Actualité, Emploi, Social

Nettoyage des bâtiments communaux : « Nous avons gagné la première bataille, mais la guerre n’est pas finie »

13 janvier, 2012 à 16:00 | Posté par

La rédaction vous propose de découvrir le témoignage de Marc DARSY, Secrétaire de l’UL CGT d’Aulnay, sur la manifestation des femmes de ménage du 10 janvier à la mairie. Vous pouvez récupérer ce témoignage en cliquant ici ou sur l’image ci-contre.

Ci-dessous, l’intégralité de ce témoignage :

« C’est le sentiment qui domine chez les dizaines de femmes de ménage qui, mobilisées depuis le mois de septembre, viennent d’arracher des garanties écrites sur leurs revendications à la fois au maire et à TFN, l’employeur qui détient ce marché.

Nous avons déjà raconté comment le maire, obligé de recevoir l’ensemble des salariées, a du s’engager à faire respecter les contrats par TFN, geler les mutations, et faire payer les arriérés de salaires sur novembre et décembre.

Cette promesse orale n’a pas suffi aux femmes qui ont décidé de se mettre en grève le lundi 9 janvier pour se rendre au siège parisien de TFN, rue de Crimée, se faire confirmer les garanties par écrit.

Les grévistes ont réussi à pénétrer dans le hall du siège social où l’on a d’abord tenté de leur faire croire qu’elles n’étaient pas au bon endroit. Devant leur détermination, la DRH a fini par venir de Poissy s’expliquer. Au cours de l’assemblée qui a eu lieu à l’extérieur du siège social et au mégaphone, la DRH s’est engagée sur les revendications, mais à condition de renégocier avec la mairie le cahier des charges, et surtout exigeant en contrepartie la fin immédiate de la grève.

Il n’en fallait pas plus pour que la grève soit reconduite le lendemain.

Les grévistes ayant eu confirmation de la bouche de la DRH que le cahier des charges du marché avait bel et bien été modifié c’est donc cette fois-ci à la mairie qu’elles décident de manifester.

Depuis le début de la mobilisation, la mairie a dégagé sa responsabilité, s’en prenant dans un premier temps à l’ancien patron qui n’aurait pas répercuté les modifications du marché, puis dans un second temps à TFN qui ne le respecterait pas.

Exercice d’autant plus facile pour la mairie que si le marché est public, le cahier des charges, lui, est bien caché !

Mais ces tours de passe-passe n’ont pas trompé les salariées qui savent bien le travail qu’elles font. Et celles-ci, de voir mairie et patron se renvoyer la balle en ont conclu :

« LA MAIRIE ET TFN , QUI S’ASSEMBLE SE RESSEMBLE » slogan accusant à juste titre la mairie de fermer les yeux sur les méthodes d’exploitation de TFN afin de pouvoir faire ses économies budgétaires.

Mardi 10 janvier, dés 8h30 plus de 80 femmes de ménage en colère, ont envahi le centre administratif puis la mairie pour exiger :

    • l’arrêt immédiat des mutations ,
    • le paiement sans délai des arriérés de salaires 
    • le remboursement de tous les frais (agios ou autres ) occasionné par le non paiement des salaires ,
    • ainsi que le paiement des heures supplémentaires effectuées,
    • plus de respect , un responsable sur place pour régler rapidement les problèmes rencontrés ,
    • d’obtenir le matériel et produit nécessaire au travail ,
    • le paiement des 2 jours de grève.

Le maire et des représentants de TFN ont à nouveau été contraints de négocier. La discussion fut âpre, les grévistes reprenant avec méfiance les mots qui leur semblaient douteux. « Vous parlez de gel des mutations, mais après il y a le dégel ? On veut l’arrêt définitif ! »

Cette fois c’est par écrit que TFN d’un côté et mairie de l’autre se sont engagés.

Les grévistes sont allées jusqu’à refuser l’idée même d’un protocole : « vous vous engagez, nous on n’a rien à signer ».

Les grévistes ont suspendu la grève, restant conscientes que le fond du problème n’est pas réglé : quel cahier des charges s’applique ? Elles se sont donc donné rendez-vous pour le lendemain à L’UL CGT qui les a accompagnées et réunies tout au long de ce mouvement, et continuera à le faire. Là, ces travailleuses ont décidé de veiller au respect des engagements donnés par leurs deux patrons.« 

Articles similaires:

2 Réponses à “Nettoyage des bâtiments communaux : « Nous avons gagné la première bataille, mais la guerre n’est pas finie »”

ayant suivi de près cette greve, je m’etonne que M Darcy témoigne de la journée du mardi 10 à laquelle il n’a pas participé.

Navigue avec Google Chrome 16.0.912.75 Google Chrome 16.0.912.75 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64) AppleWebKit/535.7 (KHTML, like Gecko) Chrome/16.0.912.75 Safari/535.7

marc était là, juste tu ne l as pas vu pour le moment aucun engagement n a ete tenu aujourd hui aucune regularisation des salaires n a ete regle alors tfn vous etes ke des menteurs le seul engagement c est un nouveau responsable on s en fou on veut nos salaires

Navigue avec Internet Explorer 9.0 Internet Explorer 9.0 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (compatible; MSIE 9.0; Windows NT 6.1; Trident/5.0)