Education, Entreprises

Donner aux jeunes l’envie d’entreprendre

16 janvier, 2009 à 16:14 | Posté par

Voillaume
 Xavier Darcos
et Hervé Novelli ont signé, le 8 janvier, une convention avec l'association 100 000 entrepreneurs pour organiser des parrainages de classes de collèges et lycées par des entrepreneurs. Cette signature s'est faite à l'occasion d'une visite d'un classe du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois dans l'entreprise Pixmania à Paris, dans le 17ème arrondissement.
Cette convention a pour objectif d'accéler le programme "une classe de 3ème, un entrepreneur" lancé en 2008 par l'association 100 000 entrepreneurs. Le programme concerne notamment les établissements de l'éducation prioritaire. Il se déroule sur une année scolaire au cours de laquelle l'entrepreneur-parrain : intervient au moins à deux reprises dans la classe, organise une visite de son entreprise et aide les élèves dans leur recherche de stage.

Pour information, en 2007, le nombre de créations d'entreprises avait progressé de 12,5 % pour s'établir à près de 321 500, un record!
Hervé Novelli a également conçu le "Kit de l'auto-entrepreneur", pour encourager les entrepreneurs en leur simplifiant la vie. Ce dispositif est mis en place depuis le 1er janvier 2009. Putôt une bonne iniative, quand les entreprises françaises croulent sous les charges et les contraintes…

Ludivine Corbeau

Articles similaires:

Une Réponse à “Donner aux jeunes l’envie d’entreprendre”

Voilà une initiative qui insiste sur le lien étroit entre éducation et insertion professionnelle. Il est de plus en plus évident que les établissements scolaires devront étoffer leur pôle stage au cours des prochaines années. Dès qu’une activité concrète est organisée dans un lycée – voyage, sortie, expo, conférence, clubs, protocoles grandes écoles – la motivation des élèves augmente de façon exponentielle. Tout en sort grandi et modernisé : l’image de l’établissement, du programme, de l’enseignant, de l’effort, de l’artisan et de l’entreprise.
Xavier DARCOS nous montre ici son vrai visage de réformateur, loin des clichés qu’on a voulu lui associer, malgré l’intention discutable de diminuer le nombre de RASED (je dis bien ‘diminuer’, pas ‘supprimer’).
Bien sûr, derrière cette initiative, il ne faut pas oublier Gérard GAUDRON : discrètement mais efficacement, comme à son habitude.
Merci à vous d’avoir présenté objectivement un partenariat avant tout utile aux jeunes Aulnaysiens.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown