Actualité

A Jean Zay, comme ailleurs, le pire des deux côtés

3 mars, 2017 à 23:19 | Posté par

J’ai longtemps hésité avant de faire cet article, ne pas le publier pour ne pas mettre de l’huile sur le feu ou le publier pour montrer la réalité de ce  qui se passe ici et ailleurs. Mes sources sont nombreuses, parents, lycéens, témoins de cette journée.

Bien avant l’ouverture des grilles du lycée, des jeunes cagoulés se sont mis en place « pour en découdre ». (propos d’un parent allant prendre le bus). Puis sont arrivés les lycéens qui organisaient cette manifestation. Rapidement, comme nous l’avons dit, l’avenue du Maréchal Juin a été interdite à la circulation, bloquée par les forces de l’ordre des deux côtés.

Après un moment d’observation, des provocateurs ont lancé sur les forces de l’ordre des projectiles ( bombes fumigènes d’après un lycéen). les forces de l’ordre à ce moment ont poussé tous les manifestants vers le bas de l’avenue, ceci d’une manière ne laissant place à personne pour remonter vers le lycée. Pèle mêle, manifestants pacifistes, lycéens voulant aller en cours et provocateurs se sont retrouvés dans la même nasse. Des coups, des bombes lacrymogènes auraient été distribuées pour tous.

Si on peut regretter que des lycéens cherchent la provocation, ce qu’a dénoncé Théo, la façon dont les forces de l’ordre règle le problème est-il vraiment nécessaire?

Nous ne pouvons que demander aux lycéens de respecter les demandes du principal intéressé,Théo, car les forces de l’ordre ne semblent pas avoir la possibilité lors d’une manifestation de faire la différence entre un manifestant pacifiste et un provocateur.

 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.