Conseil municipal, Transports

Compte rendu du conseil municipal du 12 mars 2009 (2/2) : Complément sur les transports

24 mars, 2009 à 2:33 | Posté par

Delib54
Voici la suite et fin du compte rendu du conseil municipal du 12 mars 2009 où les élus ont eu entre les mains une étude concernant l'amélioration des transports (délibération n°54 p 126) par la création d'une ligne de bus circulaire. Comme pour le reste du conseil municipal, l'opposition s'est montrée beaucoup moins combative sur ce sujet, tranchant avec les critiques très sévères portées sur ce projet lors des conseils municipaux précédents. Ces anciennes critiques ont été reprises avec malice par l'adjoint aux transports Bruno Defait pour tenter de démontrer leur côté outrancier, mais celui-ci a été modéré au vol par le maire souhaitant limiter les polémiques.

L'ancien adjoint aux transports, désormais conseiller municipal d'opposition Fouad El Kouradi, sur un ton virulent inédit de sa part, avait qualifié ce projet d'"incohérent et couteux" lors du conseil municipal du 16 octobre 2008. Désormais il se contente d'un sobre, "vous connaissez notre position" et amène de façon posée une série d'arguments en défaveur du projet ("boucle se superpose à plusieurs lignes existantes", "trajet très long", "ligne très coûteuse", "pas de concertation").

L'ancien maire Gérard Gaudron illustre encore plus ce changement d'attitude de l'opposition. Lors du débat budgétaire du 18 décembre 2008,au milieu de critiques d'une sévérité inédite de sa part, il avait pilonné le projet de ligne circulaire par l'étrange – mais non moins dénigrante – expression "Les bus s'étaient peut-être perdus mais (…) grâce à la ligne circulaire les bus tourneront en rond et donc on ne perdra [plus]". Aujourd'hui, il adopte une position beaucoup plus modérée, se disant soucieux des dépenses de la ville, en votant la délibération de demande de subvention pour cette ligne de bus tout en se déclarant dans le même temps "contre ce projet".

Cette attitude partagée par les deux camps de faire baisser d'un ton les polémiques, a permis un meilleur dialogue démocratique. Par exemple, suite à une serie de questions de l'opposition (notamment de Jacques Chaussat), le coût réel de la ligne (estimé un instant à 2 millions d'euros par an) est finalement apparu inférieur (environ 350 000 €) car il fallait déduire de cette dépense les recettes prévisibles (billetterie, cartes Navigo …).

Vous pouvez consulter l'étude donnée (au dernier moment) aux élus à propos de ce projet de ligne de bus circulaire.

Hervé Suaudeau

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.