Agenda, Culture, Loisirs

Concert Mozart à St-Sulpice ce soir

23 mai, 2009 à 19:48 | Posté par

Portrait posthume de Mozart par Barbara Krafft, 1819

Encore tout à votre déception du report de la soirée inter-blogs, vous ne savez du coup que faire ce soir ? Eh bien, heureusement pour vous, Aulnay est une ville pleine de ressources… Aussi je vous suggère de vous rendre à l’église Saint-Sulpice à 21h pour un concert de musique de chambre en compagnie d’excellents interprètes (des professeurs du Conservatoire d’Aulnay) et du compositeur-référence de la musique classique (au point de nos jours de lui consacrer un « opéra rock »…), j’ai nommé Mozart.

Au programme, trois petits bijoux :

  • le quatuor pour flûte et cordes en ré majeur K. 285, grande réussite et petite chose amusante quand on sait que Mozart détestait la flûte (mais bien sûr acceptait les commandes, heureusement pour les flûtistes…), ayant ainsi déclaré « je ne connais rien de plus faux qu’une flûte, si ce n’est deux flûtes  » ! Trois mouvements pour une sorte de petit concerto pour flûte, avec un deuxième mouvement, adagio, de toute beauté.
  • son frère le quatuor pour hautbois et cordes en fa majeur K. 370, aîné en maturité et profondeur, où le hautbois durant trois mouvements a tout loisir pour déployer ses multiples charmes sur des entrelacs de cordes.
  • enfin la Plaisanterie musicale K. 522 en fa majeur, pour deux cors et cordes, un divertissement génial où Mozart se moque des mauvais compositeurs et interprètes de son temps. Toutes les subtilités de la moquerie ne vous seront pas apparentes (nos oreilles d’aujourd’hui n’ont pas les mêmes habitudes qu’au temps de Mozart, en particulier sur les carrures de phrases ou l’éducation aux harmonies) mais gageons qu’au moins trois vous feront rire : les « canards » (terme « technique » musical pour « fausse note »…) des cors dans le menuet (deuxième mouvement), une fin de cadence du premier violon assez « épicée » dans le troisième mouvement (adagio cantabile), et une toute fin de morceau (en conclusion du quatrième et dernier mouvement) particulièrement tonitruante de fausseté !

Avis aux amateurs et curieux l’entrée est libre alors courez-y !

Jean-Gauthier Quintard

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.