Actualité, Amiante, Associations

A la recherche des 40 000 victimes d’exposition à l’amiante du CMMP d’Aulnay !

28 février, 2014 à 7:05 | Posté par

note info amianteLe Collectif des riverains et victimes du CMMP d’Aulnay (ex-usine d’amiante) publie une note d’information, à télécharger dans son intégralité en cliquant sur l’image ci-contre, concernant la proposition (à télécharger en cliquant ici) remise, lors de la dernière réunion à l’ARS, par le comité de pilotage pour le suivi des personnes potentiellement exposées à l’amiante.

Dans ce texte, intitulé « à la recherche des 40 000 victimes d’exposition à l’amiante du CMMP« , on peut notamment lire :

« le dispositif ARS (Agence Régionale de Santé représentant le Ministère en région parisienne) de recherche active et de suivi des personnes exposées autour de l’ancienne usine de broyage d’amiante du CMMP d’Aulnay-sous-Bois est prévu pour être opérationnel ce printemps. Il est axé, dans un premier temps (en espérant qu’il y aura une suite) sur la recherche des anciens élèves des trois écoles voisines : Bourg 1, Bourg 2, Ormeteau, évaluée à 11 000 personnes fortement contaminées. Il consiste à retrouver les adresses actuelles de ces personnes afin de les informer de leur exposition à la poussière d’amiante du CMMP, en les invitant à se rapprocher de leur médecin traitant. Une information médicale leur sera proposée ainsi qu’à leur médecin par le truchement d’un plateau téléphonique et d’un site internet confiés à deux entreprises privées. Les personnes en région parisienne pourront, si elles le souhaitent, prendre contact avec le service de pneumologie de l’hôpital intercommunal Robert Ballanger d’Aulnay. 

Cette note d’information fait le point de la lutte menée auprès des autorités sanitaires (Agence Régionale de Santé, ARS), présente le dispositif local de suivi des personnes exposées à l’amiante et au zircon radioactif, qui sera créé dans les semaines qui viennent et fait le point sur le chantier du site du CMMP rue de Mitry.

(…) Reste la demande de tous de réserver un endroit visible pour ériger une stèle à la mémoire des victimes et de vérifier les démarches officielles pour enregistrer, aux hypothèques, sans limite de temps, la restriction d’usage du terrain resté partiellement pollué en sous-sol.« 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.