Logement, Seine-Saint-Denis, Social, Solidarités

Hébergement d’urgence en Seine-Saint-Denis

25 novembre, 2008 à 15:09 | Posté par

Voici une info reprise du site "Actualités Sociales Hebdomadaires". Il faut d’ailleurs noter que seule la mairie de Saint-Denis communique sur le sujet sur son site, au contraire des autres villes concernées (comme Aulnay) par ce communiqué de presse sur l’hébergement d’urgence en Seine-Saint-Denis :

Douze maires de Seine-Saint-Denis ont réclamé jeudi 20 novembre, au Premier ministre, "un plan régional de l’hébergement d’urgence" et appelé à "la solidarité régionale" pour les aider à faire face à l’engorgement des centres d’accueil dans leur département.
"Le
115 est saturé en permanence. Les capacités d’accueil des résidences
sociales sont sans commune mesure avec la réalité des besoins. De plus
en plus de structures de ce type implantées dans le département sont
par ailleurs utilisées par la ville de Paris pour ses propres besoins"
, écrivent les 12 édiles de gauche dans un communiqué.
Le 115 de Seine-Saint-Denis a reçu plus de 358 000 appels en 2007 et, au premier semestre 2008, il a orienté 5 629 personnes.
Par
ailleurs, la direction départementale des affaires sanitaires et
sociales (DDASS) de Paris loge à son compte 3 500 à 4 000 personnes
dans des hôtels de Seine-Saint-Denis, selon un rapport de la DDASS 93.
Leur présence "aggrave la précarité sur le département et pèse sur
les finances des communes où ces personnes finissent par être
domiciliées et leurs enfants scolarisés"
, note la direction dans cette étude, qui préconise la mise en place d’une solidarité régionale sur le sujet.
Au bout de trois mois, ces sans-abri relèvent automatiquement de la prise en charge sociale du département. "La solidarité se fait encore sur le dos des plus pauvres", résume le président du conseil général, Claude Bartolone (PS), associé à la démarche.
Dans leur
lettre commune, les premiers magistrats d’Aubervilliers,
d’Aulnay-sous-Bois, du Blanc-Mesnil, de Bobigny, de La Courneuve, de
L’Ile-Saint-Denis, de Pierrefitte, de Saint-Ouen, de Stains, de
Tremblay-en-France, de Villetaneuse et de Saint-Denis demandent donc à
rencontrer François Fillon afin de discuter d’un "plan régional de l’hébergement d’urgence et des relogements temporaires".

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.