Actualité, Médias, Politique, Seine-Saint-Denis

[Le Parisien] : Conseil général : qui sont les élus les plus assidus

22 février, 2011 à 10:00 | Posté par

Un article du Parisien, datant du 21 février 2011, revient sur l’assiduité des élus du Conseil Général de Seine Saint Denis. Les chiffres sont, en général, relativement bons. Concernant notre commune, sur les 23 dernières séances plénières (jusqu’à fin 2010), la participation de nos élus a été :

  • Jacques Chaussat (Conseiller Général Canton Sud) : 91%, soit une présence à 21 séances sur 23 (à noter qu’une séance d’octobre 2010, sur le vote du plan collège, avait été boycottée par la droite et quasiment tous les communistes. La participation pourrait donc être ramenée à 21 séances sur 22)
  • Gérard Ségura (Conseiller Général Canton Nord) : 78%, soit une présence à 18 séances sur 23

D’après l’article du Parisien, Claude Bartolone promet, s’il est réélu,  que le versement des indemnités tiendrait compte de la présence des élus en séance. S’ils ne sont pas là pour les votes, ces indemnités pourraient être réduites en proportion.

« Le conseil général de Seine-Saint-Denis, ce sont 40 élus qui se réunissent huit à neuf fois par an en séance publique, à l’hôtel du département à Bobigny. Derrière leurs bureaux en ellipse, ils débattent et votent les projets préparés lors des réunions de commissions. Comme nous l’avions fait en 2008, lors du dernier renouvellement de la moitié de l’assemblée départementale, nous avons voulu vérifier l’assiduité des conseillers généraux aux 23 séances plénières* de la présidence du socialiste Claude Bartolone.

Principal constat, les élus du 93 sont toujours aussi assidus. Ainsi, 70% d’entre eux ont assisté à plus de huit séances sur dix, et ils ne sont que deux — Nelly Roland (DVG) et Manuel Martinez (app. PS) — à en avoir séché plus de la moitié. Six élus, tous socialistes, ont même été présents à 100% des séances. A noter qu’une séance d’octobre dernier, sur le vote du plan collège, avait été boycottée par la droite et quasiment tous les communistes, ce qui explique par exemple que le chef de file de l’UMP, Ludovic Toro, n’a que 96% de présence. A l’inverse, la séance d’avril 2010, consacrée au vote du « budget de révolte », selon les mots de la majorité, a mobilisé 100% des élus, ainsi que des caméras de télévision.

Si l’on compare la période Bartolone avec la période Bramy (2004-2008), on observe que les socialistes sont plus présents depuis que leur champion est président (Bertrand Kern est ainsi passé de 47% à 96% d’assiduité). Les communistes, au contraire, assistaient plus souvent aux séances avant mars 2008.

Une exception notable, celle de l’élu montreuillois Manuel Martinez, bon dernier. Ainsi en 2009, il n’a été présent qu’à la première (en février) et à la dernière (en décembre) séances de l’année. « A l’époque, j’étais adjoint à l’urbanisme de Dominique Voynet. Il y avait de gros dossiers à suivre. J’ai donné la priorité au mandat municipal », explique-t-il. Salarié à plein temps dans une multinationale, Manuel Martinez n’a pas renoncé à sa carrière professionnelle pour la politique. « C’est compatible à condition de ne pas exercer deux mandats exécutifs », assure-t-il. L’élu souligne qu’il a travaillé au conseil général, notamment au sein de la commission sport et culture, et en représentant le département dans les conseils d’administration des collèges. « De toute façon, seuls 5% des dossiers sont réellement débattus en séance publique, le reste est tranché avant. » Dans le groupe communiste, Nelly Roland est passée de 83% de présence sous Bramy à 48% depuis mars 2008, époque où elle est devenue maire de Villepinte.

Même s’il est minoritaire, cet absentéisme fait désordre à quelques semaines des élections cantonales, surtout pour des élus qui se représentent devant les électeurs. Pour couper court aux critiques, Claude Bartolone annonce que, s’il est reconduit à la présidence, il compte appliquer au conseil général ce qui se pratique déjà à l’Assemblée nationale, à la région et même au Conseil de Paris. « Le versement des indemnités tiendra compte de la présence des élus en séance. S’ils ne sont pas là pour les votes, elles seront réduites en proportion », promet-il.« 

Articles similaires:

3 Réponses à “[Le Parisien] : Conseil général : qui sont les élus les plus assidus”

J’aimerais savoir quel prochain candidat à la Présidentielle promettra d’en finir purement et simplement avec les cumuls de postes ? C’est une honte qu’il n’y ait pas 100 % de présence pour tout les élus. A quoi serve-t-il ? S’ils ne veulent pas y aller, qu’il me laisse leur place (et leur indemnité) je me ferais une joie de siéger à leur place. Comment avoir confiance en nos élus quand on voit ça. S’ils travaillaient dans le secteur privé, je ne donnerais pas cher de leur peau avec de tel absence. Ces remarques vont tout aussi bien pour nous conseilleurs municipaux, sénateurs, députés, députés européennes, conseilleurs régionaux, de droite comme de gauche. J’en appelle à leur responsabilité. Vous avez un poste, assumez le jusqu’au bout avant de penser à les cumuler.

Navigue avec Firefox 3.6.13 Firefox 3.6.13 sur Mac OS X  10.6 Mac OS X 10.6
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10.6; fr; rv:1.9.2.13) Gecko/20101203 Firefox/3.6.13

A quand des sanctions financières pour les élus locaux faisant preuve d’absentéisme ?…

Manquer une séance pour un motif légitime peut se comprendre.
En revanche lorsque cet absentéisme – est récurrent, c’est une honte.
Cela dit, il faut reconnaître que l’assiduité est de façon générale plutôt bonne de la part de nos représentants.

Navigue avec Google Chrome 9.0.597.98 Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows XP Windows XP
Mozilla/5.0 (Windows; U; Windows NT 5.1; en-US) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Chrome/9.0.597.98 Safari/534.13

A quand un loi contre les cumuls des mandants ??

Allez donc dire à votre employeur que vous ne venez qu’une fois sur 2 parce que vous etes deborde par l’entretien de votre jardin ??

en dessous de 90 pour cent de presence , suppression du poste , point final

De quoi vous encourager à aimer nos politiques

Navigue avec Firefox 3.5.11 Firefox 3.5.11 sur Mac OS X  10.5 Mac OS X 10.5
Mozilla/5.0 (Macintosh; U; Intel Mac OS X 10.5; fr; rv:1.9.1.11) Gecko/20100701 Firefox/3.5.11