Cinéma, Culture, Histoire

Projection du documentaire « Ici on noie les Algériens », le 11 décembre au cinéma Jacques Prévert

9 décembre, 2011 à 8:00 | Posté par

Image officielle du film

C’est une page douloureuse de notre histoire qui sera abordée au travers du documentaire « Ici on noie les Algériens« , de Yasmina Adi, projeté au Cinéma Jacques Prévert le dimanche 11 décembre, à 16h00.

A propos du documentaire :

« A l’appel du Front de libération nationale (F.L.N.), des milliers d’Algériens venus de Paris et de toute la région parisienne, défilent, le 17 octobre 1961, contre le couvre-feu qui leur est imposé. Cette manifestation pacifique sera très sévèrement réprimée par les forces de l’ordre.

50 ans après, la cinéaste met en lumière une vérité encore taboue. Mêlant témoignages et archives inédites, histoire et mémoire, passé et présent, le film retrace les différentes étapes de ces événements, et révèle la stratégie et les méthodes mises en place au plus haut niveau de l’État : manipulation de l’opinion publique, récusation systématique de toutes les accusations, verrouillage de l’information afin d’empêcher les enquêtes…« 

Projection suivie d’un débat avec Emmanuel Blanchard, historien, scénariste, auteur de La police parisienne et les Algériens (1944-1962).

Vous pouvez également prendre connaissance de l’historique ayant amené à cet événement en cliquant ici.

Informations utiles :

Jacques Prévert – Théâtre et Cinéma d’Aulnay-sous-Bois / 134, avenue Anatole France / 93600 Aulnay-sous-Bois

Réservations : 01.48.66.49.90 du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 16h30

Billetterie : le mercredi de 11h00 à 18h30 ; les jeudi et vendredi de 15h00 à 18h30 ; les samedi et dimanche de 13h30 à 17h30

Renseignements : 01.48.68.00.22

Répondeur Cinéma : 01.48.68.78.00

Articles similaires:

2 Réponses à “Projection du documentaire « Ici on noie les Algériens », le 11 décembre au cinéma Jacques Prévert”

J’ai toujours du mal à comprendre comment des Algériens qui militaient pour l’indépendance de leur (futur) pays contre les vilains colonisateurs français, pouvaient-ils continuer à travailler… sur le sol de leur ancien colonisateur, et ont donc contribué au développement de ce même colonisateur puisqu’on nous assure que les Algériens, entre autre, auraient reconstruit la France ?…

Par ailleurs, mémoire sélective d’une certaine frange « intellectuelle », puisque je n’ai jamais entendu à ce jour que la gauche faisait acte de repentance à propos des dizaines de milliers de Malgaches massacrés par l’armée française – dont des tirailleurs dits sénégalais – entre 1947 et 1948. A croire que ce massacre constitue aux yeux de certains idéologues, auto-proclamés chantres de l’antiracisme, un détail de l’Histoire, comme disait l’autre.

Un certain François Mitterrand a même fait partie de ces gouvernements 1947-1948; tout comme il était ministre de l’Intérieur en 1954 lorsqu’a débuté la guerre d’Algérie; il a donc forcément supervisé les « opérations de maintien de l’ordre » comme on disait alors (l’Algérie était département français); et il était ministre de la Justice entre début 1956 et juin 1957 quand un certain Le Pen y a passé 3 mois début 1957).
Ca n’a en tout cas pas empêché le PS de défiler aux côtés des Algériens dans les années ’80 lors de la fameuse « marche des beurs », ou de réclamer le droit de vote des étrangers dont on peut douter qu’il vise essentiellement des étrangers japonais.

Que l’on se retourne vers le passé, peut-être, mais dans ce cas-là de façon impartiale, en pointant du doigt tous les responsables y compris politiques, y compris socialistes/communistes.

Navigue avec Google Chrome 15.0.874.121 Google Chrome 15.0.874.121 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows NT 5.1) AppleWebKit/535.2 (KHTML, like Gecko) Chrome/15.0.874.121 Safari/535.2

Romuald a tout à fait raison.
On focalise abusivement sur l’année 1961, en oubliant que la guerre a commencé en 1954, sous le gouvernement socialiste (SFIO) de Guy Mollet.
Michel Rocard, dans sa biographie, évoque les décrets signés par François Mitterrand envoyant des militants du F.L.N. au peloton d’exécution.
Michel Rocard évoque également la création de camps de regroupement, visant à déplacer la population algérienne de certaines zones de conflit.
J’en profite pour informer MonAulnay que je fais l’objet d’une nouvelle procédure de la part de Gérard Ségura, suite à la rédaction d’un article intitulé ‘Gérard Ségura, né en Algérie coloniale’.

Navigue avec Internet Explorer 9.0 Internet Explorer 9.0 sur Windows 7 x64 Edition Windows 7 x64 Edition
Mozilla/5.0 (compatible; MSIE 9.0; Windows NT 6.1; WOW64; Trident/5.0)