Amiante

Le Parisien: Fermée depuis 17 ans, l’usine pollue encore

11 novembre, 2008 à 21:42 | Posté par

Voici un extrait du Parisien de ce matin qui relate le témoignage d’un technicien du CMMP (extraits demain) et qui fait le point sur l’usine (lire ci-dessous):

Cmmp
LE COMPTOIR des minéraux et matières premières (CMMP) ouvre ses portes au 107, rue de Mitry en 1938. Dans ses ateliers, les ouvriers s’affairent autour des broyeurs dans lesquels on écrase de l’amiante jusqu’en 1975. L’usine continuera à stocker le minéral jusqu’au début des années 1980. Dès les années 1960, des riverains s’inquiètent de la nocivité des poussières d’amiante qui envahissent le voisinage.
En 1991, l’usine ferme ses portes.

Cinq ans plus tard, Nicole Voide dépose plainte après la mort de son frère, atteint d’un cancer de la plèvre. Ce dernier a grandi dans le quartier, sans jamais travailler au sein du CMMP. Les riverains et les familles de victimes s’organisent en collectif. En 2000, le parquet de Bobigny ouvre une information judiciaire pour homicide involontaire. Dans l’intervalle, le terrain a été vendu en l’état à la promotion immobilière. Une étude montrera par la suite que le site est entièrement contaminé par l’amiante.

Il y a deux ans, l’école élémentaire du Bourg a été déménagée dans des préfabriqués, afin d’éloigner les enfants du site pollué et potentiellement dangereux. A ce jour, les bâtiments délabrés sont toujours debout. Le préfet a pris, le 6 octobre dernier, un nouvel arrêté laissant quatre mois au CMMP pour présenter un projet de dépollution et de déconstruction. Le texte n’oblige pas au confinement complet du chantier, réclamé par les associations et l’inspection du travail.

Vingt-cinq plaintes sont à l’instruction au pôle de santé publique du tribunal de Paris. Les associations dénombrent aujourd’hui quatre-vingts victimes de l’amiante, dont plusieurs dizaines sont décédées.


Gwenael Bourdon, Le Parisien du 11/10/2008

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.