Associations, Point de vue, Social, Solidarités

Et si les jeunes issus des quartiers jugés «sensibles» investissaient l’écosystème ?

14 août, 2017 à 10:33 | Posté par

Né avec la maladie des os de verre, Habeddine Sébiane est contraint de rester en chaise roulante . Pourtant, il l’affirme : « Je viens d’Aulnay-Sous-Bois, je suis handicapé et mon handicap physique m’a servi d’opportunité. Pourquoi ? Parce que le handicap m’a sorti de mon quartier, m’a permis de côtoyer d’autres lieux et de maîtriser d’autres codes ». Habbedine Sébiane prend conscience que « tout le monde est handicapé par quelque chose : l’origine sociale, l’adresse, la maîtrise des savoirs scolaires… ».

Et il en est persuadé, la clef de la réussite pour faire partie du paysage économique de demain est la maîtrise des codes sociaux. Selon lui, lorsqu’on ne maîtrise pas les bons codes, il est compliqué de communiquer avec les personnes qui monopolisent le paysage entrepreneurial et de facto, difficile d’appartenir à cette sphère.

Upsilon dont il est le fondateur veut faire sortir les gens des quartiers. « Nous avons commencé par des ateliers d’handisport. L’idée est de demander à des jeunes sans activités d’accompagner des enfants handicapés dans leur pratique « .. Aujourd’hui, l’association accueille des jeunes en réinsertion post-carcérale.  Cette mission, le fondateur d’Upsilon la poursuit avec les plus jeunes grâce à des campagnes de sensibilisation dans les établissements scolaires, mais aussi grâce à des sorties culturelles.

Source et photo : https://www.widoobiz.com

Ma pensée du jour: Une société équilibrée et humaine se doit à la fois d’aider ses membres à s’intégrer, ce que fait Upsilon mais aussi assimiler la culture de tous dans le respect de chacun. Et ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.