02291Voilà. Il faudra attendre le mois de Septembre pour connaitre les conclusions de l’Inspection Académique. Ceci dit, quels que soient les résultats obtenus, on ne peut que féliciter la Municipalité pour la tenue de cette réunion. Tout a été parfait, que cela soit l’organisation avec la mise à disposition d’un bus pour le trajet, la discussion que nous avons eu avec Monsieur Le Maire et Madame Siino en préambule de la rencontre avec l’Inspection Académique pour rappeler les enjeux et les argumentaires à développer. La réunion s’est déroulée d’une manière impeccable. Madame Siino a présenté les différentes problématiques, les parents d’élèves et le représentant de la LIPE ont ensuite pu exprimer leur témoignage de terrain et Monsieur Ségura a amené sa force de conviction pour donner encore plus de poids à l’ensemble de notre argumentation. Chacun a donc, en ce jour, apporté une belle pierre à l’édifice et pourra se dire qu’il a contribué à défendre la cause scolaire aulnaysienne.

Stéphane Fleury

Les commentaires sont fermés.