Conseil municipal, Démocratie, Politique, Tribune libre

Tribunes libres de Décembre

4 décembre, 2007 à 21:01 | Posté par

Chaque mois, nous publions les tribunes des groupes présents au Conseil municipal déjà publiées en fin d’Oxygène ou sur le site internet municipal. L’article 5 du règlement du Conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois fixe à trois conseillers minimum, la formation d’un groupe. Trois groupes ont été constitués.

Groupe Union pour Aulnay (UMP, Parti Radical Valoisien, Nouveau centre, Divers droite):

La saison est propice à la chute des feuilles, aux feuilles de choux. Elles tombent sur la voie publique, au gré du vent. Elles tourbillonnent et mêlent une information à une autre, au risque d’amalgames douteux en pratiquant la désinformation la plus éhontée.
Une position aux antipodes de la responsabilité d’un élu local telle que nous la concevons. Exemple : le dossier de l’ex-usine CMMP. Certains accusent la municipalité de ne rien faire et sous-entendent qu’elle serait indifférente aux inquiétudes des riverains, des associations ou des parents d’élèves ! Ce procédé lamentable est aujourd’hui dépassé.
Cette désinformation s’appuie sur la complexité de cette affaire et l’émotion de chacun des acteurs. C’est faire injure aux Aulnaysiens, et surtout aux familles des victimes. Qui n’a pas un ami ou un voisin qui habite à quelques mètres de l’ancienne usine ? Qui n’a pas eu un enfant ou un(e) ami(e) de ses enfants scolarisé à l’école du Bourg ?
Aujourd’hui, certains nous reprochent de dire qu’à l’heure actuelle, il y a une absence de risque dans l’air pour le voisinage, alors qu’une étude du ministère de la Santé le confirme comme les deux études menées par la ville en 2000 et 2005. Est-ce dire que la situation est satisfaisante ? Bien sûr que non.
D’ailleurs, au nom du principe de précaution, nous avions décidé avec l’Éducation nationale de déménager l’école du Bourg à l’été 2006. Une décision qui nous a été reprochée par certains. Que n’aurait-on dit si les enfants avaient été encore à l’école du Bourg lors de travaux préparatoires dans la cour de l’usine à l’automne 2006 ou si une chute de morceau de couverture avait eu lieu dans la cour de l’école ?
Les mêmes pratiquent l’amalgame entre deux informations pour nous accuser de minimiser les choses : d’un côté, un courrier d’information sur 11 cas de maladies directement liés à l’activité de l’usine entre 1938 et 1975 et la mise à disposition d’un numéro d’appel des autorités sanitaires pour les personnes ayant habité à proximité, le temps de son exploitation ; de l’autre, une étude sur l’accroissement des risques de cancer liés à la proximité et à l’activité de l’usine. Et les mêmes de conclure que la municipalité affirmerait que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ». Nous sommes tous des hommes et des femmes exaspérés par ce reliquat d’une usine-poison. Mais le débat public mérite bien mieux que la politique du bouc-émissaire et les sous-entendus.
Maintenant, et sérieusement, où en somme-nous ? La décision de justice de juillet 2007 répartit les rôles entre CMMP pour la dépollution et le KAPA, propriétaire actuel, pour la déconstruction rapide des bâtiments. Nous réclamons tous une solution dans les conditions maximales de sécurité, et selon la configuration du site et des bâtiments.
Il reste à préciser le mode opératoire. Quelle que soit notre position, elle sera critiquée, mais dans tous les cas nous prendrons nos responsabilités, comme d’habitude.

Groupe Avec vous, Aulnay autrement (PS, Parti radical de gauche, Les Verts):

L’enquête publique sur le Plan local d’urbanisme de notre ville vient de se terminer, après un déroulement dans la plus grande discrétion alors que ce PLU est censé modeler le visage de notre ville pour le prochain demi siècle. Nombre de remarques formulées à de multiples reprises au Conseil municipal par les élus de notre groupe, dans la diversité de ses composantes, ont été signalées au commissaire enquêteur par plusieurs acteurs locaux institutionnels dont Les Verts. Nous les avions rappelées le mois dernier, ici, dans le peu de place que la majorité municipale met à la disposition de l’opposition.
L’enquête publique sur le Schéma directeur d’Île-de-France (SDRIF) est en cours. Ce schéma d’aménagement, voté par les conseillers régionaux en février 2007, marque une rupture avec le schéma précédent par la méthode innovante de sa préparation, comme par l’ambition qu’il porte pour l’Île-de-France en matière de développement durable et de recul des inégalités sociales notamment pour le logement.
Le débat public en conseil municipal n’aura pas lieu. L’information démocratique due à nos concitoyens ne se fera pas. La municipalité a décidé de ne pas débattre des grandes orientations du SDRIF : amélioration des transports en commun, du RER B notamment, refus du CDG Express, rééquilibrages du développement de notre région en faveur de notre département. Peut-être pour ne pas avoir à dire que l’UMP régionale est contre cette solidarité territoriale ?
De la même façon, de nombreux chantiers ont surgi ces derniers mois dans nos quartiers, l’information des riverains, laconique dans le meilleur des cas, toujours insuffisante, mécontente nombre de nos concitoyens qui découvrent au fil des jours des trous béants devant leur porte sans plus de détails sur les chantiers mis en place qui leur permettraient de prendre les dispositions utiles.
L’information municipale sur l’usine d’amiante manque de cohérence. D’un côté, une lettre du maire aux riverains (pourquoi pas à tous les habitants ?) garantit l’absence de risque spécifique pour le voisinage dans le cas d’une déconstruction de l’usine en milieu non confiné. Pourquoi avoir alors pris la précaution, voilà 2 ans, de déplacer une école entière ?
De l’autre, une alerte lancée par l’Institut de veille sanitaire indique que des milliers de personnes ont pu être contaminées lors des rejets de poussières de broyage d’amiante quand l’usine était en activité et leur demande de se faire connaître auprès des autorités sanitaires.
Et, pour finir, les associations de riverains réclament un désamiantage dans les meilleures conditions de sécurité, par un véritable confinement de la zone de travail. À quand une information sans faux-fuyants à la population ? Faudra-t-il attendre l’apparition des bulldozers sur le chantier et le scandale public ? La majorité municipale va-t-elle se décider enfin à assumer sa mission de défense de la population ?

Groupe des Elus Communistes

DÉBAT D’ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES
EXTRAITS DE L’INTERVENTION DU GROUPE COMMUNISTE
Concernant les recettes de la ville, nous sommes toujours très préoccupés par les revenus liés à la taxe professionnelle, principalement ceux provenant du premier cotisant de la ville : PSA Citroën […] Autre source d’inquiétude, les 15 milliards de cadeaux fiscaux consentis par l’État aux plus riches ; une partie de cette somme devra sans doute être prélevée sur la contribution de l’État aux finances des collectivités locales. […] Un effort particulier est enfin décidé sur le quartier Mitry, mais la mise en place d’une nouvelle structure résumet-elle votre politique ? Comment concrètement envisagez-vous
d’intervenir pour prendre en main les vrais problèmes du centre commercial ? […] Concernant les autres questions évoquées, nous regrettons que le logement ne soit pas considéré comme un axe prioritaire. Nous rappelons notre opposition à la vente de HLM qui aboutit le plus souvent à la dégradation de ces parcs de logements nécessitant ensuite l’intervention des collectivités locales pour leur sauvegarde. Par ailleurs, le nombre de constructions neuves prévu est très insuffisant, notamment concernant le logement social. (100 effectivement programmées). […] Pour le 3e âge : que devient Bigottini ? Aulnay manque cruellement de possibilités d’accueil pour ses personnes âgées dépendantes […]
EXTRAITS D’UNE LETTRE OUVERTE À FADELA AMARA EN VISITE À AULNAY
Toutes les décisions prises dernièrement par votre gouvernement montrent que ce sont les pauvres, les familles salariées, les petits artisans et commerçants qui vont payer la note. […] Madame Amara, comment pouvez-vous cautionner une telle politique ? Donnerez-vous raison à Madame Boutin qui veut vendre 40 000 logements HLM ?
La dégradation du quartier Savigny… est un exemple à ne pas suivre.
Cet ensemble, vendu il y a 20 ans, est aujourd’hui en difficulté et il faudra l’aide des finances publiques pour le mettre à flot. Que pensez-vous de la volonté du maire d’Aulnay-sous-Bois de faire disparaître plus de 300 logements HLM à la faveur du PRU ? 821 logements sociaux vont être détruits dans cette ville, pour l’instant aucun n’a été reconstruit, alors qu’il y a des milliers de demandeurs de logements à Aulnay.
Que comptez-vous faire pour ouvrir la porte des entreprises, particulièrement vers Roissy à tous ces jeunes en recherche d’emploi. Que pensez-vous du licenciement de 400 intérimaires à Citroën Aulnay ?
Ce sont quelques questions que nous vous posons publiquement.

Les commentaires sont fermés.