Tribune libre

Tribune libre de juin

11 juin, 2008 à 5:18 | Posté par

Chaque mois, nous publions les tribunes des groupes présents au Conseil municipal déjà publiées en fin d’Oxygène ou sur le site internet municipal.
L’article 5 du règlement du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois fixe à
trois conseillers minimum, la formation d’un groupe. Quatre groupes ont
été constitués.


Le Groupe du Parti Socialiste, PRG et personnalités locales

Eh oui ! Nous avançons ! Sûrement mais pas lentement. À un ryhtme
certes soutenu, mais sans précipitation ni faux pas. Les changements
pour lesquels les électrices et les électeurs se sont prononcés, et sur
lesquels l’équipe municipale s’est engagée, se mettent en oeuvre dans
la sérénité, selon un ordre et une démarche précise.

L’ordre, c’est d’abord celui qui consiste à préserver ce à quoi les
habitants sont attachés. Je pense en premier lieu au maintien d’un
strict cadre budgétaire. Il ne s’agit pas de tout bouleverser, mais
bien de transformer en profondeur ce qui doit l’être, afin de répondre
aux attentes et de renforcer le poids de notre ville. L’ordre, c’est
aussi celui des priorités aussitôt réalisables. Pourquoi attendre quand
on peut régler une question sans délai ?

C’est ainsi que le scandale des urnes électroniques a pris fin. Quant
au dossier de l’usine d’amiante, il est de nouveau sur les rails. Le
dialogue avec les riverains a été renoué. Des objectifs d’action sont
fixés, les énergies mobilisées pour aboutir.

Chaque élu dans sa délégation, le maire en tête, a pris possession des
dossiers qui sont au coeur des péoccupations et des enjeux locaux : le
logement, la jeunesse, l’emploi, la sécurité, les transports, le
développement durable ou encore l’éducation.
Ils ne l’ont pas fait cloîtrés dans leur bureau, mais en entamant une
discussion soutenue avec la population dans toute sa diversité. Car
c’est là, sans doute, le trait marquant de ce début de mandat : loin
des polémiques politiciennes,la parole des habitants se libère. Des
espaces d’échanges et de débats s’instaurent à l’image des assemblées
de Conseil de quartier.

Ici et là, les problèmes sont posés sans façon sur la table. Et chacun,
à son niveau de responsabilité, est invité à apporter sa pierre. Cet
appel aux intelligences et à la bonne volonté générale renouvelle les
pratiques et donne du souffle à la politique dans notre ville. Cela
s’accompagne d’un esprit d’ouverture qui s’illustre par l’invitation
lancée aux uns et aux autres d’investir cette maison commune qu’est la
mairie, et d’oeuvrer à rapprocher les deux rives de la Méditerranée à
travers la coopération décentralisée.

Oui, décidément, nous avançons, et avec vous !

Le Groupe de l’UMP

 

 

La nouvelle équipe municipale est-elle
passée à l’action ? Hormis les réceptions et les changements de
bureaux, non. Mais elle mène une politique d’affichage pour masquer ses
insuffisances dont voici un exemple.

 

Au
dernier Conseil municipal, la majorité a proposé de faire payer au CMMP
le déplacement de l’école du Bourg. Bien sûr, nous avons voté pour,
nous en aurions fait autant. Mais cette demande telle qu’elle est
formulée ne donnera aucun résultat, la majorité le sait, mais elle
était pressée de faire de l’affichage ! Attendre le début des travaux
aurait été plus judicieux.

 

Cette précipitation
fait oublier la réalité judiciaire du dossier. Depuis 2007, le tribunal
a rendu le CMMP seul responsable de la dépollution du terrain et des
bâtiments, ce qui a été une bonne nouvelle. Mais il a aussi fait de
l’actuel propriétaire, KAPA immobilier, le seul responsable de la
déconstruction des bâtiments. Cette décision avait compliqué le plan de
dépollution et de déconstruction au point de le repousser encore une
fois. Le partage des responsabilités juridiques instituées par ce
jugement induit les responsabilités financières. Si en termes de morale
et d’éthique, il est indéniable que le CMMP est le responsable,
juridiquement on ne peut lui imputer le déplacement de l’école, car
tous les prélèvements d’air faits dans l’école au cours de ces 4
dernières années n’ont révélé aucune poussière d’amiante. Heureusement
pour les enfants.

Alors pourquoi avions-nous déplacé l’école ?
La dégradation constante des bâtiments, aboutissait à des risques de
chutes d’éléments de toiture dans la cour de l’école (il n’y en a pas
eu d’ailleurs) et à une augmentation du risque de dissémination des
fibres à l’extérieur des bâtiments (les dernières mesures étaient
encore négatives). Le seul élément concret précédant le déplacement de
l’école étant la chute d’un élément de toiture, rue de l’Industrie,
cela fait de KAPA, le responsable juridique direct.

 

En clair, le titre de paiement émis à l’encontre du CMMP n’a que peu de
chance d’aboutir. On constate ici, que l’affichage publicitaire est
loin de bouleverser la réalité d’un tel dossier. Il est même fort à
parier que cette démarche compliquera un peu plus la résolution du
problème si ce titre de paiement était suivi d’une procédure
judiciaire. Depuis longtemps, le temps est l’ennemi de tous dans ce
dossier, et chaque acte qui vient en compliquer la résolution ne sert
pas les intérêts des Aulnaysiens. Mais comme la majorité municipale
s’est donnée 18 mois pour réussir la déconstruction, elle n’a pas pris
beaucoup de risques. Peu importe, pour elle ce qui compte, c’est
l’affichage !

Pour le reste, il n’y a rien
de nouveau : le propriétaire et l’exploitant doivent se mettre d’accord
et un arrêté préfectoral doit le confirmer, en particulier les prises
en charge financières des uns et des autres. Cela doit finir le plus
rapidement possible et pas dans 18 mois, comme l’a prévu la
municipalité.

 

Pour nous joindre : www.reussirlavenirensemble.com et 9, place Camélinat.

 

 

Le Groupe du Parti communiste Français

Président Sarkozy, entendez-vous les cris du peuple !

 

Un an après son accession au pouvoir,
Nicolas Sarkozy ne redistribue toujours rien à ceux qui en ont le plus
besoin. Les riches profitent encore des cadeaux fiscaux et les grands
patrons auront de nouvelles exonérations.
Pour les autres, c’est-à-dire vous et nous, c’est le travailler plus
qu’on nous propose avec une avec une série de mesures antisociales
telles que :
* la fin de la prime pour l’emploi pour les salariés modestes,
* la franchise fiscale confirmée et appliquée,
* la diminution des moyens pour l’école,
* la réforme des retraites, sans se préoccuper de l’emploi des seniors.

 

Pour augmenter le pouvoir d’achat, il faut augmenter les salaires. Les
élus communistes d’Aulnay sont persuadés qu’on peut changer de
politique ici et maintenant, nous soutenons sans faille l’ensemble des
luttes sociales qui visent l’amélioration des conditions de vie et
d’enseignement des étudiants, des salariés aux fonctionnaires, des
retraités et des sans emploi.

 

Notre combat
est national mais aussi local, après plus de deux mois de gestion
municipale au sein de la majorité, nous nous sommes prononcés pour :
* la poursuite de l’action contre le CMMP,
* la création de 12 Conseils de quartier,
* l’abandon du vote électronique,
* l’engagement de la ville dans l’action internationale.

 

Éclairage sur la mauvaise réforme des retraites.
Pour nos retraites, l’enjeu relève d’un choix de société basé sur la
justice et le progrès social. C’est à la fois le principe de solidarité
et de répartition du système de retraite, mais aussi les moyens de
financements et le niveau des pensions qui sont remis en cause. Avec la
nouvelle réforme souhaitée par le gouvernement, c’est encore
l’allongement de la durée de cotisation qui est présentée comme ‘’la
solution miracle’’, son contenu colle au ‘’travailler plus pour gagner
plus’’, c’est-à-dire cotiser plus longtemps, 41 années dès 2012 sans
augmenter les pensions. Cette réforme étouffe un peu plus un système,
qui, s’il doit être adapté en raison des évolutions démographiques,
doit en priorité rechercher des financements nouveaux comme du côté des
hyperprofits.
Avec l’emploi, la retraite c’est l’affaire de tous : salariés actifs,
privés d’emploi, retraités et jeunes ! Contre le modèle social libéral
fait de précarité pour tous, les solutions pour les retraites passent
par une politique de redistribution des richesses créées du travail,
par des augmentations de salaires et des créations d’emplois bien
rémunérés.
L’allongement de la durée de cotisation ne règle rien. Depuis la mise
en oeuvre de la réforme Fillon de 2003, le bilan est dramatiquement
négatif pour le droit à la retraite et les pensions. La démonstration
n’est plus à faire.
Ce choix, nous le combattons, car il est incohérent, brutal et
dangereux dans sa méthode et ses objectifs. Il distille le doute dans
la capacité du système à assurer les retraites des prochaines décennies
et vise à baisser le coût du travail ‘’dada’’ du MEDEF.
Les élus communistes sont résolument opposés et activement engagés
contre cette réforme qui va accroître l’insécurité sociale.
Les élus communistes appellent tous les citoyens à manifester leur
confiance dans le système de retraite solidaire, pour un droit à la
retraite à taux plein dès 60 ans, leur exigence de la reconnaissance de
la possibilité des départs anticipés à la retraite dès 55 ans et leur
opposition à l’allongement de la durée de cotisation. Groupe des élus
communistes pour nous contacter : groupecommuniste@aulnay-sous-bois.com
ou au 01 48 79 44 49

 

Le Groupe les Verts

 

Nos villes sont les lieux principaux de formation de la richesse et de
dynamique de l’emploi, mais elles concentrent aussi l’essentiel des
phénomènes de pauvreté et d’exclusion.

 

Il
est temps de dépasser cette vision d’une ville scindée par une
frontière artificielle entre le Nord et le Sud et de déployer toute
notre énergie en mobilisant l’ensemble des outils qui sont à notre
disposition pour lui redonner cohérence et unité.

Nous devons faire évoluer l’urbanisme afin qu’il devienne le creuset de
la diversité sociale et de la qualité environnementale.

 

Nous portons ainsi une vision décloisonnée de l’urbanisme qui articule
économie, sociologie et écologie. Les projets d’aménagement du
territoire et d’urbanisme devront désormais lier indissociablement
l’écologie et la solidarité.

 

La tache est lourde car la Droite nous laisse un Plan local d’urbanisme imparfait et qu’il nous faudra réviser au plus vite. Cette révision devra répondre à deux préoccupations : préserver le patrimoine et construire du logement de qualité pour tous ! Et si nous avions droit au beau en matière architecturale dans notre ville ?

 

Nos
politiques d’urbanisme doivent limiter notre empreinte écologique,
réduire les nuisances et bâtir un aménagement du territoire équilibré
et soutenable. Elles doivent favoriser un urbanisme économe en
ressources foncières et énergétiques garantissant à toutes et à tous
l’accès au logement.

 

Que dire de la rumeur «
ils vont détruire vos pavillons », répandue par l’ancienne majorité, si
ce n’est que cette manœuvre déloyale tente de masquer l’incapacité à
trouver un équilibre entre préservation du patrimoine et nécessité de
construire de nouveaux logements de qualité pour tous. Que penser alors
que nous constatons la disparition de nombreux pavillons dont les
permis de démolir ont été accordés par cette même ancienne équipe, et
qui faisaient le charme de certaines rue, comme la rue Coullemont ?

 

Ces attaques de l’UMP nous accusant de vouloir bétonner les zones
pavillonnaires et… vouloir loger les familles aulnaysiennes qui en ont
bien besoin, sans pour autant souhaiter augmenter le parc de logements
sociaux, nous paraissent bien décalées au moment où tous les
Aulnaysiens constatent les dégâts de l’urbanisme de l’ancienne équipe :
bâtiments de standing sans charme ni qualité environnementale…Qui peut
se payer de tels appartements ?

 

Il nous faut
agir pour les jeunes qui ont du mal à décohabiter, les familles qui
vivent dans des logements trop petits et parfois insalubres, des femmes
victimes de violences et qui n’arrivent pas à se loger. Le renforcement
de l’Agenda 21 est le terrain privilégié de mise en oeuvre de cette
nouvelle culture.
Par ailleurs, nous tenons à saluer la décision du
Conseil municipal qui a décidé d’abandonner le vote électronique. Cette
décision confirme un engagement pris lors de notre campagne pour les
élections municipales. Elle est aussi l’aboutissement du combat que
nous menons pour le retour au vote papier depuis 2004.

 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.