Médias, Sécurité, Seine-Saint-Denis

AFP: Police de quartiers: « on a perdu cinq ans », estiment des élus du 93

15 janvier, 2008 à 11:28 | Posté par

SAINT-DENIS-LA-PLAINE (AFP) — "C’est une bonne chose, dommage d’avoir perdu cinq ans": la création annoncée lundi d’"unités territoriales de quartiers" en Seine-Saint-Denis a été saluée comme un retour à la police de proximité par ceux des élus, principalement à gauche, qui regrettaient sa suppression depuis 2002.

"C’est un discours intéressant, de rupture avec ce que nous a raconté Nicolas Sarkozy pendant cinq ans", "j’aurais aimé l’entendre avant, on a perdu du temps", a commenté Daniel Goldberg, député socialiste de Seine-Saint-Denis, après la série de mesures pour le 93 faites lundi à Saint-Denis par Michèle Alliot-Marie.

La ministre de l’Intérieur a notamment annoncé la constitution dès mars de trois unités nouvelles de police dans des secteurs ciblés de Clichy-Montfermeil, Saint-Denis et la Courneuve.

Dotées d’une dizaine de policiers chacune, ces unités devront "assurer une présence visible et dissuasive" ainsi qu’"identifier et interpeller les délinquants", a précisé la ministre devant un auditoire d’élus, policiers et responsables locaux, assurant qu’il ne s’agissait "pas de refaire des postes de police de proximité".

Comme M. Goldberg, le maire PS de Clichy-sous-Bois, Claude Dilain, a toutefois interprété ce discours comme la marque d’un retour à une police de proximité "que nous étions un certain nombre d’élus à trouver efficace". Cette police avait été supprimée en 2002 par Nicolas Sarkozy.

"On a perdu 5-6 ans déjà. Il ne faut plus perdre de temps maintenant pour relancer une vraie dynamique de confiance entre la police et la population", a souligné M. Dilain, selon lequel 10 policiers sur son secteur, "c’était vraiment un minimum". "A la belle époque, les agents dédiés au travail de proximité ont été jusqu’à 27" sur sa ville, a-t-il rappelé.

Ces mesures "sont bonnes" mais "elles n’auront d’effet que si en matière de logement, d’emploi, de lutte contre les discriminations, on a également des mesures importantes", a-t-il averti, faisant allusion au plan banlieues, dont l’annonce a été repoussée à février. Il faudra que "cette nouvelle police de proximité soit également une police d’innovation", a estimé en outre le maire communiste de Saint-Denis, Didier Paillard.

Pour sa part, le maire de Montfermeil Xavier Lemoine, l’un des rares élus UMP à avoir publiquement souhaité le retour d’une police de quartiers, s’est "réjoui qu’un nouveau dispositif –beaucoup plus partenarial– soit testé".

Comme il le souhaitait, les policiers seront recrutés (dix pour Clichy-Montfermeil) sur la base du volontariat.

Gérard Gaudron, maire UMP d’Aulnay-sous-Bois, juge lui que la création de ces unités "n’est en rien en rupture" car "en entendant Mme Alliot-Marie", a-t-il dit, "j’ai compris que ces policiers ne seront pas là pour jouer au foot dans les quartiers mais faire leur métier de policier, c’est-à-dire arrêter les délinquants, au plus près des gens".

M. Gaudron, comme d’autres, s’est dit très satisfait que la surveillance de grands événements (matches au Stade de France, expositions au parc de Villepinte, etc.) ne soit plus désormais à la charge des effectifs de Seine-Saint-Denis (entre 70 et 200 policiers étaient mobilisés selon les jours).

"Lors du déclenchement des émeutes en 2005, trop de forces de police étaient accaparées au Stade de France", a-t-il rappelé.

La ministre de l’Intérieur a annoncé encore la création d’une "compagnie de sécurisation" dédiée à la lutte contre les violences urbaines.

4 Réponses à “AFP: Police de quartiers: « on a perdu cinq ans », estiment des élus du 93”

Mr GAUDRON devrait se passer de la langue de bois du « foot de proximité « , à moins qu’il n’est eu ces dernières années une invitation VIP pour une de ces rencontre dans notre département-LABORATOIRE .
Toutefois Je suis d’accord avec lui , ce n’est pas une rupture , mais bien un volte-face et qu’est ce que cinq ans de perdu ? , A peine plus que son mandat .

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

cher Louis, pourquoi tant de haine ? vous croyez que le fait de vouloir des policiers qui font un travail de police empêche par ailleurs de faire du « foot » avec les jeunes ? vous n’êtes vraiment pas au courant de ce qu’on fait.
enfin vous mélangez le fait d’avoir des policiers « attachés » à un quartier avec les fait qu’auparavant on ouvrait de simple postes de police qui n’ouvrait que de 10 à 17 h et qui consommaient des policiers derrière le « comptoir » en attendant le « chaland ». effectivement cela n’a rien à voir. et pour votre info, le poste de proximité de la rose des vents existe depuis fort longtemps, n’a pas été supprimé par Sarkozy ministre, renforcé en effectifs par lui, et fonctionne toujours? nous, nous n’avons donc pas perdu 5 ans. je suis donc ravi de vous l’apprendre…

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown
commenter
Laurent Comparot | 17 janvier, 2008 à 13 h 23 min

Cher Monsieur Cannrozzo, dans votre bilan sécurité très positif, vous oubliez un peu vite les émeutes de 2005 qui ont ravagé une partie de notre commune.
Vous êtes aussi comptable de cela, au même titre que messieurs Abrioux et Gaudron.
Nous payons aujourd’hui 6 années de gestion « à la petite semaine » et à coups d’annonces médiatiques.
Nous avons perdu bien plus que 5 ans tant votre parti, l’UMP, a instrumentalisé les forces de police contre les populations des quartiers populaires à des seuls fin électorales (en autres récupérer les voix du Front National, ce qui est désormais réalisé).
Pendant toutes ces années, la sécurité de la Seine St denis a été laissé entre les mains de préfets et de directeurs de la sécurité publique complaisants à l’égard du pouvoir politique, outranciers avec les institutions de la justice et méprisants avec la population de notre département.
Au final, nous avons une force départementale de Police entachée de multiples affaires pénales (viols, violence, racket,…), démotivée car en sous-effectif, mal encadrée, mal payée (les heures supplémentaires seront payées à un taux dérisoire), et surtout déboussolée par une politique incohérente et inadaptée.
Aujourd’hui, il n’existe plus de confiance entre la Police Nationale et la population, en particulier les jeunes et la population issue de l’immigration systématiquement livrée à la vindicte médiatique.
Plus grave, il n’existe plus de confiance entre la Police Nationale et le gouvernement, même si la dernière et massive grève des officiers de police a été passée sous silence.
Vous allez sans doute me répondre que les statistiques prouvent le contraire. Certes, mais comme beaucoup d’aulnaysiens, nous savons tous que les plaintes sont rarement acceptées au profit des mains courantes, les commissaires étant notés sur le nombre de plaintes déposées. La notation chère à vos amis UMP aura au moins eu cet effet.
Aulnay connait aujourd’hui de graves problèmes d’insécurité tant au Nord que dans le Sud de vos électeurs chéris. Pas de jour sans rencontrer une victime de vol à l’arraché, d’aggression, de cambriolage, de dégradation…
Tous les aulnaysiens ont des droits, en particulier d’avoir une police efficace, respectée et donc respectable.

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown

Ne confondons pas haine et constat , mon cher Franck. Si le poste de la rose des vents a (heureusement) été conservé. La présence des ilotiers ou unités territoriales comme vous les nommées aujourd’hui aurait du être renforcées dans ce quartier depuis longtemps . Non ? Alors pourquoi avoir tant attendu pour remettre en œuvre cette création de charles Pasqua ?

Navigue avec Unknown Unknown sur Unknown Unknown