Politique, Sécurité

Le délabrement des moyens de fonctionnement de la Police Nationale appelle la concorde entre nos élus

23 décembre, 2010 à 10:47 | Posté par

NDLR: Nous profitons de cette période plus calme de vacances scolaires pour vous faire partager cet article qui n’a pas de rapport direct avec notre ville mais qui permet de nourrir la réflexion.

Alors que les élus aulnaysiens débattent du site du futur commissariat d’Aulnay-sous-Bois -district Aulnay-sous-Bois / Sevran-, et qu’un appel d’offre portant sur la maîtrise d’oeuvre pour la construction du nouveau commissariat de sécurité publique à Sevran a été ouvert en avril dernier, il peut s’avérer utile de prendre connaissance des moyens de fonctionnement de la Police Nationale en se référant à quelques districts voisins.

Le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas, secrétaire national du PS chargé de la sécurité, y a consacré la 4ème partie de sa note intitulée « Le baiser de Judas », publiée par la fondation Terra Nova, le 29 septembre 2010.

Il suffit de pousser la porte de l’un des 436 commissariats de France pour constater la clochardisation rampante des services …

Concrètement, quel que soit le domaine sur lequel l’attention se porte, la dégradation des conditions de travail des fonctionnaires de police, et donc d’accueil du public, saute aux yeux.

Ici, c’est l’équipe départementale du Val-d’Oise du syndicat Unité SGP police Force Ouvrière qui pointe les « dysfonctionnements cachés dans l’ombre » des différents commissariats. On découvre ainsi la décrépitude des locaux de Taverny où les agents sont contraints de masquer les trous des planchers au moyen de plaques de métal, les « algecos » prétendument provisoires de Deuil-la-Barre, en place depuis huit ans, la saleté des installations de Sarcelles, les malfaçons de celles d’Argenteuil ou l’odeur pestilentielle qui émane du local des gardes à vue de Gonesse…

Là, c’est le commissariat de Vitry que l’on attend toujours, depuis la visite le 24 mai 2007 de François Fillon et de Michèle Alliot-Marie, qui venaient étrenner dans cette ville leurs nouvelles fonctions ministérielles. Les locaux dans lesquels ils sont reçus sont tellement vétustes, mal placés et surtout mal protégés que le dossier est jugé prioritaire. Vitry est alors inscrit dans un vaste programme de travaux concernant douze commissariats. Quatre ans plus tard, rien n’a été fait. Même carence, par exemple, à Livry-Gargan où les personnels patientent depuis 2001 ! Un terrain cédé par la ville à l’Etat est pourtant disponible. Régulièrement interrogée par les élus, la préfecture envisageait d’abord une « livraison de l’ouvrage fin 2006, début 2007 » puis, après avoir repoussé l’échéance à 2010, elle a pris l’engagement que l’inauguration se déroulerait « courant 2011 ». A ce jour pourtant, le premier coup de pioche n’a toujours pas été donné…

Et l’on pourrait ainsi multiplier les exemples en évoquant tous ces commissariats qui ne vivent ou ne survivent que grâce aux subsides municipaux (menus travaux, plomberie, peinture…) ou en rappelant que plus de la moitié des matériels de contrôle de vitesse ou d’alcoolémie utilisés dans les départements ne peuvent être employés faute de crédits pour réaliser les visites périodiques d’homologation…

Les moyens manquent à un point tel que le principal syndicat des personnels administratifs, techniques et scientifiques, le SNIPAT-FO, a lancé un « appel du 28 juin » contre la RGPP (NDLR: Révision Générale des Politiques Publiques), soulignant que « les seuls qui pouvaient se frotter les mains de cette politique étaient les délinquants qui voient la capacité de la Police diminuer ».

Dans ce contexte, on ne peut qu’espérer que nos élus fassent fi de leurs rivalités locales au bénéfice de l’intérêt général.

Jean-Marc Engelvin

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.