Actualité, Politique, Solidarités

Arrêté « anti-mendicité » à Aulnay : pour le PCF, « être pauvre n’est pas un crime ! »

21 mai, 2014 à 7:03 | Posté par

comm PCF FDGDécidément, l’arrêté « anti-mendicité » pris par le nouveau maire d’Aulnay, Bruno Beschizza, fait réagir. Pour preuve, un récent communiqué du PCF d’Aulnay, intitulé « être pauvre n’est pas un crime !« , à télécharger en cliquant sur l’image ci-contre.

Dans ce texte, on peut ainsi lire :

« Bruno Beschizza, nouveau maire d’Aulnay-sous-Bois, a pris un arrêté anti-mendicité le 29 avril 2014 qui a pour but de répondre au climat délétère qu’il a fortement entretenu pendant la campagne des élections municipales. La question de la mendicité et de la pauvreté est traitée sur un angle répressif et sécuritaire : c’est une façon de masquer les effets de la crise économique et politique qui traversent notre pays. Cet arrêté accompagne la campagne d’expulsion forcée de la population « Roms » de notre ville.

Durant plusieurs mois, la droite aulnaysienne a fait croire qu’Aulnay-sous-Bois vivait chaque jour dans une insécurité galopante. Pour asseoir ce discours sécuritaire, Bruno Beschizza et ses co-listiers ont désigné le coupable idéal: le mendiant, les «Roms», l’étranger. C’est la population « Roms » qui est visée aujourd’hui. Cette population est rejetée et plongée dans une situation de précarité inhumaine. Le maire d’Aulnay-sous-Bois emboîte le pas de la politique d’expulsion forcée et de déplacement de population mise en place par Nicolas Sarkozy et amplifiée par Manuels Valls. En 2013, les expulsions de « Roms » ont dépassé le nombre de la population « Roms » présente sur le territoire national. Ces mesures inhumaines et inefficaces ont été dénoncées par la LDH et Amnesty International.

Les communistes dénoncent l’existence des réseaux maffieux qui exploitent cette population. Ces réseaux doivent être combattus et démantelés, c’est le travail de la Police Nationale. Les expulsions forcées et les arrêtés anti-mendicité ne s’attaquent pas à ces réseaux. (…)

D’autres choix sont donc possibles ; Placer les droits humains comme une priorité, Créer des solidarités entre les populations, Agir sur tous les leviers de la prévention et de l’accompagnement et non ceux de la répression et du rejet. »

Articles similaires:

2 Réponses à “Arrêté « anti-mendicité » à Aulnay : pour le PCF, « être pauvre n’est pas un crime ! »”

[NDLR: Commentaire modéré, car injurieux et raciste.]

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
Social Aggregator

cela est normal que le la gauche sorte se tracte, car la gauche depuis qu’elle est au pouvoir, il y a plus de pauvres.

Navigue avec Google Chrome 34.0.1847.137 Google Chrome 34.0.1847.137 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/34.0.1847.137 Safari/537.36