Actualité, Cantonales 2011, Politique, Politique - Elections

La section locale du PS défend la position de Gérard Ségura

24 mars, 2011 à 21:37 | Posté par

La section locale du PS nous a adressé ce soir ce communiqué (que vous pouvez visualiser en cliquant sur l’image ci-contre) que nous relayons : intitulé « L’UMP aux abois recourt à la calomnie« , il vise à répondre aux nombreuses interrogations émanant de tous bords concernant la décision du maire de procéder entre deux tours à des changements de présidence de bureaux de vote des élections cantonales, pour des présidents curieusement non membres de la majorité municipale.

Ainsi, selon le PS, la décision de Gérard Ségura s’explique par le fait de vouloir seulement « prévenir de nouveaux incidents en vue du second tour de dimanche prochain » car des incidents auraient émaillé le déroulement du premier tour dans certains bureaux. Le communiqué précise d’ailleurs que « certaines personnes, proches du candidat Frank Cannarozzo, ont en effet profité de leur statut d’assesseur pour interpeller longuement des électeurs et tenter d’influer sur leur choix tout au long de la journée de vote. »

En outre, « et afin de ne pas entacher la sincérité du scrutin, il a été décidé d’appliquer une règle de base, conforme à ce qui se pratique ailleurs, et qui vaudra désormais pour toutes les élections à venir : à savoir que les présidences des bureaux de vote seront assurées par les élus désignés dans l’ordre du tableau. »

Ces explications suffiront-elles à faire taire les critiques ?

Jean-Gauthier Quintard

Articles similaires:

9 Réponses à “La section locale du PS défend la position de Gérard Ségura”

Je peux l’affirmer sans craindre un procès: Le PS vient de faire un GROS mensonge.
En effet ils indiquent qu’afin « de ne pas enta­cher la sin­cé­rité du scru­tin, il a été décidé d’appliquer une règle de base (…) [utiliser] l’ordre du tableau ». Cet ordre signifie que pour les 31 bureaux de vote, les présidents ont été choisis d’abord dans la majorité (soit tous les présidents de majorité car il y a 31 bureaux de vote pour 32 élus de la majorité). Or c’est TOTALEMENT FAUX, car les présidents n’ont pas été enlevés mais déplacés! Devant leur refus, ils ont été enlevés ensuite. Je tiens à disposition l’échange de mail avec le DGA du service élections qui prouve mes propos.

Bref, un gros gros mensonge qui donne le ton probable du reste du communiqué.

Navigue avec Firefox 3.6.14 Firefox 3.6.14 sur Ubuntu 10.10 Ubuntu 10.10
Mozilla/5.0 (X11; U; Linux i686; fr; rv:1.9.2.14) Gecko/20110221 Ubuntu/10.10 (maverick) Firefox/3.6.14

Hum… Savoureux…
http://lyndaboutheon.blogspot.com/2011/03/soutient-de-jean-vincent-place-n2.html

Navigue avec Safari 4.0.5 Safari 4.0.5 sur iPhone iOS 4.0 iPhone iOS 4.0
Mozilla/5.0 (iPhone; U; CPU iPhone OS 4_0 like Mac OS X; fr-fr) AppleWebKit/532.9 (KHTML, like Gecko) Version/4.0.5 Mobile/8A293 Safari/6531.22.7
commenter
Romuald Weymann | 24 mars, 2011 à 22 h 34 min

En gros, le PS affirme que l’UMP, qui serait à ses yeux mauvaise perdante, tente de fomenter un complot contre le maire-candidat (ou candidat-maire; vive le cumul des mandats).

Si c’était réellement le cas – et ça ne l’est pas – on peut se demander pourquoi le déplacement d’office des présidents/vice-présidents de bureaux concerne AUSSI des cadres d’EELV.
Complot d’EELV là aussi sûrement, sera-t-il rétorqué.

Malheureusement, ces manoeuvres n’empêcheront pas le candidat-maire/maire-candidat de renouveler son poste de conseiller général…

Navigue avec Google Chrome 11.0.696.16 Google Chrome 11.0.696.16 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows NT 5.1) AppleWebKit/534.24 (KHTML, like Gecko) Chrome/11.0.696.16 Safari/534.24

Moi qui ne suis pas classé à gauche , ces commentaires me font rire , quand Segura n’était pas encore maire pratiquement tout les présidents de bureaux était de la majorité (a quelques exceptions)

Navigue avec Firefox 3.6.16 Firefox 3.6.16 sur Mac OS X  10.6 Mac OS X 10.6
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10.6; fr; rv:1.9.2.16) Gecko/20110319 Firefox/3.6.16

Je fournis les preuves du mensonge ici: http://suaudeau.fr/le-ps-local-pris-en-flagrant-delit-de-mensonge.html

Navigue avec Firefox 3.6.14 Firefox 3.6.14 sur Ubuntu 10.10 Ubuntu 10.10
Mozilla/5.0 (X11; U; Linux i686; fr; rv:1.9.2.14) Gecko/20110221 Ubuntu/10.10 (maverick) Firefox/3.6.14
commenter
frank cannarozzo | 25 mars, 2011 à 8 h 17 min

je viens d’envoyer un communiqué à ce sujet, les choses sont très claires.

@Parisaix

vous avez raison et c’est normal puisque la majorité a toujours 4 fois plus d’élus que l’opposition, donc l’inverse ne serait pas possible.

mais à Aulnay, sous l’ancienne majorité, il était d’usage que les membres de l’opposition obtenaient la présidence des bureaux qu’ils souhaitaient.

si le maire avait décidé dès le premier tour du premier scrutin, c’est-à-dire les régionales de 2010, d’appliquer la règle de l’ordre du tableau, je n’aurai rien à y redire.

mais il le fait entre deux tours d’une élection qui le concerne. il n’applique donc pas la simple neutralité dont devrait faire preuve l’exécutif dans l’organisation du scrutin.

c’est cela qui est contesté et rien d’autre.

enfin avec 70% d’abstention, il est totalement faux de croire que le scrutin est joué. il vous appartient de lui dire non. juste et simple.

Navigue avec Firefox 3.6.13 Firefox 3.6.13 sur Windows 7 Windows 7
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 6.1; fr; rv:1.9.2.13) Gecko/20101203 Firefox/3.6.13

Mais ce que vous ne dite pas, ce changement de président entre les deux tours est-ce légal ou non?
Cela va t-il encore donner suite à des contestations et des plaintes?

Navigue avec Firefox 4.0 Firefox 4.0 sur Windows Vista Windows Vista
Mozilla/5.0 (Windows NT 6.0; rv:2.0) Gecko/20100101 Firefox/4.0

Article R43 Les bureaux de vote sont présidés par les maire, adjoints et conseillers municipaux dans l’ordre du tableau. A leur défaut, les présidents sont désignés par le maire parmi les électeurs de la commune.

Pour moi le procédé est parfaitement légale. Toutefois il faut savoir que les pouvoirs du président du bureau sont énormes.
– Il constate publiquement et mentionne au procès-verbal l’heure d’ouverture et l’heure de clôture du scrutin (article R. 57, 1er alinéa)

– Il a seul le pouvoir de police : nulle force armée ne pouvant, sans son autorisation, être placée dans la salle de vote ni aux abords de celle-ci et les autorités civiles et commandants militaires sont tenus de déférer à ses réquisitions (article R. 49) ;

– Il a la responsabilité des bulletins de vote déposés dans la salle (article R. 55, 1er alinéa) ;

– Il détient l’une des clés de l’urne, l’autre clé restant entre les mains d’un assesseur tiré au sort (article L. 63, 1er alinéa) ;

– Il vérifie en même temps que la carte électorale ou l’attestation d’inscription en tenant lieu, le titre d’identité des électeurs des communes de plus de 5 000 habitants. Sur leur demande les assesseurs peuvent être associés à ce contrôle d’identité (article R. 60) ;

– Il proclame publiquement dès l’établissement du procès-verbal, les résultats de l’élection et affiche ceux-ci en toutes lettres dans la salle de vote (article R. 67, dernier alinéa).

Comme on le voit en cas de litige c’est lui qui tranche. Dc il vaut mieux qu’il soit du même bord politique qu’un candidat que l’inverse.

Navigue avec Firefox 3.6.16 Firefox 3.6.16 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; fr; rv:1.9.2.16) Gecko/20110319 Firefox/3.6.16
commenter
Romuald Weymann | 25 mars, 2011 à 23 h 00 min

Le problème, c’est que le maire est également candidat….

Il est donc juge, et partie. Avec la complicité, pardon, le fervent soutien, des communistes locaux.

Navigue avec Google Chrome 11.0.696.16 Google Chrome 11.0.696.16 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows NT 5.1) AppleWebKit/534.24 (KHTML, like Gecko) Chrome/11.0.696.16 Safari/534.24