Actualité, Emploi, Grand Paris, Médias

Les forages du supermétro créent des emplois

28 avril, 2012 à 10:00 | Posté par

Le 20 mars dernier, la rédaction de Monaulnay.com couvrait l’événement du premier forage dans le cadre du Grand Paris, à proximité du carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois. Ci-dessous, un article du Parisien relatant des emplois à venir grâce à ce type d’activité.

« L’entreprise Ginger CEBTP va réaliser des centaines de forages sur le tracé du futur supermétro, comme celui d’Aulnay-sous-Bois. Cette entreprise est en pleine croissance grâce à ses sondages, mais ce n’est pas lié aux élections… Ginger CEBTP, dont le centre technique compte environ 250 salariés à Elancourt, dans la ZAC de la Clef-Saint-Pierre, a en effet décroché le juteux marché des sondages géotechniques, préalables à la réalisation du futur supermétro du Grand Paris.

En clair, Ginger est chargé d’effectuer des forages, jusqu’à 50 m de profondeur, pour connaître la nature des sols où passeront, d’ici à 2025, les métros souterrains du Grand Paris Express.

Une quarantaine de postes à saisir

« C’est un très gros contrat pour nous, reconnaît Michel Khatib, directeur des grands projets chez Ginger CEBTP. Nous avons décroché le marché pour une grande partie des lignes du Grand Paris. » L’entreprise élancourtoise sera chargée de tester les sols sur les tracés des futures lignes reliant Saint-Denis-Pleyel (Seine-Saint-Denis) à l’aéroport de Roissy et à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), soit une soixantaine de kilomètres sur les 205 km de nouvelles lignes au total. Pour la partie yvelinoise du supermétro, entre Orly et Versailles, c’est la société concurrente Fondasol, basée à Avignon (Vaucluse), qui se charge des études.

« C’est un chantier de grande ampleur, qui s’apparente à la création d’une ligne TGV, mais d’autant plus complexe qu’il se situe en milieu urbain », estime Michel Khatib, dont l’entreprise a déjà l’expérience de ce genre de tests géotechniques pour les métros de Rennes ou Nice. Une expérience reconnue puisque Ginger CEBTP était à l’honneur lors du coup d’envoi officiel des travaux du Grand Paris, le 20 mars à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Ginger doit maintenant se mettre en ordre de marche pour réaliser ce chantier conséquent, qui s’étalera durant toute l’année 2012, voire jusqu’au début 2013 : des centaines de forages exploratoires, d’enquêtes géophysiques, d’essais en laboratoires, de rapports de synthèse.

« Cela mobilisera une équipe de 20 à 30 employés sur le terrain et d’une dizaine dans les bureaux, précise Michel Khatib. Un plan de recrutement est en cours au niveau national, il concernera au moins une quarantaine de postes. C’est paradoxal, mais, malgré la crise, on a parfois du mal à recruter, que ce soit des ingénieurs ou des ouvriers sur le terrain. » Avis à tous ceux qui souhaitent participer aux premiers coups de pioche de l’un des plus gros chantiers franciliens des dix prochaines années…« 

Source et image : Le Parisien du 20 Avril 2012

Les commentaires sont fermés.