Les tribunes de Monaulnay.com

Le candidat Hervé Suaudeau répond à la tribune d’Alain Boulanger concernant l’organisation territoriale

6 avril, 2012 à 20:00 | Posté par

Hervé Saudeau, candidat aux élections législatives dans la 10e circonscription de la Seine-Saint-Denis, a réagit à la tribune d’Alain Boulanger, sur la question de l’organisation territoriale :

« A l’occasion de sa tribune sur MonAulnay.com, le conseiller municipal Alain Boulanger souhaite savoir la position des candidats sur l’organisation territoriale.

Candidat écologiste à la législative, je ne vais pas prétendre devenir du jour au lendemain spécialiste de la question et me transformer, comme tant savent le faire, en singe savant désincarné. Néanmoins il y a des constats qui sautent aux yeux :

    • « Le mille feuille » administratif est trop épais, il y a une ou deux strates de trop. La répartition des compétences est beaucoup trop émiettée et en tout cas incompréhensible aux yeux du citoyen.
    • Les intercommunalités sont souvent des instances trop éloignées des populations. Les élus, décident entre eux de projets très importants. Pour autant l’échelle de décision de ces regroupement de communes est opportune.
    • Les collectivités territoriales sont souvent des organes de cumul de fonctions et d’indemnités pour les élus. Un élu, ne devrait jamais cumuler deux fonctions exécutives et éviter les cumuls de fonctions délibératives.
    • L’échelle de la commune est souvent trop petite.
    • Une réforme territoriale ne peut avoir lieu qu’avec un vaste débat démocratique, chose qui n’a pas eu lieu avec la réforme Sarkozy. Il faut donc revenir en arrière, d’autant plus que cette réforme semble poser de très nombreux problèmes (illisible pour le citoyen, asphyxie des collectivités…)

Ensuite, si nous réfléchissons à une nouvelle organisation des collectivités, celle-ci doit s’insérer dans le projet de VIe république défendu par Eva Joly : Europe qui donne les grandes orientations, État qui garantis la répartition des richesses, président aux pouvoirs diminués au profit du parlement, régions fortement autonomes, disparition du département, intercommunalités élues au suffrage universel direct. Tout ceci se fera au profit de nouveaux principes politiques : Proportionnalité à tous les niveaux, interdiction du cumul des mandats, statut de l’élu, parité, droit de vote des résidents étrangers présents depuis plus de 5 ans.

Alors quoi dire de plus ?

    • Sans doute que la commune n’est plus l’échelle correcte pour la plupart des projets qui doivent être désormais gérés par les intercommunalités tant refusées par certains qui veulent conserver leur petites baronnies locales. C’est une évidence absolue que nombre de compétences doivent être mutualisées et coordonnées. Par exemple les plans d’urbanisme ou d’habitat, la gestion des équipements culturels et commerciaux doivent être gérés à plusieurs dans nos banlieues où la ville est continue. Il est inconcevable que chaque commune crée dans son coin son projet de multiplexe ou d’agrandissement de centre commercial en total mépris des infrastructures existantes des communes voisines. La gestion d’une ville, ne doit pas être faite de façon rabougrie et égoïste.
    • Enfin, il est important que la démocratie et la transparence soit la règle pour les intercommunalités : Les conseillers communautaires doivent non seulement être élus au suffrage universel direct mais leur projets de délibération et l’ensemble des documents administratifs publics doivent aussi être accessibles par internet.

Voici mon sentiments, sans doute perfective sur de nombreux aspects mais en étant convaincu que cette question est primordiale pour l’avenir de nos territoires.
Je remercie Alain Boulanger pour sa préoccupation constante à propos de cette question depuis le début de son mandat.« 

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.